Consoles-Fan

Accueil du site > Plate-formes > Plate-formes 3D > Super smash bros > Super Smash Bros. Ultimate

Super Smash Bros. Ultimate

Est-ce qu’il reste encore

mardi 8 janvier 2019, par Davy1

Non mais Nintendo, tu croyais quoi ? Tu pensais que je n’allais pas voir où tu allais nous emmener ? Après nous avoir resservi (sans s’en cacher) Mario Kart, Captain Toad ou encore Pokken Tournament, Nintendo continue de recycler sans en avoir l’air et nous sert une version finale de Super Smash Bros en Wii U. L’interface est quasiment identique (donc finalement ils ne s’en cachent pas tant que cela) mais le service est vraiment à la hauteur. Et quel contenu de fou furieux. Car si l’adaptation est, de fait, un peu parresseuse puisqu’elle se contente essentiellement de repomper l’existant, le contenu des plus généreux va faire taire les joueurs les plus exigeants.

01

Mais avant de développer le contenu, parlons un peu réalisation. C’est presqu’un sans faute pour le titre qui fonctionne bien en mode télévision ou en mode portable. Le jeu est vraiment très fin et bénéficie d’un framerate de 60 FPS avec quelques chutes malgré tout lorsqu’il y a trop de monde à l’écran. Mais ce qui s’y passe est dingue, en avant-plan tout comme en arrière-plan. C’est la fête aux effets de particules de toutes sortes : confettis, fumées, flammes...

Jamais un casting n’aura été aussi important, jamais un Smash Bros n’aura aligné autant de stages jouables dont quelques-uns sont évolutifs. Les statistiques du jeu donnent le tournis. Imaginez le nombre de possibilités que l’on obtient rien qu’en choisissant 8 personnages parmi 69, que chaque stage apporte sa différence de par sa structure et que pour couronner le tout il est encore possible de choisir la musique parmi une playlist de malade mental. 874 chansons ! J’ai pas de liste Spotify aussi longue et il n’y en a pas que pour l’univers de Nintendo : les invités ont aussi été bien reçus ! Et comme il est possible de configurer bien des règles du jeu, les possibilités semblent si vastes qu’on en ressort avec l’impression que le jeu risque de nous lasser avant d’avoir eu le temps de tout explorer tellement c’est fou.

04

Pourtant, le jeu n’est pas arrivé entier puisqu’un season pass pourvu de 5 DLC est aussi disponible. Les premiers acheteurs recevront même la plante Piranha.

Si sur WiiU, il était possible de jouer à 8 sur certains stages seulement, le jeu sur Switch n’impose pas de limite. Il est vrai que tout ce monde à l’écran ne facilite pas vraiment la visibilité et qu’il faudra se faire à ce joyeux bordel à l’écran.

03

La difficulté est assez corsée, n’allez pas croire que récupérer tous les personnages du jeu se fera en une seule traite. On échouera parfois en pestantmais il faut aussi bien se rendre compte que le jeu a mis la barre assez haut. J’en veux pour preuve, les différents boss du jeu qui vont vous faire véritablement souffrir.

Gigantesque cross-over vidéoludique même si beaucoup de personnages proviennent fatalement de l’escarcelle de Nintendo, on ose à peine imaginer le montant des royalties reversées aux différents éditeurs ! Parmi les licences nouvelles, je note avec grand bonheur l’arrivée de Castlevania, un choix pertinent d’une série qui a su marquer les joueurs à travers le temps.

05

Au final, Super Smash Bros Ultimate déroule le tapis rouge à la surenchère et on adore ça. On trouvera toujours certains esprits chagrins pour ne pas aimer ça, qu’ils restent dans leur coin. Et à propos d’esprits, vous pourrez améliorer les statistiques de vos joueurs en les unissants à toute une série de personnages complémentaires de soutien.

Super Smash Bros Ultimate se déguste en mode partie rapide ou au contraire, tout en longueur, jusqu’à la lie, il s’adapte à votre profil de joueur et offre en tous cas un contenu de dingue à débloquer qu’il faudra encore maîtriser.

Même si dans les faits, Super Smash Bros Ultimate s’apparente à une version deluxe de Super Smash Bros WiiU, l’examen est emporté haut la main par Nintendo.

02

Graphismes : 92%
Hyperpropre !

Animation : 88%
De rares ralentissements à 8. Certains mouvements de cameras qui en font trop et qui nuisent à la lisibilité tout en donnant la gerbe.

Jouabilité : 90%
Parfois trop brouillon.

Bande Son : 95%
Superbe hommage ! Une belle recherche de l’exhaustivité !

Intérêt : 97%
Du contenu à en revendre !

Note Globale : 94%
Grand prix de l’excellence !

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette