Consoles-Fan

Accueil du site > Aventure > Lady in The Water > Lady in The Water

Lady in The Water

Water ? Comme les toilettes ?

samedi 30 septembre 2006

Cleveland Heep est gardien dans une r

Le moins que l’on puisse dire à propos de Lady In The Water, est que ce film n’a pas été réalisé dans l’idée d’être pris au sérieux. Se basant sur la légende des Narf, le film de Night Shyamalan met en scène des gens tout à fait banals. L’histoire se veut sérieuse dans sa trame, mais n’hésite pas à rendre cocasse des situations qui ne le sont à priori pas. Ainsi, nous avons un personnage qui tentera de décoder un message, dans des mots croisés, ou un autre qui ne fait sa muscu, que d’un seul côté. A tout ceci, on peut tout de même reprocher aux personnages d’adhérer aussi vite à la légende des Narfs. Dans les faits, nous apprenons au début du film, que par le passé, les Narfs servaient de guides aux hommes. Ces dernières possèdent le pouvoir de prédire l’avenir. Mais avec le temps, les hommes se sont éloignés des eaux, et donc des Narfs. Celles-ci ont longtemps essayés de reprendre le contact, mais ont finalement dû renoncer. Aujourd’hui, elles ont décidé de retenter de renouer le contact. Seulement voila, les Narfs ont un ennemi, les redoutables Scrunts, créatures à l’allure de loups, et qui peuvent les attaquer quand elles sont hors de l’eau. Heureusement pour les Narfs, des règles existent, et sous certaines conditions, elles peuvent rentrer en tout sécurité chez elles. Soyons clair, Lady In The Water ne marquera pas les esprits. Le scénario est mince, et le côté second degré ne plaira pas à tout le monde. Cela étant dit, on se laisse aller sans regarder l’heure, à suivre les protagonistes essayer de comprendre qui est la jeune femme, et ce qu’elle attend d’eux. De plus, le jeu des acteurs est tout à fait correct, et n’est pas surjoué, chose qui aurait gâché, je pense, le second degré du film. A côté de ça, les effets spéciaux sont de bonne facture, et ne trahisse donc pas l’esprit "comte" de l’oeuvre. A voir avec vos enfants.

P.-S.

Ann

Répondre à cet article