Consoles-Fan

Accueil du site > Autres > Shigeru Miyamoto > Shigeru Miyamoto

Shigeru Miyamoto

mardi 27 juillet 2004, par Teiseken

Shigeru Miyamoto, aussi connu sous le nom du Steven Spielberg du jeu vid

Ses jeux
Biographie
Conception des jeux
Pour conclure
Liens

Ses Jeux
En guise d’introduction voici une petite liste de quelques jeux qu’il a produit et où il a apporté son savoir faire de conception, ses idées (il a créé des jeux sur la Nes, la Snes, la N64, la Game Boy, la Game Boy Advance, la Game Cube,... en bref : sur toutes les consoles de Nintendo)  :
- les Donkeys Kongs.
- les Marios, Luigis, Yoshis, Kart,.... (dont certains titres tournés vers le sport, les puzzles games ou la création artistique (Mario Paint sur Snes), les héros Nintendo créés par Miyamoto ne font parfois qu’une apparition furtive en guise de clin d’oeil dans leurs jeux).
- les Zeldas.
- en vrac : Excite Bike (Nes), les F-Zeros (Snes, N64, GBA, Cube), Pilotwings (Snes), les Wave Races (GB, N64, GC), les Kirbys, Donkey Kong Country (Snes), les Pikmins (GC), Metroid, Duck Hunt, Star Fox, Stunt Race Fx (Snes)... Pour ne rien gâcher en plus d’être célèbres et de se vendre très bien, la grande majorité de ses jeux sont d’une qualité irréprochable  ! Mais revenons au commencement de l’histoire :

Biographie
1952 : Shigeru Miyamoto est né à Sonebe en campagne au Japon le 16 novembre dans une famille qui n’avait pas tellement d’argent. Etant jeune il appréciait les mangas, le baseball et différents moyens d’expression artistiques comme la peinture, le dessin mais aussi la musique, les spectacles. Il n’avait pas très souvent la possibilité de regarder la télé ou d’aller au ciné, cela explique qu’il n’ait pas été très influencé (c’était également le début de l’èe des jeux vidéo quand il commença à concevoir les jeux). C’est peut-être une des causes de sa très grande imagination si prolifique.

1970 Université des Arts et de l’Artisanat industriel de Kyoto (Kanasawa Municipal Arst and Grafts College), ce n’est pas un très bon élève. Il n’était pas très assidu, les cours l’ennuient. Pourtant il sent qu’il veut faire quelque chose de grand et d’orginal.
1975 Il obtient finalement son diplôme.
1976 Il essaye de rentrer chez Nintendo en vain.
1977 Il est enfin embauché chez Nintendo, entreprise qui s’occupe de jouets, à Kyoto (il a 25 ans) pistonné par son père (Ouuuuuh ! ;) ) qui avait pour connaissance Hiroshi Yamauchi (qui restera président de Nintendo jusqu’à 2001). Il est graphiste et designer de bornes d’arcade.
1980 Après plusieurs réflexions avec les dirigeants de Nintendo sur l’évolution prochaine du marché des jeux vidéo, Miyamoto et Nintendo se mettent à concevoir des jeux vidéo dans une optique différente des autres marques :
parmi les objectifs définis par Miyamoto et ses dirigeants :
- il faut créer des personnages attachants (des héros de marque)
- améliorer les scénarii des jeux
- faire évoluer les jeux vidéo vers de nouveaux genres (pour changer des pacman-likes et autres shoots de l’époque)

Shigeru commence à concevoir son premier jeu : Donkey Kong. (Il devait finir un jeu de tir mais il n’était pas motivé, alors il a créé un jeu depuis le début). Il compose la musique du jeu avec son synthé personnel.

1981 Donkey Kong sort en arcade. Mario y fait sa première apparition. Pour l’occasion, il est charpentier. Petite anecdote Mario devait s’appeler Jumpman (car c’est un jeu de plateforme), mais c’est le nom du locateur du lieu de travail de Nintendo qui l’emporta.
1982 -1983 Lui succédent Donkey Kong Jnr et Mario Bros ((pour Mario Brothers) avec luigi en jeu de plateforme où il faut récupérer des pièces en sautant sur des tortues. Le problème de Miyamoto avec les tortues restera toute sa vie, il est apparemment tortuophobe.) toujours en arcade. Mario a une promotion et devient plombier.

1984 Miyamoto dirige son équipe de développement.
1985 Super Mario Bros débarque sur Nes. C’est la cartouche vendue à plus de 40 millions d’exemplaires. Un record ! Miyamoto est un fan de Disney, il ne le savait pas encore mais quelques années plus tard certains sondages mettaient en évidence que la notoriété du père Mario était supérieure à celle de Mickey.

1986 Mario est sur G&W dans un jeu de plateforme. Donkey Kong & Mario Bros sur Nes. (Après 1986 les apparitions de Mario ne sont plus tous les ans, elles sont de plus en plus espacées.)
Toujours en 86 : le 26 janvier sort Legend of Zelda  : vu de dessus ce jeu est inspiré par la maison d’enfance (qu’il voyait comme labyrinthique étant petit) de Shigeru (plus tard pour la Cube, ce sera son jardin qui l’inspirera pour Pikmin). Le nom du jeu vient du film Legend.
Notons au passage que la seule équipe de Miyamoto et bien sur Miyamoto lui même ont apporté aux jeux vidéo un nombre hallucinant d’innovations comme ici, avec Zelda, la vue de dessus, le scrolling horizontal et la création d’un inventaire pour stocker, interchanger et sélectionner armes, équipements ou objets.

1990 Avec le passage à l’aire des 16 bits, l’équipe de Miyamoto a travaillé pour la conception de la Snes et de sa manette. D’où la création des touches latérales L et R au dessus de la manette. Encore une innovation signée Miyamoto.
Toujours sur Snes le mode 7 (incorporation dans les jeux d’effets 3D, transparences, zooms, rotations,...) et les puces Super-FX (ajoutées dans certaines cartouches de jeu) préfigurent ce que seront les jeux 3D futurs avec par exemple les jeux d’autos et de tirs  : F-Zero, Pilotwings, Star Fox, Stunt Race FX...

1993 Zelda Link’s Awakening sort sur Game Boy : le succès est immense, c’est un des meilleurs épisodes avec le III sur Snes. Miyamoto invente le jeu entre plusieurs consoles reliées ensemble avec le link : un cordon qui permet à 2 joueurs munis de 2 GB et de 2 mêmes jeux de jouer ensemble sur des écrans différents.

1996 Sortie de la Nintendo 64 : première console dédiée à la 3 D par Nintendo. Le choix a été de garder les cartouches comme support pour éviter les temps de chargement, problème déjà rencontré avec l’idée d’un ajout Hardware (un lecteur de CD-Rom) sur la Snes.
On voit apparaître aussi quelques problèmes qui deviendront récurrents par la suite :
la manette est parfaite pour les jeux de Miyamoto (elle a été conçue pour) mais beaucoup d’autres jeux passent très mal avec cette manette dont des genres complets comme la baston à la Street Fighter.
Par contre Mario 64 est un jeu innovant tout en 3 D. C’est une véritable révolution pour l’époque et la maniabilité est parfaitement adapté au stick analogique de la manette.
La manette présente aussi l’avantage de créer une nouvelle sensation au joueur : la vibration avec Star Fox 64.
Les éditeurs ne suivent pas le choix de ne pas avoir de lecteur de CD pour la console, d’où un manque au niveau du nombre de jeux et de ventes de consoles. Ces dernières remontent fortement grâce à des jeux comme les Zeldas. Il y a peu de jeux sur la console mais ceux de Nintendo font carton plein à chaque fois. La 64 en a mis plein les poches à Nintendo, ils n’avaient jamais fait autant de bénéfs. La compta ça me dépasse !

Il s’occupe de la conception :
- de la Game Boy Advance (et là c’est un peu dommage qu’il n’est pas créé une sorte de "seconde génération de jeux Snes" ou même de "jeux d’un style Néo Géo portable",pour se contenter de faire de simples portages de ses succès de la Snes) - de la Cube et fait de nombreuses apparitions dans les salons de jeux vidéo pour présenter ses futurs consoles. Il innove toujours avec des jeux comme Pikmins. Il compte sur la connectivité entre la GBA et la Cube pour bouster les ventes de consoles. La Game Boy Advance marche très fort encore aujourd’hui, la Game Cube se défend mieux que la X-Box mais reste très loin derrière les ventes de la PlayStation 2.

Conception des jeux :
On reconnaît là quelques idées de Miyamoto qui resteront à jamais :
comme l’envie de surprendre toujours plus le joueur, de l’immerger dans des mondes différents de la réalité, féerique, et qui nous font pousser des hurlements de joie à leur découverte.
Il a énormément travaillé sur le concept de ses jeux, cherchant en profondeur quelles innovations ou changements effectuer. Certaines choses ne sont pas forcément évidentes mais sont bien présentes :
exemple : Miyamoto sait qu’obligatoirement un joueur passera énormément plus de temps dans les premiers niveaux des jeux que dans les derniers. C’est pourquoi il place les niveaux les plus funs de ses jeux dans les premiers niveaux. S’il a énormément d’idées pour un jeu, il en garde quelques unes pour sa suite,... Mille et une technique pour la conception d’un jeu.
C’est un vrai auteur et lors d’interviews il a déjà expliqué qu’il garde toujours un calpin dans sa poche et qu’il note les idées quand ça lui vient à tout moment de la vie (comme pour les Pikmins et Zelda). Il utilisa les décors de sa ville campagnarde natale : Sonebe, dans les Marios.
Il a été vraiment marqué par son enfance et son passage à Sonebe. Il découvrit lors d’une ballade solitaire : un très grand trou. Il finit un jour par y entrer avec une lanterne et ce trou donnait sur une cave qui donnait sur d’autres caves par l’intermédiaire d’autres trous. Vous voyez l’importance de l’influence de la nature sur notre génie du jeu.

Il a voulu aussi garder la pureté de son enfance dans ses jeux. Ses derniers sont dépourvus de grande violence et gardent un côté enfantin. Même dans les Zelda 3D où ça castagne fort à l’épée il n’y a pas de sang. Il n’y a jamais rien de choquant ni de provocateur dans les jeux de Miyamoto. C’est tout à son honneur car ses jeux marchent très fort et touchent un public extra large. Quand Nintendo s’est mis à ouvrir un service téléphonique d’aide aux joueurs en France, on s’est aperçu que les personnes âgées appelaient et jouaient tout autant que les enfants. Prenez un jeu comme Mario : au premier abord son monde est si enfantin que ça pourrait rebuter les adultes, mais vous aurez forcément un ami qui a un jeu Mario et l’essayer juste une fois c’est l’adopter. Les jeux vidéo qu’il crée repoussent certaines barrières qu’il pouvait y avoir dans une famille, par exemple, entre un père et ses enfants...

Il faut aussi créditer Miyamoto d’avoir une bonne dose d’auto-critique et de savoir admettre quand les autres font de bonnes choses. Il a notamment déclarer passer un temps important à jouer à Samba Di Amigo sur Dreamcast avec les Maracas !
Il a réellement un bon esprit, il est fair play, c’est un grand. Il surfe sur le succès avec facilité, c’est aussi l’un des concepteurs des Pokémons, il est vraiment plein de ressources.

Pour conclure :
On peut dire que Shigeru Miyamoto est devenu une personne incontournable et irremplaçable. C’est une sorte d’artiste, le génie du ludique  ! Ses jeux font office de références et Mario a même eu son adaptation au cinéma américain.
Il ne fait plus le même travail de créateur comme avant car il a transmis son savoir faire à ses équipes de développement (comme chez Konami : avec Hideo Kojima et Metal Gear Solid 2). Il dirige et surveille pour voir si le niveau des jeux issus de ses équipes est suffisamment génial. Il a consacré sa vie à Nintendo (où il a rencontré sa femme avec qui il eu deux enfants) et l’on peut être sur qu’il n’a pas fini de nous étonner.
Je finirai en mettant en évidence que cet homme a touché un nombre incroyable de personnes, en lui disant un grand MERCI et en lui souhaitant de reprendre le marché en main.

Liens, qui m’ont aidé entre autres à créer cette bio, bourrés d’infos et de ressources :
Miyamotoshrine.com  : la plus grande galerie de photos au monde sur Miyamoto.
Puissance-zelda.com/Miyamoto : de nombreuses citations notamment.

Répondre à cet article

6 Messages de forum


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette