Consoles-Fan

Accueil du site > Course > F-Zero > F-Zero X

F-Zero X

F comme Fitesse,

jeudi 6 janvier 2005, par Teiseken

Captain Falcon, Pico, Dr Stewart, Samoura

Un des atouts majeur de cette version 64 bits résulte dans la diversité des véhicules à choisir car une fois débloqués on peut totaliser une trentaine de véhicules (voir le code). Je préfère parler de véhicules que d’autos. C’est pourtant ce qui vient à l’esprit en premier quand on parle de jeux de courses. Mais ici le fait d’être dans un futur lointain change pas mal la donne ! Vous êtes dans des véhicules plus proches de vaisseaux que de voitures à 4 roues. D’ailleurs exit les roues pour ces vaisseaux propulsés à quelques dizaines de centimètres au dessus du sol : place aux mini-réacteurs. Pour ceux qui ne sont pas familiers avec les F-Zeros, il convient de leur donner un cours accéléré sur la loi de gravitation universelle. Dans le tout premier F-Zero sur Super Nintendo vous étiez sur des pistes aussi plates que sinueuses. Quelques difficultés venaient ponctuer votre parcours (vent, bords de la piste qui aimantent vers les côtés, tremplins, etc...). Le plus délirant dans tout ça c’est que les pistes d’F-Zero sont comme suspendues à bonne hauteur bien au dessus de différentes villes. Ce qui a pour conséquence un gros BABOOM !! et une explosion monumentale en cas de sortie de piste. Mais il n’y a pas que le hors piste qui détruira votre véhicule. En effet une jauge indique l’état de la coque de votre véhicule. Celle ci sera très vite entamée par les chocs contre les autres vaisseaux, contre des mines ou les bords de la piste (s’il y en a ^^ ). Bien, nous venons de jeter les bases de ce qu’est un F-Zero. A cela il faut ajouter les modifications importantes qu’ont subi les circuits 16 bits pour leurs passages sur N64. Bon, les tracés des circuits sont nouveaux, mais je veux dire par là que le jeu se voit métamorphosé par l’arrivée de la 3D ! Exit les nombreuses courses trop plates de la version Snes : place aux pentes vertigineuses, aux loopings, aux virages vrillés,... Génial quoi ! Et tout ça avec une vitesse d’animation surpuissante (plus de 1300 Km/h... ah, oui, là ma CRX fait tout de suite moins la maline).

Nintendo va plus loin que ce dont ils auraient pu se contenter. Au lieu de nous servir un simple jeu de course avec quelques virages relevés assortis avec 2-3 montées et pentes (comme dans un Gran Turismo par exemple), F-Zero X s’amuse à nous donner le vertige grâce à des courses mémorables comme :
- Big Blue et son cylindre autour du quel vous vous propulsez (photo juste au dessus),
- Sand Ocean et son tunnel : pour l’occasion vous serez à l’intérieur du cylindre. Vous en perdrez votre orientation (êtes vous sur le bas de la piste ou sur le plafond du tunnel ? Ca va tellement vite qu’on en est pas toujours conscient).
- avec White Land 2 vous serez confronté à une configuration très particulière de la course : cette fois c’est dans un demi cylindre sans bords que vous allez devoir vous frayer un chemin. Comme dans beaucoup de circuits, les montées peuvent être un atout ou une prise de risque énorme : si vous arrivez trop vite (avec un boost notamment), vous risquez de perdre votre attraction à la piste. Le véhicule perd alors sa position verticale sur la route et c’est une sortie de piste... fatale !
- d’autres circuits sont plus classiques comme Fire-Field : cependant ils utilisent la 3D de façon tout aussi impressionnante grâce à des passages en zig zag et des vols planés qui demanderont de la concentration pour une réception triomphante. La 3D est donc très bien utilisée avec quelques passages assez novateurs. Vous constaterez également que les véhicules disposent de nombreux reflets de lumière sur leur carrosserie (de couleurs différentes selon la luminosité des circuits : rouge pour Fire-Field par exemple). Je suis personnellement amateur de belles carrosseries et je dirai que ces vaisseaux mono-places à la coque ultra sportive m’ont convaincu. Leur design ultra sportif couplé à une animation ultra speed et à des musiques de type Hard Rock font de ce F-Zero X un jeu de type Arcade que l’on pourrait qualifier d’assez agressif ! On est loin des Mario Karts, sauf que les artworks de présentation des pilotes sont dans un style se rapprochant des comics et tombent parfois dans le parodique. A sa sortie, l’animation défrayait la chronique grâce à une vitesse mirobolante. Pour taper dans les Vmax il faut être au moins sur le deuxième tour d’un circuit afin de bénéficier d’un Boost (Turbo limité en utilisation à la jauge d’énergie) et connaître l’emplacement des flèches de vitesse. Je vous conseille la course nommée Silence, toute en ovale, pour tenter de taper un record de vitesse de pointe ! Seul bémol pour l’animation : les décors en fond d’écran s’affichent souvent au dernier moment. On ne peut pas non plus trop faire la fine bouche étant donné que les circuits sont tellement alambiqués qu’on en voit différents bouts tout autour de la portion de piste que vous pratiquez. La musica ! Elle est trop belle ! Les mélodies sont frénétiques, le tempo endiablé et le tout est joué dans des sonorités entre guitare électrique et clavier. Ajoutez à cela la bonne idée d’incorporer quelques voix digites pour la course et même en fond dans certaines musiques et vous obtenez un ensemble sonore détonant !
Si les musiques électrisent et donnent envie de victoires de par leur lyrisme, certains bruitages soulignent brutalement les règles à respecter comme ne pas se frotter aux bordures ou aux murs qui délimitent le circuit. Idem en cas d’explosion du véhicule, les bruitages sont percutants ! Kong-clusion X : F-Zero X est une suite attachante du jeu Super Nintendo. La Nintendo 64 est bien exploitée : la 3D est mise à rude épreuve de par les tracés vrillés et torturés des circuits ainsi qu’avec la vitesse d’animation carrément démentielle. En revanche, on déplore quelques mauvais effets de clippings, du brouillard en fond de perspective et des décors souvent trop vides (peut être est ce dû aux limitations techniques du support cartouche et son manque de capacité).

Outre le fun procuré par des circuits tout en relief, on remarque l’arrivée d’un mode Death Race. En DR, il faudra exploser tout ce qui bouge afin de récolter un maximum d’étoiles ! C’est comparable à un Royal Rumble ou à un Arena de Destruction Derby plutôt ;). Afin d’achever les autres machines, il faudra user de la nouvelle attaque spéciale (dans la pratique elle sert rarement sauf pour la DR) qui consiste à faire pivoter son engin sur lui même. Vous pouvez aussi mettre des coups de côté mais pour obtenir de bons résultats cette méthode est plus longue. Les Plus :
- 30 véhicules sur la piste : ça le fait sur la ligne de départ !
- le plaisir de jeu est énorme grâce à des tracés permettant de se frayer des trajectoires même dans les virages en S les plus sournois
- les cylindres, loopings et autres fantaisies de cet F-Zero
- musiques Metal de haute envolée
- progressivité de la difficulté avec les différents modes et leagues
- quelques fameux remixes.

Les Moins :
- les pistes manquent de graphismes sur les bas côtés
- beaucoup de clipping Graphismes/Animation : 8 /10
La vitesse d’animation et la finesse des textures de la piste (éclairage sur le côté notamment) rattrapent le manque d’éléments dans les décors.

Environnement sonore : 9 /10
La quasi totalité de la bande son est une pure merveille. Sortez les bières (enfin avec modération, hein Ra-Oh) et headbanguez à tout vas !!!

Maniabilité : 8 /10
Pour être honnête on s’en sort avec les commandes de base. Il sera rare que vous ayez à utiliser les attaques spéciales. Le stick analogique répond superbement.

Fun/Durée de Vie : 8,5 /10
Le jeu à plusieurs apporte un second souffle pour ceux qui n’auraient pas le courage de s’acharner à battre ses meilleurs records de temps au tour.

Intérêt : 8,5 /10
F-Zero ne perd pas de sa superbe avec cette version 64. Avec quelques innovations, de nombreux circuits et véhicules, une 3D adaptée aux besoins de ces courses futuristes et un mode de jeu multijoueurs jusqu’à 4 en splitté, F-Zero a tout pour rassasier l’appétit des dingues de vitesse.

P.-S.

Sortie en Europe le 6 Novembre 1998
Editeur/D

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette