Consoles-Fan

Accueil du site > Science Fiction > I, Robot > I, Robot

I, Robot

Y’a du Nintendo la dessous...

dimanche 15 août 2004

Premi

Je ne vais pas tourner autour du pot, j’ai adoré ce film, je suis déjà allé le voir deux fois, et je ne me suis pas ennuyé une minute, un fait suffisament rare pour être souligné concerne les éffets spéciaux, ils ne sont pas trop tape à l’œil, ni trop exagéré, mais juste suffisant pour soutenir le scénario, qui même s’il n’est pas des plus original dans le thème abordé (Terminator, Matrix) n’en est pas pour autant mauvais, cela étant dit, n’allez pas croire que les FX sont moyens, loin de la même. Will Smith qui campe le rôle de l’inspecteur Spooner donne vraiment le sentiment de ne pas aimer les robots, et ce dès le début du film, par éxemple dans la scène où il envoit paître un robot venu lui apporter un coli, ou encore lors de la poursuite d’un robot qu’il suspecte tout de suite d’être un voleur, sachant que dans ce dernier éxemple, la régle des trois lois rend impossible une telle chose, ce que ne manquent pas de lui rappeller ses collégues et son chef. Peu après le début du film, je me suis dit (un peu mauvaise langue) et c’est parti pour 2 heures de pubs, car en l’espace de 2 minutes, les marques se succèdent, impossible de les rater, mais cela ne dure pas. Ce que je craignais un peu, c’était soit un scénario assomant durant plus de la motié du film, et 30 minutes d’explosions bêtes et méchantes, soit des explosions toutes les deux minutes, avec une histoire bateau uniquement présente pour justifier la débauche de moyens, mais bonne surprise, ce n’est pas le cas, si les choses sérieuses ne commencent que vers la fin du film, le début comporte tout de même sa dose d’actions, comme le moment où Spooner visite la maison du professeur à la recherche d’indice, la machine de démolition sencée la détruire le lendemain change subitement l’heure prévue, et c’est avec beaucoup de chance que Spooner s’en sort vivant, avec le chat, mais tout le monde sait qu’un chat possède neufs vies.. bref, le début du film qui se résume à une enquête n’en est pas moins intéréssant, et avec ce qu’il faut d’actions pour soutenir le scénario. Côté humour, le film ne s’en sort pas mal non plus, avec les répliques des divers personnages, par éxemple quand Spooner rétorque à son suspect (Sonny) qu’un robot n’éprouve rien, est incapable de faire d’une simple toile, un magnifique tableau, Sonny lui demandant alors si lui même est capable d’une telle chose, dit comme ça, ça n’a l’air de rien, mais devant les images, on ne peux s’empêcher de rire devant la tête que fait alors Spooner. Concernant le côté futuriste de la ville (Chicago en l’occurence) j’ai trouvé l’ensemble très crédible, sauf peut-être l’abandon des carburants fossile, nous sommes en 2004, et eux en 2035, étant donné les enjeux financiers de nos jours, je serais très surpris que cela change aussi rapidement.. les voitures étant capable d’atteindre de très grandes vitesses, le pilotage se fait de manière automatique, bien qu’il reste possible d’avoir le contrôle à tout moment, les roues ont disparues, ce qui est préférable vue la vitesse atteinte, le stationnement près des bâtiments semble lui aussi réglé, avec un énorme hangar qui range automatiquement votre voiture, dans son architecture, la ville se différencie de notre époque, avec des bâtiments encore plus haut, et plus stylisé, le réalisme de cette époque lointaine est encore renforcé par la présence des robots à tout les endroits, que ce soit dans le ramassage des ordures, la livraison de colis, ou encore pour promener des chiens. Pour finir cette article, je dirais que j’apprécie de plus en plus Will Smith, pour ma part, je trouve même que c’est son meilleur film, pour ceux qui n’aurait pas saisis le rapport entre le sous-titre et le film, à l’aide d’un moteur de recherche, trouvez l’ancien nom de code de la future console de Nintendo, la Révolution, vous comprendrez tout de suite. ;)

Cobra

P.-S.

Ann

Répondre à cet article