Consoles-Fan

Accueil du site > F.P.S. (Quake-like) > Medal of Honor > Medal Of Honor Frontline (En premi

Medal Of Honor Frontline (En premi

Tu la sors ta grosse berta ?

jeudi 5 février 2004, par Teiseken

Avec ce MOHF on pense au Soldat Ryan, mais en fait la seule similitude qu’il y a avec le film c’est que

Ca démarre spectaculairement. Les doigts de pied en éventail sur la plage : Pas d’intro dans ce jeu (ci ce n’est quelques cinématiques - qu’on peut passer facilement - en noir et blanc pour vous mettre dans le contexte historique de la seconde grande guerre et nous expliquer la mission).
Premier plan du jeu : la caméra nous montre l’horizon où la mer ce joint au ciel grisâtre : des navires de guerre se dirigent vers la côte ainsi que des "barquettes" (barges Higgins au large d’Omaha Beach) type boîte à sardine avec à l’intérieur une dizaine de militaires US dont vous lieutenant Patterson. Bienvenue dans Medal of Honor En première ligne. Depuis votre barge vous voyez une des barges voisines exploser sous l’assaut d’un avion ennemi. Lorsque la boite à sardine s’ouvre tous les hommes se jettent à l’eau. Les balles de la DCA fusent dans l’eau (la scène est incroyable : tout est au ralenti et vos équipiers se font tuer sous la flotte, seul 4 soldats sont rescapés plus vous et votre supérieur Jimmy. Avec des mouvements de caméra impressionnants vous sortez de l’eau. L’univers graphique et sonore change totalement : quel contraste !! Le volume du son est très haut et ça canarde partout. On voit les vagues onduler sur la mer et l’écume débarquer sur la plage. Les explosifs qui vous sont destinés font d’énormes trous sur la plage et le sable ainsi que quelques soldats sont projetés à 10 m de haut. Le volume sonore est surélevé, on dirait qu’on est au ciné. Il faut retrouver vos 4 équipiers et les aider à avancer vers les graviers (le haut de la plage) en les couvrant face aux bunkers allemands.

Le scénario est présent, mais au service de l’action : C’est pas du Metal Gear et tant mieux ! Dans MOHF on a pas des scènes cinématiques interminables qui nous ennuient dès la 2e fois qu’on les visionne. Cela n’entrave pas la durée de vie donc dans ce jeu. Dans chaque niveau il y a entre 2 et 8 objectifs, en général 5. Pour chaque objectif il est possible d’appuyer sur la touche SELECT afin d’avoir quelques conseils pour amener à bien sa mission. C’est utile et assez chouette je trouve. Ca nous facilite la tâche. On est pas obligé de l’activer si on veut que le jeu soit plus dur(et puis pour les bourrins qui aiment mourir tous les 30 sec, suffit de se mettre en niveau de difficulté dur).

Bon alors globalos : la réalisation y a rien à redire. Tout a été conçu pour qu’on fasse "ouha !!! " devant sont écran : explosion des caisses avec de nombreuses planches qui volent en hauteur, nombreuses scènes avec des avions qui durant les combats passent au dessus de nous, véhiculent qui se scratchent, roues qui volent ou roulent durant des dizaines de métres !! Yeah ! ça c’est un jeu de folie, on est dans un film ou quoi ? Dans les bunkers la poussière tombe du plafond lors des tirs de mortier, vous faites des signaux lumineux de fumée rouge pour signaler la position aux avions qui se feront un plaisir de tout bombarder. Les graphismes sont géniaux : énormément de textures très fines, la résolution est top. Et on se met à faire des pieds de nez à la Cube et la X-Box car franchement c’est mieux que tout ce qui s’est vu sur ces consoles en France(enfin au moment où le jeu est sorti). Les éditeurs commencent à savoir programmer la bête PS 2 qui était très dur à dompter, mais ça y est : on a le collier de sécurité :-). Le son est exceptionnel avec les tirs des autres champs de bataille qu’on entend au loin comme dans un film encore une fois.

Les armes automatiques et puissantes sont très réalistes et c’est toujours un plaisir dans cette série de se voir recharger les armes avec la main du lieutenant Patterson.
Les ennemis sont très intelligents, courent en diagonale, évitent vos balles, retournent les tables ou utilisent des équipiers pour se cacher derrière. Les plus balaises et habitués du FPS en multiplayer ne seront pas déçus par ce jeu tout en mode solo.

En ce qui concerne les différents niveaux, ils sont malheureusement inégaux. Certains ont un pur charme style village (vous êtes dans une boutique à l’ancienne, superbe), bien sur il y a la plage, "le clandestin" est un niveau en Grande Bretagne où l’on doit détruire un tank comme dans le niveau des ruines d’une ville bombardée.
On peut casser les vitres de toutes les maisons. Les impacts de balle sont très très nombreuses, ça ne s’efface pas.

Je dirai que le seul point noir c’est pour viser les ennemis : il y a une visée spéciale qui créé un petit zoom avec n’importe quelle arme (touche R2) mais ce n’est pas suffisant. De ce côté là on se dit que si on jouait avec une souris  : ce serait le panard !!

Les antécédents :
¤ " Medal of Honor " (Playstation, EA) : le 1er de la série : une ambiance de forêt et de ruines très chouette, une maniabilité innovante. Excellent !! D’un grand intérêt.
¤ " Medal of Honor Résistance " (Playstation, EA) : tout comme cette suite qui est du même niveau. C’est vraiment la meilleur série les MOH sur la seconde guerre mondiale en FPS. Ici l’innovation c’est d’être le 1er doom-like à utiliser des autres persos du jeu contrôlés par l’ordi pour des objectifs de missions encore plus durs : par exemple aider un contact de la résistance à joindre une destination. Pour l’occaz vous êtes dans la peau de Manon en 1940 (authentique femme de la résistance de la guerre qui est d’ailleurs interviewé dans une vidéo sur le CD). Excellent les bergers allemands qui courent après vous.
¤ " Medal of Honor Allied Assaut " (PC, EA) : Une grande avancée graphique avec des arbres définis feuille par feuille, des textures sublimes mais le tout est graphiquement moins bon qu’en PS 2. Enfin c’est génial et le contrôle est bien meilleur. C’est très dur en niveau normal, mais je l’ai claqué aussi donc c’est faisable. On peut contrôler un tank : les obus tirés détruisent les maisons murs par mur : un des premiers jeux qui utilise la gestion de destruction de décors avec Red Faction. On peut dire que cette série est vraiment excellente et a su innover à chaque épisode. Cette version est peut être la meilleur de la série grâce au contrôle de la souris. Le mode multiplayer est bon mais ne vaut pas Soldier of Fortune II.
¤ " Return to Castle Wolfenstein " (PC, ID software) : Le retour du célébre jeu mythique : une ambiance très différente des MOH mais qui est aussi de très haut niveau. La encore les graphismes sont sublimes, le style est différent, j’aime beaucoup  : surtout le lance flamme et l’idée d’avoir intégrer des sortes de mutants squeletiques monstrueux (bien intégrés dans l’histoire).

Graphismes : 8/10
La claque : c’est le top, à l’époque de sa sortie, j’en croyais pas mes yeux.

Environnement sonore : 9/10
De grande envergure avec des morceaux Epics et surtout des bruitages fabuleux. Les voix digits françaises et allemandes assurent le réalisme. L’ambiance du jeu est par conséquent ultra motivante.

Animation : 9/10
Aucun ralentissement et pourtant les sprites et les polygones fourmillent de partout.

Maniabilité : 5/10
Beaucoup trop approximative, enfin avec le temps je commence à peine à m’y faire. Limite je dirais. C’est moins bien qu’en PS 1. Le stick analogique de la PS 2 n’est pas terrible, c’est le même que sur la PS 1 mais il est encore plus mal utilisé.

Durée de vie : 7/10
La conjoncture du genre est toujours à la hausse : on a de plus en plus de FPS donc on les recommence moins souvent en mode solo. En plus celui ci n’a pas de mode multijoueur : c’est normal c’est sur console et c’est ennuyeux d’avoir un abonnement en plus d’internet pour raquer encore une fois.

Fun : 7/10
C’est un fun génial et assez spécial car ça fait très réaliste. Cependant certains niveaux sont ardus et moins bons que d’autre.

Note Finale : 7/10
Le jeu est percutant mais dépourvu de toute hémoglobine. Pourtant le tout reste très violent car la réalisation est incroyable : c’est presque un film. Les graphismes sont sublimes et ressemblent à des images de synthèses orientées digitalisation.

P.-S.

Editeur : EA
Site officiel
Genre : FPS
Joueur : 1

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette