Consoles-Fan

Accueil du site > Rythm’n Game > Mad Maestro > Mad Maestro

Mad Maestro

Et comme le dit le vieux proverbe japonais : "Oussaikejaifourraimabagaiteu"

dimanche 7 juillet 2002, par Davy1

La mode des jeux musicaux est telle que tous les


Avanti la musica

Commençons si vous le voulez bien par tous les points positifs du jeu. Tout d’abord, et c’est à mon avis la grosse qualité de ce soft, il est extrêmement original. Vous êtes le chef d’orchestre qui va devoir battre la mesure sur les œuvres classiques les plus connues (au programme : Schubert, Strauss, Brahms, Tchaikovsky, Beethoven, Mozart) : ça ne fera pas de mal à votre culture générale pour une fois ! Il suffit pour cela de suivre en rythme le déplacement d’un curseur entre des cercles placés en triangle ou en carré. Lorsque le curseur se situe sur le cercle, vous devez appuyer à ce moment-là. Parfois il faut appuyer simultanément sur la croix directionnelle si une flèche se situe dans le cercle. Jusque-là, rien de bien nouveau, c’est du vu et du revu de chez Revuland ! Le curseur se déplace à vitesse constante mais les cercles peuvent s’écarter ou se rapprocher s’il faut diminuer ou augmenter le rythme.

"Quel type de musique retrouve-t-on dans Mad Maestro ?"

Mais là où le jeu innove vraiment et utilise les boutons analogiques des manettes de la PS2 afin de vous faire ressentir la musique, c’est qu’il vous faudra appuyer comme un forcené sur les boutons lorsque les cercles sont rouges, ou au contraire les caresser lorsqu’ils sont bleus. Une pression intermédiaire s’effectuera lorsque le bouton est vert. Si la faible ou la forte pression sont directement assimilables, il vous faudra quelques parties pour bien doser la pression moyenne. Mais rassurez-vous, une jauge vous permet à tout moment de contrôler la pression que vous exercez. Et puis si vous appuyez trop fort ou pas assez fort, les cercles colorés vous le font bien comprendre. En effet, la couleur de la pression que vous avez exercé apparaît dans une étoile qui enrobe le bouton, vous permettant de rectifier immédiatement le dosage. Dans les options, il vous est même possible de paramétrer comme bon vous semble la sensibilité des boutons de la manette. De même, lorsque vous n’êtes plus en rythme, les boutons indiquent slow ou fast en fonction du rythme que vous avez adopté. Il vous est donc possible de contrôler intégralement ce que vous faites sans devoir vérifier une floppée d’écrans de contrôle.

Mais ce qui est réellement amusant dans Mad Maestro, c’est que lorsque vous ne taperez pas en rythme où lorsque vous vous tromperez d’intensité (faisant varier le volume sonore de la musique), vous obtiendrez une véritable cacophonie. Trop de jeux musicaux ou de danse ne sont pas influencés par les erreurs du joueur, il était donc important de le signaler.

Un concept simple qui remporte une fois de plus tous les suffrages

Le jeu est légèrement scénarisé. La finalité est de devenir un chef d’orchestre hors pair tout en rencontrant au fil des stages des personnages dans des situations parfois burlesques. Si vous réussissez un stage, votre orchestre se verra enrichi de nouveaux membres assez peu assortis, à moins que vous ne me trouviez un rapport entre un lion, un top model et un martien. Ils seront alors à vos côtés lors de votre examen final qui consiste à donner un concert en réussissant 3 morceaux classiques d’affilée.

En fonction de la qualité de votre jeu, le décor évoluera en bien ou en mal un peu à la manière de Samba de Amigo. Et comme dans Samba de Amigo, comme les commandes sont bien placées au milieu de l’écran, même si vous devez rester attentif, vous profitez malgré tout des décors puisque vos yeux ne sont pas rivés sur une partie bien précise de l’écran. Et pour ne rien gâcher justement, les décors sont plutôt sympas, colorés et variés. Entre le chapiteau du cirque, la place du village, et la plaine envahie d’extra-terrestres, vous aurez de quoi faire.

Les options de jeu sont très nombreuses, aussi je ne vais pas vous les détailler, ce serait mortellement ennuyeux. Mais sachez que vous pourrez rejouer aux stages que vous avez débloqué, choisir bien entendu votre niveau de difficulté, mais vous avez aussi la possibilité de jouer en aveugle, c’est-à-dire sans aucune indication : une pure folie :) A réserver aux spécialistes qui connaissent leur jeu par coeur. De nombreux bonus games sont également à débloquer !

En bref, Mad Maestro est une belle surprise et un excellent choix pour les fans de jeux musicaux. Il propose un véritable challenge et possède en fin de compte un défaut souvent présent sur les bons jeux : il est trop court, même si chaque stage se voit attribuer deux morceaux, histoire de prolonger un peu la durée de vie.

Graphismes : 75%
Mad Maestro est un jeu propre et léché avec des belles couleurs mais le détail ne règne pas en maître. Il s’impose néanmoins comme un des plus beaux jeux du genre.

Animation : 73%
Les déplacements de caméra sont précalculés dans des décors en temps réel assez mouvementés et qui évoluent souvent.

Jouabilité : 74%
Je récompense ici une jouabilité nouvelle qui a en plus de cela le mérite d’être précise.

Bande Son : 80%
Difficile de mettre une note ici. Il est clair que les morceaux classiques sont somptueux, mais d’un autre côté, il n’y a aucun travail créatif puisque toutes les œuvres ne sont en fin de compte que de la récupération, mais une récupération magistrale.

Intérêt : 84%
Il faut encourager les titres novateurs et réussis, j’espère que le message est bien passé.

Note Globale : 78%
Mad Maestro est, avec Parrapa The Rapper 2, le jeu musical à posséder absolument sur PS2.

Répondre à cet article

4 Messages de forum

  • Pipi Caca Boudin

    7 juillet 2002 15:42, par Gastarot
    C’est quoi ce jeu de merde que tout le monde s’en fou ? :D

    Répondre à ce message

  • > Mad Maestro

    8 juillet 2002 13:20, par OBBB
    L’aternative moderne au plaisir musico-ludique, c’est Frequency, sorti en octobre ou novembre 2001 aux US et qui arrive finalement en PAL tres bientot, je sais pas exactement quand, mais les pubs ds les mags euros sont un signe encourageant. Du rock inde a la trance, yen a pour tous les gouts et c’est tres tres prenant (perso, j’ai joue a la demo pendant une bonne heure sur la meme chanson)...

    Répondre à ce message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette