Consoles-Fan

Accueil du site > RPG > Tales of > Tales of Eternia

Tales of Eternia

C’est le genre de jeu

samedi 4 mars 2006, par Edge

Alors qu’un cruel manque de bon RPG se faisait ressentir sur la console portable de Sony, Namco est arriv

L’histoire débute avec les émouvantes retrouvailles entre Reid et Farah, deux amis d’enfance natifs du petit village de Rasheans. Reid montre à son amie une tâche noire qu’il a déjà remarqué depuis quelques temps, quand un engin venu du ciel détruit complètement l’abri perché où ils étaient. Remis de cette mésaventure, les deux gais lurons se dirigent vers le lieu du crash et n’y découvrent qu’une petite fille aux cheveux rose et parlant une langue inconnue. Ne sachant que faire, ils décident de l’emmener devant le sage du village. Celui-ci est hermétique à toute discussion et implore d’emmener cette personne hors du village qu’elle met peut-être en danger. Et preuve sera vite fait puisqu’un homme parlant la même langue que cette inconnue défonce un mur de la hutte où nos héros discutaient tant bien que mal. Une fois l’intrus repoussé, ni une ni deux, Farah et Reid décident de porter assistance à cette jeune âme perdue. Ce trio sera vite rejoint par Keele, un autre ami d’enfance de Reid et de Farah, parti étudier à la célèbre université de Mintche, l’élite de l’enseignement magique. Les 4 jeunes gens réunis, ils décident de partir voyager à travers le fantastique royaume d’Eternia afin de sauver le monde, quoi de plus original dans un RPG !

Comme dans les 9/10 des RPG, et ce Tales of n’y déroge pas, la magie à une place prépondérante aussi bien dans le scénario que dans le système de combat. Je commencerai d’abord par développer ce dernier point. Tout d’abord il faut savoir que comme dans les autres opus de la série, ToE est un action-RPG, ce qui signifie pas de tour par tour mais des attaques directes en utilisant les touches de la console. Les ennemis ne sont pas visibles et apparaissent au pif, cela peut en énerver plus d’un, mais il est possible de s’enfuir à tout moment en allant à une extrémité du plan de combat et attendre que la jauge de fuite soit totalement remplie. Le gameplay est assez simple comme habituellement dans ce genre de jeu. Pour une simple attaque il vous faudra appuyer sur croix et bloquer une attaque carré. A côté de cela vient s’ajouter d’autres combinaisons (L+o, L+x et o+une direction) auxquelles vous pourrez assigner différentes attaques usant de votre réserve de points magiques. Pour débloquer ces attaques il vous faudra utiliser x fois telle technique pour passer à une plus évoluée.

D’un point de vue un peu plus stratégique, il vous est possible de placer vos 3 alliés à une place bien précise afin de par exemple ne pas vous retrouver avec un perso magicien au corps à corps avec un monstre. Il est aussi possible de pousser plus loin le rôle de vos alliés en leur donnant par exemple au préalable des consignes bien précises comme attaquer le même ennemi ou attaquer directement l’opposant le plus faible. De plus, vous pourrez même donner des instructions à vos amis en classant, sur une échelle allant de 1 à 5, les priorités d’utilisations des techniques de combat. Toutes ces données peuvent être changées en court de combat si vous vous retrouvez devant un imprévu. Pour finir, chaque combat vous donne bien entendu de l’expérience pour le level-up et des galds, très utiles pour vous acheter des items comme de la nourriture, des potions ou encore du nécessaire de combat. Il est aussi possible d’augmenter les stats de ses personnages en leur assignant des objets magiques comme un anneau ou une cape par exemple.

Au cours de l’histoire il vous aurez la possibilité de capturer des craymels qui vous aideront dans votre quête. Ces êtres sont un peu les homologues des chimères dans Final Fantasy par exemple. Ils sont utilisables en combat soit par Meredy soit par Keele. Lorsque nos héros les utilisent pour une attaque spéciale ils pompent dans leur réserve de points magiques. Plus ils seront utilisés plus ils grimperont de niveau. Selon le niveau de tel ou tel craymel il sera possible d’associer deux de ces créatures pour créer une nouvelle attaque mêlant 2 de vos monstres.

Graphiquement le jeu présente une 2D vraiment jolie et nette n’ayant pas vieillie d’un poil par rapport à la version PSone. Les donjons, les cavernes, les villages et tous les autres lieux de passages sont toujours excellemment détaillés, variés et très colorés. Le chara design est plutôt pas mal à mon goût, les personnages sont biens modélisés et assez attachants. Ce qui est fort appréciable aussi ce sont les effets spéciaux durant les combats, de la plus petite technique jusqu’aux techniques les plus avancées, ça reste du grand art. Tout cela est appuyé par un écran assez performant d’une grande netteté (et oui sans pixel mort chez moi ^^). Mais, parce qu’il il y a bien un mais, comme dans tout Tales of qui se respecte, la carte du monde est tout bonnement moche. On a juste droit à notre personnage grotesquement représenté sur une surface, elle aussi pas très agréable à l’oeil.

En ce qui concerne le reste il faut savoir que les "recettes de cuisine" sont toujours présentes. Elles vous permettent de récupérer soit des points de vie, soit des points magiques ou encore de vous guérir d’un empoisonnement. Elles peuvent être débloquées en trouvant les maîtres cuisiniers disséminés dans les décors au fil de l’histoire. En général, ils sont métamorphosés en objets contrastant avec le reste du décor et donc facilement repérables. Pour vos recettes il faudra penser à régulièrement se fournir en ingrédients et à bien paramétrer les options. Tout au long du jeu il vous sera aussi proposé une foule de petit jeux, plus ou moins sympathiques. Certains sont optionnels, d’autres vous seront imposés ! Il ne faut pas non plus oublier de dire que le jeu est intégralement doublé et sous-titré dans la langue de Shakespeare. Certains se plaindront d’un manque de démocratisation du jeu mais c’est toujours un bon moyen de se perfectionner en anglais, il ne faut pas oublier que nous sommes dans un monde de plus en plus mondialiste et avoir des notions d’anglais devient presque impératif, si bien sûr on a un tant soit peu d’ambition. Pour revenir à ça, j’ai trouvé le doublage assez bien réalisé même s’il est critiqué. Les musiques sont amusantes tout au plus, elles ne resteront pas dans les anales, je serai incapable de vous en siffloter une !

Graphismes : 9/10
C’est coloré, détaillé, varié et sans une once de ralentissement. Que demander de plus ? Ah si ! une carte du monde qui fasse vraiment carte du monde !

Gameplay : 8/10
Malgré les préjugés que l’on peut avoir sur ce type de jeu, ToE est loin d’être dénué de toute tactique. Cet aspect devient d’ailleurs très important si on veut passer le stade de la quinzaine d’heures de jeu. On trouvera par contre un peu dommage l’effet fouillis pendant les combats mais rien de vraiment dommageable.

Durée de vie : 9/10
Le titre propose une quête principale titanesque avec en moyenne 40 heures pour en venir à bout. La progression du jeu se déroule sans trop de difficultés et tout le monde devrait y trouver son bonheur. Vous pourrez aussi vous atteler aux quêtes annexes, aux donjons optionnels ou encore aux mini-jeux mais si ceux-ci ne débordent pas non plus.

Bande Son : 6/10
Personnellement j’ai trouvé le doublage assez réussi avec des acteurs qui transmettent l’émotion dans leur voix. Niveau plus musical, c’est assez mitigé, ce n’est pas à jeter par la fenêtre mais ça ne casse pas la baraque, de mon avis en tout cas.

En bref, Tales of Eternia est un très bon jeu à posséder. Accessible à tous, il vient apporter ce qu’il manquait à la console portable : un bon RPG. Avec un scénario qui tient la route, des personnages pas aussi charismatiques que dans d’autres productions mais cependant attachants, des graphismes assez impressionnants, ToE est l’une des pièces qui manquait au puzzle de la PSP, du moins en attendant d’autres grosses cylindrées comme un petit Final Fantasy par exemple !?

Edge

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette