Consoles-Fan

Accueil du site > Aventure > Dragon Quest > Dragon Quest Heroes : Rocket Slime

Dragon Quest Heroes : Rocket Slime

Un slime bleu, bien visqueux...

mercredi 9 mai 2007, par poisoned

A l’heure o


Vous commencez l’aventure avec Rocket, un slime bleu. Si le personnage ne vous dit rien à part peut-être le fait que vous l’avez déjà croisé sur pas mal d’artworks de Dragon Quest, bienvenu au club. Bon... Je reprends. Aux commandes de Rocket, vous passez des jours heureux à Boinsburg, votre bourgade. Vous faites le fou avec vos amis mais soudain, votre village est attaqué par des boules de métal géantes lancées à partir d’un énorme tank. Vos ennemis détruisent tout sur leur passage et kidnappent tous les membres du village. Vos chers amis sont emportés dans des coffres et vous êtes le seul rescapé de cette rafle. Ni une, ni deux, vous ne vous posez pas de question et partez à l’aventure pour sauver vos semblables. Voilà donc un scénario pas spécialement révolutionnaire mais pour le moins efficace. Maintenant, il ne vous reste plus qu’à parcourir les niveaux du monde de Slimenia pour venir en aide à vos amis. Dragon Quest Heroes : Rocket Slime joue la carte de la simplicité que ce soit en terme de graphismes, de musiques ou de maniement du personnage. Tout a été conçu simplement mais efficacement. Encore une fois, Square-Enix ne révolutionne par le genre mais fait quelque chose de très propre. L’intérêt du soft se trouve autre part et afin de vous contenter, voilà quelques explications.

Loin de moi l’idée de vous faire un test à rallonge afin de parler du titre. Il vaut mieux passer à l’essentiel et le faire correctement. Allons-y donc par étapes. A première vue, Dragon Quest Heroes : Rocket Slime passe pour un action/rpg un peu mou du genoux. En effet, on s’ennuie fermement dès le début mais c’est parce que le soft dévoile peu à peu son intérêt. Lors de votre premier périple afin de sauver vos amis, vous apprendrez les bases du maniement de votre personnage. Rocket ne peut pas faire des masses de choses mais ce côté simpliste révèle en fait un gameplay intéressant. En effet, le jeu n’est pas du tout basé sur des combats au corps à corps puisque votre slime ne dispose que du saut et d’une attaque, l’Elasto Blast, pour terrasser les ennemis peu belliqueux. L’Elasto Blast vous servira soit à occire votre ennemi, soit à casser des parties du décor ou encore à ouvrir les coffres renfermant des bonus, ou mieux, vos précieux congénères. Votre personnage peut aussi transporter 3 choses sur sa tête (objet, ennemi, slime...). A partir de ces constats, on comprend vite que le but de Dragon Quest Heroes : Rocket Slime n’est pas de hacher menu vos adversaires mais plutôt d’accumuler les éléments qui vous entourent. Pour faire simple, voici ce que propose le soft. Comme vous ne pouvez pas tout prendre sur votre tête, il faut bien le déposer quelque part (vous pouvez aussi utiliser ce qui vous sert de couvre chef pour défoncer vos ennemis mais bon...) et c’est là qu’intervient le Translimenian Railray. Dans chaque niveau, vous allez trouver par-ci et là des espèces de planches montées sur rails menant directement à votre village natal. Ces wagons servent, en fait, à envoyer vos ennemis, objets ou amis à Boinsburg. Si vous voulez quitter un niveau rapidement, il vous est aussi possible de passer par cette solution pour revenir chez vous. Vous l’avez dorénavant compris, le but de ce jeu est de ramener tout ce qui vit dans votre village et ce pour plusieurs raisons.

Au fur et à mesure de votre progression, vous allez comprendre pourquoi vous vous donnez tant de mal pour renvoyer tout ce qui bouge chez vous. L’explication est assez simple mais elle mérite tout de même d’être dite. En premier lieu, lorsque vous ramenez des slimes dans leur village, la population augmente et de nouveaux lieux deviennent alors accessibles. Certains slimes vous donneront aussi des objets ou vous expliqueront quelques mécanismes du jeu. Ainsi, certains personnages vous aideront dans votre quête comme notamment un professeur un peu fou qui vous enseignera le maniement de votre Tank... Votre arme de prédilection pour les véritables combats. Une fois que vous avez compris cela, tout tombe sous le sens. Les objets amassés vont vous servir de munitions pour les combats de tanks tandis que vos ennemis et même vos amis (j’entends par là certains slimes) vont être vos coéquipiers. A noter aussi que plus vous progresser dans le jeu, plus les possibilités multiplient. Vous pourrez ainsi combiner des objets pour en acquérir de nouveaux ou encore upgrader votre tank pour être sûr de ne pas perdre durant les combats. Bref, plus l’aventure avance, plus on prend beaucoup de plaisir à découvrir le soft. En fait, c’est ça la magie de Dragon Quest Heroes : Rocket Slime. Afin de ne pas vous gâcher toute la découverte du soft, je vais simplement vous expliquer le déroulement d’un combat de tanks.

Les combats de tanks peuvent être considérés comme des phases de batailles contre des boss. Comme tuer les ennemis par le biais de l’Elasto Blast n’est pas spécialement alléchant, Square-Enix a prévu autre chose et c’est tant mieux. Afin de prendre place dans votre machine de guerre, il vous faudra choisir un équipage (chaque personnage a une particularité) et surtout les munitions qui font le plus de dégâts car le but est simple : faire exploser le tank adverse avant que l’ennemi fasse de même avec le votre. Pour cela rien, rien de plus facile : une fois à bord de votre engin, des gouttières vont faire tomber des munitions et vous allez devoir les balancer dans des canons destinés à attaquer le camp adverse. A ce moment, l’action en temps réelle se déroule sur l’écran du bas et l’écran du haut représente, lui, votre tank et les munitions envoyées. Vous pouvez ainsi balourder des objets en hauteur ou vers le milieu tout en sachant que si l’un de vos objets rencontre un projectile adverse, ceux-ci s’annulent tout bêtement. Cela parait compliqué mais c’est en fait très simple et même parfois un peu technique (même si le bourrinage est une méthode sans faille). Pour vous donner une idée, des objets comme le poids mettra un temps infini à s’écraser sur la coque de l’ennemi alors que les flèches seront très rapides. A vous de choisir correctement votre arsenal. Une fois les HP du tank adverse à 0, vous allez devoir rentrer dans le camp adverse pour casser le cœur du tank et ainsi gagner la bataille. Voilà en quoi se résument ces joutes même si les possibilités sont multiples comme par exemple s’infiltrer dans le camp adverse au cours d’une bataille pour empêcher l’ennemi d’envoyer des projectiles, lui voler des munitions et bien d’autres encore.

Si vous avez eu le courage de lire jusque là, alors vous avez compris le but premier de Dragon Quest Heroes : Rocket Slime : Divertir !! Le soft passe pour un simple action/rpg et pourtant, il fourmille de bonnes idées et arrive à fusionner des genres différents. On ne s’ennuie jamais mais on ne crie pas pour autant au chef d’œuvre. Encore une fois, le jeu peut se résumer avec les mots « simplicité » et « efficacité ». Il est toutefois possible de trouver des défauts majeurs au titre comme sa faible durée de vie, sa facilité ou encore sa répétitivité. Pourtant, on prend un malin plaisir à effectuer des batailles de tanks et à collecter le plus d’objets possibles pour disposer du meilleur équipement. Il est bon aussi de dire que les joutes « tankales » (je sais, le mot n’existe pas) sont jouables en multi et que cela relance un peu l’intérêt. Pour conclure, Dragon Quest Heroes : Rocket Slime est un titre qui ne paye pas de mine mais qui mérite vraiment le détour malgré une durée de vie un peu faiblarde pour le genre.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette