Consoles-Fan

Accueil du site > Beat-them-up > Baston 3D > Virtua Fighter > Virtua Fighter 4

Virtua Fighter 4

Le retour de l’enfant prodige !

dimanche 27 mai 2007, par CFan

Voici donc le 4

Tout d’abord, faisons un peu d’histoire. Nous sommes en 1993. SEGA sort un nouveau support arcade : la carte MODEL-1 avec un jeu qui sert de démonstration technique (et quelle démonstration pour l’époque !!) : Virtua Fighter créé par Yu Suzuki, le papa des futurs Daytona, F355 challenge, Shenmue...et des VF. Le jeu introduit 8 personnages (Akira Yuki, Pai Chan, Lau Chan, Wolf Hawkfield, Jeffry Mc Wild, Kage Maru, Sarah Bryant et Jacky Bryant) au look assez carré je vous l’accorde, maîtrisant chacun un art martial particulier, sur des arênes en VRAI 3D. Pourquoi "vrai" me direz-vous ? Et bien tout simplement parce que là où la majorité des jeux "3D" se jouent comme un jeu 2D, Virtua Fighter utilise vraiment la 3D pour le déplacement et le positionnement des combattants. Ainsi vous pourrez vous déplacer où bon vous semble et quand vous le voulez dans une arêne, en prenant garde à ne pas faire de "ring out", autre nouveauté instaurée par VF qui consiste à sortir son adversaire de l’arêne et ainsi remporter la manche. Deux ans plus tard, en 1995, SEGA sort une nouvelle carte : la MODEL-2 avec son nouveau VF : Virtua Fighter 2. Le changement fût incroyable au niveau des textures qui ont toutes subies un mapping principalement au niveau des personnages, qui ont cette fois une apparence bien plus "humaine". On constate également l’arrivée de 2 nouveaux venus : Shun Di, petit vieux adepte de saké et Lion Rafale, un petit francais pratiquant la technique du tourou-ken. Le jeu gagna évidemment en coups et en mouvements. Encore 2 ans (1997) passent et nous voici avec la dernière née des cartes arcade SEGA : la MODEL-3 (étonnant, non ?) et son VF : Virtua Fighter 3. Outre l’aspect graphique encore amélioré, 2 nouveaux personnages supplémentaires : Aoi Umenokouji pratiquant le Aiki Ju-jutsu et Taka Arashi le sumo de service, les changements majeurs de cet épisode demeurent dans l’animation qui est plus fluide et plus réaliste grâce à la "motion capture", technique d’animation consistant à filmer des acteurs et à transposer l’animation sur les personnages en 3D. L’autre grande nouveauté réside dans les arênes qui ne sont plus plates mais proposent cette fois des reliefs parfois mêmes assez prononcés, ce qui change grandement l’approche des combats. Enfin une nouvelle touche fais son apparition, la possibilité d’esquive qui enrichie beaucoup le jeu et le rends encore plus technique (comme si ca ne suffisait toujours pas). Et c’est finalement au bout de 4 longues années (2001) que l’on voit débarquer le tout nouveau (tout beau) VF : Virtua Fighter 4 sur le dernier né des systèmes d’arcade SEGA : j’ai nommé le MODEL-4 !!? non je plaisante :)..ce sera sur système NAOMI 2 GD-ROM (bien que certaines versions existent aussi en ROM NAOMI 2) et croyez-moi, vous avez pas fini de mettre des pièces dedans :p Nous y voici !! Tout d’abord, notons que le jeu aura subi plusieurs améliorations conduisant à sortir le jeu sous 3 versions : A, B et C. Le test porte sur la version C, bien que celà n’influe pas beaucoup sur ce dernier.

Alors quoi de neuf ?

Tout d’abord au niveau des personnages, on remarquera la disparition de Taka Arashi le sumo et l’arrivée de 2 nouveaux : Vanessa Lewis pratiquant le Vale Tudo et Lei-Fei adepte du Shaolin. Autres modifications : les arênes sont redevenues plates et carrées tout en gardant le principe des murs destructibles. Le bouton d’esquive a lui aussi disparu mais les esquives sont toujours possibles grâce à des combinaisons de touches en suivant un timing précis. Le système a donc été légèrement simplifié afin d’être un peu plus accessible, tout en restant suffisement technique pour ne pas décevoir son public. Les autres inovations majeures dans le monde de l’arcade demeurent au niveau des tournois principalement. En effet le jeu incorpore la fonctionnalité d’une sorte de carte d’identité que le joueur peut glisser dans un lecteur prévu à cet effet, qui lui permettra d’afficher son nombre de victoires et de défaites, le nombres de matchs disputés...et donc donnera une idée du joueur qu’il est face à son adversaire. Mais aussi chaque borne peut être connectée par internet en réseau avec les autres bornes afin d’effectuer des tournois de plus grande ampleur et permettant ainsi à chaque joueur d’avoir la borne pour lui tout seul et de ne pas être gêné par son adversaire.

Mais c’est quoi VF ?

Ce qui fait la grande force des VF c’est la technique. Si dans un Tekken ou un Dead or Alive il est possible de faire n’importe quoi pour s’en sortir et gagner, VF au contraire vous oblige à passer de longues heures d’entrainement afin de maitrîser les coups très nombreux, les contres, les projections, ... et comment les placer. D’autant plus que le jeu ne ressemble à aucun autre en matière de coups. Si le peu de boutons disponibles (3 boutons : punch, kick, guard) peuvent faire croire à un jeu très simple d’accès, c’est en fait tout le contraire. Ici, pas de quarts de cercle ou de demi-cercle, etc.. tout est basé sur la combinaison de touches et l’enchainement de coups avec des directions bien précises. La garde elle aussi est primordiale et il faudra penser à s’y mettre systématiquement lorsque l’on attaque pas. Plusieurs personnages également vont disposer de coups complètement différents selon leur "position". Ainsi, Vanessa par exemple passera d’un style défensif à un style de boxe Muai Thai et changera sa panoplie de coups.

Et le côté technique dans tout ça ?

Coté technique, c’est de la NAOMI 2 dans toute sa splendeur. On prend une claque monumentale en le voyant tourner tant le détail des personnages est poussé, leur animation est travaillée et fluide, tant les musiques sont sublimes, tant les décors sont travaillés, les effets de lumière incroyables...bref l’AM2 nous gâte et nous livre là un véritable chef d’oeuvre, le plaçant directement comme le plus beau et le meilleur jeu de combat 3D jamais réalisé et l’on a qu’une hâte...c’est de remettre une pièce et refaire encore et une autre partie.

Le bilan ? réussite totale ou simple suite ?

En définitif, même si le jeu reste sensiblement identique aux précédents (sauf peut-être le 3) sur le point de vue des coups et que les personnages sont pour la plupart les mêmes (bien que les nouveaux apportent énormément et soit très intéressants à jouer), et bien oui ! c’est une réussite totale et on ne peut s’empêcher de se ruer vers ce nouveau VF4 qui "enterre" les précédents techniquement parlant, et qui est extrêmement intéressant et technique à jouer. Personnellement il m’a beaucoup rappellé le VF2 qui pour moi était mon préféré juste devant le 1 et loin devant le 3. Mais c’est maintenant le 4 qui pour moi mérite la position de leader, et de très loin.

A noter que depuis est sorti la version Evolution incluant 2 nouveaux personnages et la version Final Tuned qui vient tout juste de sortir dans les salles. Mais ce sera dans un prochain test que je vous en parlerai (surtout pour l’evo parce que avant de pouvoir acheter un Final Tuned...) A noter également les adaptations en console sur la PS2 qui sont assez réussies (surtout pour le EVO) mis à part un coté technique assez désastreux dû principalement à un scintillement et un aliasing vraiment abusé, mais bon..., le jeu reste fun et dispose de modes très utiles et intéressants.

Verdict

- Graphismes : 19/20 Pour ne pas mettre 20...

- Animation : 18/20 Là aussi, on frise la perfection.

- Bande son : 18/20 Pour une fois dans un VF, elle est somptueuse.

- Jouabilité : 18/20 Aucun problème, mais beaucoup d’apprentissage sera nécessaire.

- Intérêt : 20/20 Bon j’aime pas mettre 20, mais là c’est impossible tant le jeu semble inépuisable. Seule votre bourse le sera :D

- Note Globale : 19/20 Ben oui quoi faut bien laisser le 20 pour l’EVO ou le Final Tuned ^^

neophil03

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette