Consoles-Fan

Accueil du site > Plate-formes > Plate-formes 2D > Mickey Mouse > Fantasia

Fantasia

15 litres de sueurs seront n

lundi 19 décembre 2005, par Teiseken

Mickey Castle of Illusion est indiscutablement une perle sur Megadrive et une des r

Le patrimoine génétique de Fantasia possède effectivement la composante Sega (éditeur), gage quasi assuré de qualité, en revanche le développeur se nomme Infogrames : cela explique le choc que vous aurez en jouant à ce Mickey. Je n’ai rien contre Infogrames mais Sega n’aurait jamais fait un jeu comme ça tout seul.

Les ennemis de Mickey : "Plus coriaces que nous, tu meurs".

On passe l’intro sans encombre et après un écran de titre bien fade on arrive à un écran où l’on a accès à quelques options : sur la gauche de l’écran Mickey en apprenti sorcier fait jaillir de ses mains un superbe halo lumineux, sur votre droite vous pourrez choisir la difficulté, les continues, la config manette et l’utilisation du sound test. Petite séquence où Mickey ne fait que passer dans un décor clin d’œil au dessin animé et le jeu commence... La première impression est trompeuse : les graphismes font très fort avec des effets de scintillements pour la lumière, des plans très rapprochés couplés à des scrollings sur plusieurs plans. Pour une Megadrive ça donne !!! ...on commence à jouer (on tente de jouer) et puis on se sent très vite gagné par une envie de mieux comprendre la maniabilité. Celle ci est navrante : le temps de réponse entre le moment où l’on appuit sur le bouton pour le saut et l’exécution du mouvement est bien longue ce qui tend à vous entraîner dans des situations critiques alors que vous serez bientôt encerclés de toutes parts. Second point ennuyeux : vous devrez appuyer vers le bas pour tuer les ennemis au moment où vous rebondissez sur eux... sinon vous les traverserez et perdrez vite un voir deux cœurs. Avec ces problèmes de maniabilité on arrive très vite à un jeu difficile. Le jeu ne comporte pas énormément de niveaux mais ceux ci sont costauds en plus d’être difficilement exploitables. De nombreux points se conjuguent pour que vous ne ressortiez pas indemnes de ces sacrés levels. Chaque niveau comporte plusieurs mini-niveaux accessibles par l’intermédiaire de portes et surtout de fées. Comme si ce n’était pas suffisant, vous verrez bien vite à vos dépends que les levels sont jonchés à rabords d’ennemis de toutes sortes. La densité de population agressive est énorme à l’écran². Non seulement c’est bourré d’ennemis mais en plus il faut gérer l’aspect plateforme qui est très très lourd : style vous sautez sur une plateforme mouvante ou non et celle ci tremble et vous fait descendre d’1 cm sous votre poids avant de revenir à sa position initiale (effet ressort sans le rebond) : mais punaise : ce n’est plus une souris, c’est un éléphant !!! D’autres fois, vous devrez utiliser des bulles comme ascenseurs momentanés.... Patience et sang froid seront vos seuls amis dans cette longue aventure... "longue" à cause des nombreuses fois où vous recommencerez les niveaux. On se sent seul face à l’adversité de l’écran...
Le pire dans tout ça, c’est que si vous ne ramenez pas assez de notes de musique à la fin de chaque niveau, alors vous n’aurez plus qu’à recommencer le niveau du début à la fin. Sachant qu’un niveau est composé de sous passages successifs vous avez tout intérêt à avoir un courage des plus héroïques. Bref, Fantasia énerve. On se répète maintes fois que c’est énorme le gâchis fait sur ce jeu : les graphismes sont d’une beauté toute particulière : ils font rêver à l’image du dessin animé. C’est vraiment rageant que les développeurs n’aient pas fait un meilleur jeu au niveau gameplay car la réalisation était à la hauteur de la Megadrive même si l’on a déjà vu mieux en terme de diversité. Finalement au niveau qualité on arrive à un mélange assez étrange... ça sent presque le jeu inachevé ou le jeu où l’on a voulu en faire de trop. Pour autant Fantasia n’est pas une daube pour moi : les ambiances sonores sont parfois très agréables et avec de tels graphismes on se le refait quelques fois pour sa beauté et son formidable cachet.

Graphismes : 8,9 /10
Fantasia fait plutôt honneur à la Megadrive... le visuel ne prime malheureusement jamais sur le gameplay.

Animation : 7,5 /10
C’est lent ! Et puis les sprites ne font pas toujours bonne impression.

Environnement sonore : 7,5 /10
Quelques superbes musiques qui tirent un peu sur la rengaine tandis que certaines mélodies sont bizarroïdes. Côté bruitages, vous ferez la tronche en les écoutant. L’environnement sonore manque de diversité.

Maniabilité : 4 /10
Vouuuuh ! Catastrophasse !!! On se retrouve avec du très mauvais. Nous sommes à mille lieux de Mickey Castle of Illusion.

Fun/Durée de Vie : 6 /10
Le jeu a une âme, une identité qui lui vaut d’être joué. Si seulement la maniabilité avait été plus agréable...
Un point positif : la présence de nombreux bonus cachés agréables à trouver.

Intérêt : 6,5 /10
Tu as du charme, tu sais ? ...mais tes faiblesses sont trop importantes pour qu’on t’accorde une meilleure notation.

P.-S.

Sortie en 1991
Editeur/D

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette