Consoles-Fan

Accueil du site > Aventure > The Last Guardian > The Last Guardian

The Last Guardian

premier parti

jeudi 9 juillet 2015, par Davy1

C’est sûr, l’annonce de The Last Guardian fera date. Enfin, la confirmation, parce que l’annonce date un peu. Cette arlésienne nous est revenue. Le jeu est ressucité. Les fans jubilent. The Last Guardian est-il un bon jeu au final car les titres qui traînent réservent parfois de mauvaises surprises au joueur.

03

Il faut dire qu’entre la toute première apparition du jeu et celle de cette année, il n’y a pas vraiment eu d’évolution. En fait, j’ai plutôt eu l’impression de voir la même chose ce qui fait plutôt tache. Mais on s’en fout puisque le projet n’est pas abandonné. Faut-il rappeler que dans le passé, des titres comme Ico et Shadow Of Colossus ne sont pas des foudres de guerre. En particulier le deuxième titre dont le framerate en a fait tiquer plus qu’un ? Cela n’a pas empêché ces titres d’être des hits en puissance, des poèmes en soi. Portés en HD sur PS3, ils ont gommé tous leurs défauts techniques pour ne laisser que leur meilleur d’eux-même.

The Last guardian est un jeu PS3. Sauf qu’il n’est jamais sorti. Il va passer directement vers sa case HD sur PS4. C’est tout. Ce n’est pas plus grave que cela. Et de ce fait, on peut pleurnicher sur le fait que la modélisation n’est pas exceptionnelle, que l’animation du personnage trébuche. Le ciel est monochrome et certaines vues abyssales se terminent dans le brouillard qui sert de cache-misère. On comprendra moins que l’aliasing soit si présent et que le framerate crachotte parfois mais ce sont des choses qui peuvent encore être réglées.

02

En revanche, le titre possède bien des qualités comme par exemple les effets d’éclairage pas forcément aidés par les ombres pixelisées outrancièrement. Trico, la grosse bestiole du jeu, est pataude et lorsqu’elle saute, elle atterrit lourdement, rendant l’animation de cette dernière absolument réaliste : c’est sublime. J’ai adoré les interactions entre l’enfant et Trico. Celui-ci approche sa truffe, le suit du regard mais prend bien soin de ne jamais l’écraser ou le cogner dans ses déplacements. Celui-ci évolue sur un rail et attend les ordres bien sagement pour agir. Les ordres opérés sont fonction du contexte et de la situation.

Le déroulement du jeu est volontairement lent. On savoure The Last Guardian et son lyrisme. Pas question de foncer. Pas question de gâcher l’ambiance. Place à la maîtrise scènique !

01

S’il sort tel quel, en corrigeant tout de même l’aspect fluidité du titre, j’en serai fort heureux d’autant que le jeu ne manque pas de référence à Ico pour les textures présentes dans les décors du jeu et Shadow Of The Collosus puisque Trico peut être escaladé. The Last Guardian possède bien tous les ingrédients pour être une réussite. Verdict en 2016.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette