Consoles-Fan

Accueil du site > F.P.S. (Quake-like) > Soldier Of Fortune > Soldier of Fortune II : Double Helix (+Gold)

Soldier of Fortune II : Double Helix (+Gold)

T’en a pas eu assez avec le num

lundi 2 août 2004, par Teiseken

- "Papa, papa, c’est quoi ton nouveau jeu ? C’est un jeu de tir ? Chouette alors, vite fais voir !!"
- "Euh..... C’est un NON catégorique ! Il est interdit aux petits... Mais dans 11 ans je pourrai te le montrer ^-^. Allez, va dans ta chambre."
- " Ouiiiiinnnn !!!".

Bon, un coulis de fraise ça vous tente ? Bon Appétit... bien sûr...

Papa est un veinard car on ne peut pas passer à côté de certains jeux et Soldier of Fortune II fait partie de ceux là. SOF est en effet une des série maîtresse du jeu sur PC et plus précisément du FPS dans l’histoire du jeu vidéo. Pour l’instant il n’y a que 2 épisodes mais tous deux méritent bien une note de 9/10 tant ces jeux sont énormes. Le numéro un excellait par son gameplay, sa maniabilité et son côté gore, cependant les graphismes étaient on ne peut plus anguleux. Voyons ce que donne cette nouvelle aventure mettant en scène le patriote John Mullins qui tel un agent secret opère à travers le monde avec à chaque mission différents objectifs à remplir.

On pourrait comparer les SOF avec Golden Eye sur Nintendo 64 pour avoir le même type de vue, des décors assez semblables (niveaux dans des bureaux, jungle, bases souterraines,...) et surtout des objectifs précis nécessaires pour compléter les missions (les objectifs sont simples à réussir mis à part dans 2-3 niveaux où l’on bloque bêtement : ça devient une salle habitude des programmeurs du monde entier que de nous mettre des bâtons dans les roues artificiellement). Cela dit la qualité proposée, son ambiance à part et son "Gore Effect Inside" en font un jeu singulier à l’identité propre. C’est d’ailleurs d’autant plus vrai qu’on voit depuis quelques années émerger principalement deux communautés de joueurs de FPS sur PC : les Soldiers et les Counters (issu de la série Half Life pour ceux qui n’y ont pas encore touché). Soldier of Fortune II est une réussite monumentale. Les améliorations sont conséquentes grâce au moteur graphique (qui a été amélioré pour l’occasion) de Quake 3 Arena. Le jeu passe fabuleusement bien avec une bonne GeForce 2 : il faut alors régler au mieux les options graphiques pour voir ce que l’animation et les textures ont dans le ventre. Une fois les réglages effectués on savoure avec délice les décors finement texturés. C’est très réaliste : ça fait presque digitalisé avec une bonne résolution. Les détails sont nombreux : d’un soldat à un autre les visages sont différents, les corps également  : même si certains soldats ennemis se ressemblent de par leur uniforme ils sont différents par plein d’autres détails : bras plus gros, musclés, tatouages,.... La qualité graphique et le travail sur les ambiances à l’écran va de paire avec ce qui sort des hauts parleurs : encore une fois seuls les superlatifs peuvent décrire mon avis sur le jeu. Bon, ok, allons droit au but. Le jeu est quasi parfait sauf que le petit bémol c’est le mode Solo (comme dans un Mario Kart) dont on peut se lasser avec une certaine expérience mais qui tient en haleine un très long moment également pour qui sait l’exploiter. Mais revenons à nos chers amis blancs à pattes courtes : revenons donc à nos côtelettes  : fini l’aire de SOF 1 avec des sprites tous carrés : SOF 2 enterre son prédécesseur côté réalisation (pour autant même en ayant joué à SOF 2 en premier, je conseillerai d’acheter aussi le 1 tellement c’est bon). La vitrine technologique de SOF 2 est donc composée du moteur amélioré de Quake 3 Arena et aussi de la technologie Ghoul. C’est le Ghoul 2 !! Déjà présente sur SOF 1, cette technologie donne au jeu un réalisme inouïe lors de l’impacte des balles sur les différentes parties du corps. Le corps d’un ennemi est donc composé de multiples parties qui se détachent de façon localisée avec des sous-couches 3D lors des impactes : résultat la tête doit avoir au moins 10 parties différentes, les différents membres se détachent avec plusieurs impactes ou lors de l’assaut du fusil à pompe. Mais ce n’est pas tout : les programmeurs ont aussi travaillé énormément sur la physique des chutes : quand un ennemi tombe dans un escalier ou contre un mur son corps s’articule de façon adaptée au décor.

Et une petite virée en hélico, une !
Le jeu en Solo est moins jouissif qu’en multi bien qu’il soit excellentissime, par contre la technologie Ghoul y est exploitée à son paroxysme : le gore montre bien sa présence. Le sang gicle des têtes explosées, les boyaux restent à terre et même ...... beuuuh...  : ah ben le ptit-déj y est passé. Sorry : on m’avait prévenu que c’était dur l’armée. L’armement est important avec 25 armes différentes ayant des caractéristiques stratégiques propres : par exemple la portée des armes joue beaucoup  : avec le fusil à pompe ou avec certaines mitrailleuses on ne peut espérer atteindre sa cible avant 4 - 5 coups et en se rapprochant alors qu’avec un fusil d’assaut [voir photo ci-dessous(qui lance également des grenades : oui : un coup secondaire est possible)] là c’est une toute autre histoire.

Le jeu n’est pas si bourrin que ça et il faudra faire preuve d’habilité pour tirer en priorité dans la tête pour avoir son ennemi d’un coup mais il faut aussi ne pas se perdre dans la jungle de polygones qui comble les décors : herbes hautes, étagères remplies plus ou moins de caisses, décors assez foncés, ennemis caméléons, grenades fumigènes ou même explosives sont autant de frein à la visibilité. Il faut gérer ses déplacement en conséquence : penser à se couvrir derrière le bord d’un mur pour en surgir ou se pencher : c’est la là clé de voûte de la réussite du jeu en réseau. Ce qui rend le soft incontournable (je le mettrai dans mon top 5 des meilleurs jeux PC de tous les temps) c’est son mode multijoueur : et oui quand même !! On a affaire à du grand art : les décors ont une architecture entièrement pensée pour qu’il y ait de nombreuses cachettes, des coins et recoins par dizaines, des raccourcis, des passages en extérieur et en intérieur. Dans une même carte les décors sont variés. Avec l’habitude fragguer devient un passe temps à part entière : les nuits défilent trop vite, le temps s’accélère...... Comme tout jeu multi il faut tomber sur des adversaires à peu près du même niveau pour s’éclater mais même avec des champions vous pourrez apprendre en utilisant la fonction Spectateur pour choper un maximum leurs techniques.

Le Patch Gold :
il modifie surtout les maps MP (multiplayer) et corrige certains bugs. Téléchargeable sur le net il fait 51 Mo. Il faut savoir que certains serveurs multijoueur changent quelque peu le jeu : il peut y avoir des menus (jauge de vie, skins d’armes,...) et des voix digites qui différent,...

Petit Conseil Technique :
Ayant eu le problème et ayant parcouru divers forum spécialisés sur le jeu, je sais qu’il existe un problème qui a été signalés par différents utilisateurs :
- le jeu peu apparaître sans les textures de décor. On ne voit alors que le squelette des polygones du décor formé de carrés et rectangles blancs.
Que faire ? La solution consiste simplement à mettre à jour les pilotes de votre carte graphique ET de mettre la dernière version de Direct X. Et voilà : le tour est joué :) Prêt à shooter  !!

Les Plus :
- l’architecture des différentes maps MP pensée judicieusement : un petit trésor comme la map Shop Under Siege (de la démo) avec ses rebords d’immeubles secrets où l’on découvre des armes explosives.
- la possibilité d’utiliser les zones d’ombre pour se camoufler
- le Ghoul s’est amélioré
- maniabilité d’enfer

Les Moins :
- quelques passages gonflants en solo : notamment pour être en phase avec les objectifs
- très bon mode solo mais on ne se refait pas l’aventure 3 fois de suite non plus


Graphismes : 8,5/10
Brillants mais on peut encore faire mieux côté texture et certains passages font un peu pointilleux : attention aux réglages des options avant de vous plaindre : je vous aurez prévenu.

Animation : 9/10
Une vitrine technologique à sa sortie mais c’est loin d’être ridicule encore de nos jours.

Environnement Sonore : 9/10
Les bruitages pétent à la tronche : ils sont clairs, puissants, incisifs, un point fort du jeu comme la musique qui colle parfaitement. Mais où sont les points faibles ?

Maniabilité : 9/10
Ma souris et les FPS : une longue histoire d’amour.
Pour être purement à l’aise et d’une grande agilité il faudra de l’expérience et une attribution des touches aux actions pensée longuement pour voir ce qui vous convient le mieux : certains champions du Frag mettent avancer en clic droit souris : faut le vouloir !!

Fun : 9,5/10
On atteint des sommets : fragguer, fragguer, fragguer !! Vous ne verrez plus que ça pendant une longue période.

Durée de vie : 9/10
Impossible de se lasser du mode multi et vous reviendrez plusieurs fois vous faire le mode solo.

Note Globale : 9/10
Mon FPS multijoueur préféré ni plus ni moins et un excellent shoot solo. Ce qu’il faudrait c’est faire des pétitions pour l’éditeur pour demander qu’un troisième épisode arrive.

P.-S.

Site officiel
Sortie
 : le 22 Mai 2002 aux States et le 7 Juin 2002 en Europe.
Full Patch Gold Edition  : 26 Février 2003 (chargeable sur internet).
Editeur / Développeur  : Activision/Raven Software
Jouable en multijoueurs en réseau ou sur internet
Interdit aux moins de 16 ans (Gore Effects Inside)

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette