Consoles-Fan

Accueil du site > Plate-formes > Plate-formes 3D > Mario > Super Mario Galaxy

Super Mario Galaxy

Oh ! Un extraterrestre !

dimanche 16 mars 2008, par Shinobi

Haaaa, le voil

Un scénario pas très recherché

La belle réception en l’honneur de la fête des étoiles bat son plein. Tous les toads sont heureux, la joie et la bonne humeur règnent en maître dans le royaume champignon. Mais soudain apparaît... Le méchant roi des koopas : Bowser ! Il est encore là pour enlever Peach. Ne lésinant pas sur les moyens, fonçant à vive allure avec toute sa flotte, il vole jusqu’au château. D’un rire machiavélique il semble appeler une chose inhabituelle dans l’univers joyeux de Mario : Une grosse soucoupe volante, munie de trois lasers. Avec ces trois armes, il lui est alors simple d’emmener le château, ou plutôt de le transporter avec des chaînes. Ce qu’il fait. Par chance, il reste un minuscule bout de pont qui permet à Mario de voir sa bien aimée. Cela ne dure pas et d’un coup de bâton magique, Kamek met Mario hors de la vue de Peach.

Vous atterrissez ensuite sur une petite planète où se trouve trois petits lapins, des vieilles connaissances de Mario 64. Des lapins qui correspondent à toute l’ambiance, l’ambiance de Mario Galaxy. Celle-ci est vraiment magnifique et colle bien à l’environnement de Nintendo. C’est l’ambiance qui donne envie de rejouer à chaque fois, de continuer à jouer et de découvrir la suite.

Des Graphismes exceptionnels

Vous resterez inanimé en voyant les graphismes de Mario Galaxy. Le tout est incroyablement bien modélisé, c’est coloré, c’est beau, c’est tout l’environnement de Nintendo. Il y a très peu d’aliasing, c’est vraiment agréable à regarder. En fait, c’est essentiellement grâce à celui qui était simple producteur sur Mario Sunshine : Shigeru Miyamoto. Quand Mario atterrit sur une planète, on remarque que c’est très... Sphérique. C’est d’ailleurs ça qui fait son charme, car la sensation d’exploration est à chaque fois renouvelée, offrant un plaisir indéfini. Tout y est, Goombas, Boo et tous les autres ennemis et amis de Mario. Cela nous montre enfin que la Wii est bel et bien plus puissante que la Gamecube, chose qui faisait débat jusque là.

Tout est optimisé pour les caméras, qui sont toujours bien placées. Avec tous les angles possibles sur une planète à la forme plus ou moins ronde, cela aurait pu être raté. Et bien non, le gros plus du jeu, c’est que les angles des caméras sont à chaque fois à la bonne position.

Un vrai Chef-d’œuvre

Parlons du jeu en lui-même. Pour ce qui est de l’environnement, du paysage et des planètes, tout est très varié : la glace, le feu, le désert, l’océan, ou même l’herbe tout simplement. Le côté « plate-forme » que tout le monde attendait ne déçoit pas. Les niveaux sont bien pensés, on y retrouve les bons vieux blocs, champignons (1 up, invincibilité, etc.), champignons de transformation (Mario abeille, Mario de feu, etc.) et autres, avec en plus les éclats d’étoiles qui serviront plus tard. Des « luma » vous aideront un peu tout au long de l’aventure. L’aventure est captivante et donne vraiment envie de jouer. Comme d’habitude, vous affronterez des boss, qui seront plus dur au fur et à mesure que vous avancerez dans l’histoire, mais en réalité toujours assez simple à battre, oui, car c’est bien le seul défaut du jeu : il est très facile, peut-être trop.

Vous pourrez découvrir l’histoire grâce à Harmonie, en découvrant un nouveau chapitre à chaque fois que vous obtiendrez plus d’étoiles. En effet, le bon vieux système d’étoiles est de retour, avec les étoiles simples et les grandes étoiles obtenues après avoir vaincu les boss. L’immersion (mot important dans le monde du jeu) est bien réelle dans ce nouveau Mario. L’envie de continuer la partie et d’avancer pour tout découvrir est toujours bien présente dans ce magnifique jeu (encore un sans faute de la part de Nintendo).

Une prise en main facile

Ce qu’on attend d’un jeu de plates-formes, c’est évidemment un bon gameplay. Au premier abord, la Wiimote et le nunchuk ne semble pas se prêter à ce type de gameplay. Mais comme d’habitude, Nintendo nous prouve tout son savoir faire et nous démontre avec brio, comment il a su adapter sa célèbre télécommande à ce nouveau Mario.

La maniabilité est simple et efficace, elle est intuitive et presque parfaite. On pourrait presque y jouer sans consulter la notice. Mais pourquoi ce presque ? Et bien parce que sous l’eau, la maniabilité est plutôt réduite et ce n’est pas toujours facile de se déplacer (plutôt gênant dans certains mondes). En tout cas, le gameplay est très complet et le jeu est facile à prendre en main.

Mario Galaxy, un des meilleurs jeux de tout les temps ?

C’est une bonne question à se poser, c’est même un peu la question qui tue ! Dans ce Mario, tout est réuni : un gameplay aux petits oignons et une réalisation impeccable. Le jeu en lui-même est un petit bijou ! Oui, je sais bien, il y aura bien sûr d’autres jeux de plates-formes dans le futur, mais expliquez moi pourquoi se souvient-on encore de Mario 64 ? La réponse est simple, Mario 64 était un très bon jeu à l’époque et l’est toujours encore. Mario Galaxy, lui, est dans la même situation que son ainé. C’est un excellent jeu et ça restera un excellent jeu. Voilà l’argument ultime pour rester dans l’histoire du jeu vidéo. Bien sûr tout le monde a le droit de penser ce qu’il veut, mais pour moi, il restera dans les anales du jeu vidéo tels que les jeux Pong, Okami ou bien encore Zelda : Ocarina of Time.

Graphismes : 10/10

Miyamoto a fait un travail formidable, c’est très beau ! C’est tout Nintendo ça.

Gameplay : 9/10

Super, bien adapté à la wiimote et au nunchuk, et très intuitif.

Genre : Plate-forme : 10/10

Mario Galaxy garde tout du Sunshine et du 64. Ce jeu fait partie des incontournables de la Wii.

Difficulté : - /10

Elément difficile à noter. Pour ceux qui jouent depuis Mario 64, ce sera simple comme bon jour, alors que pour les nouveaux, ce sera un peu plus dur.

Scénario : 10/10

Oui, il est répétitif, mais après tout, c’est toujours un scénario simple à comprendre.

P.-S.


 Editeur : Nintendo
 D

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette