Consoles-Fan

Accueil du site > Autres > Game in Paris > Game in Paris - mars 2006

Game in Paris - mars 2006

Oh non !

mardi 14 mars 2006, par DoK

Le weekend dernier se tenait


Arrivée à la Cité des Sciences vers 15 heures. Premier constat : le salon est réparti sur deux étages. Au rez-de-chaussée, les jeux vidéo et à l’étage inférieur, les mangas et la japanimation. Récupération des pass et direction...le salon manga ! Comme à l’accoutumé, la majorité des stands sont occupés par les boutiques qui ont fait le déplacement, à la manière du Japan Expo. L’étalage de mangas, artbooks et box DVD fait monter la fièvre acheteuse. En se penchant sur les artbooks, l’œil aguerri remarquera l’abondance de contrefaçons...
À quelques pas de l’entrée, un stand réservé à Final Fantasy VII - Advent Children propose des extraits du film. Espérons, naïvement, qu’il s’agit bien de la R3 : sous-titres à l’arrache et figurines douteuses sont de mise. Je peux me tromper mais quand on sait que le film n’est, pour l’instant, sorti qu’au Japon et que des copies sous-titrées en anglais circulent aussi facilement, on est en droit de douter sur le bien fondé de certaines initiatives aussi sympathiques soient-elles. Non loin de ce stand se trouvaient des bornes Nintendo DS (Phoenix Wright), GameCube (Viewtiful Joe) et un écran avec la scène d’intro du dernier Onimusha.

Des cosplayers dociles courant dans tous les sens attirent l’attention et se laissent facilement capturer...en photo.
Une fois sortis du marécages de boutiques, nous nous retrouvons en face...de boutiques ! À l’étage inférieur, des activités sont proposés : démonstrations d’arts martiaux, concours, projection des onze premiers OAV Dragon Ball à l’occasion des 20 ans de la série, etc...
Un vendeur m’indique que les auteurs de Sentaï School arrivent dans 15 minutes. Nous continuons notre périple dans ce dédale commercial et du fond d’un de ces couloirs étroits et obscurs nous parviennent les accords d’une musique qui en ce lieu paraît irréelle : Asian Dub Foundation ! Il s’agit du stand de dédicace de mangapop où j’ai pu rencontrer deux artistes exceptionnellement doués ! Art7Sayan et Shonen ont un coup de crayon qui ferait rougir bon nombre de chara-designers ! Certaines planches de Shonen m’ont rappelé le style d’Hyung Tae Kim, rien que ça. Quant à Art7Sayan, son utilisation des couleurs et son imagination débordante engendrent des paysages et situations...originales ! C’est le mot. En tout cas, j’ai pris beaucoup de plaisir à échanger quelques mots avec eux. Je suis reparti avec deux posters dédicacés en espérant les croiser sur un salon ou, pourquoi pas, une exposition plus axée création (les gars, si vous passez, laissez un petit message ;) ).

Le reste de l’espace manga n’offrait rien d’exceptionnel : des interprètes japonaises se sont montrées cordiales... jusqu’au moment où j’ai sorti le démoniaque appareil photo ! Avant de me diriger vers le salon jeux vidéo, je me suis attardé sur un stand 100 % tipiak où goodies et DVD étaient proposés à des tarifs défiant toute concurrence. La taulière a vigoureusement refusé que je prenne en photo l’étalage. Pile en face, le stand AnimeLand qui distribuait gratuitement son double numéro décembre-janvier, sympa !

On récupère les dédicaces Sentaï School, manga français bourré d’humour où les références aux séries des années 1980 ne manquent pas !

Une fois arrivés à l’espace jeux vidéo, mon premier sentiment n’allait pas tarder à se confirmer : y’a comme un courant d’air. Quatre bornes DS, le trailer de Phoenix Wright en boucle et trois PlayStation 2 avec Onimusha Dawn of Dreams. Au delà, le néant, ou presque. La quasi-entièreté du salon jeux vidéo était occupée par des stands de cartes à la sauce Magic & Co.
À l’opposé de l’entrée, une trentaine d’irréductibles s’adonnaient aux joies de la baston 2D (Marvel vs. Capcom 2) et 3D (Naruto, Soul Calibur) ou se dandinaient en face de Donkey Konga. Un fanzine vendait quelques-uns de ses numéros. Au final, l’exposition jeux vidéo n’avait rien d’exceptionnel : moins de 30 m² alloués pour le triple réservé aux stands de boutiques vendant des geekeries en tout genre. Les organisateurs n’ont visiblement pas su donner une ligne directrice à cette partie du Game in Paris. Dommage, vraiment dommage.

En substance, je dois avouer que je suis reparti content et agréablement surpris par la bonne ambiance du salon manga. Shonen et Art7 restent pour moi LA bonne surprise en espérant que la prochaine édition du Game in Paris corrigera le tir pour les jeux vidéo et accueillera plus de talents à même de donner envie de s’y (re)mettre !

Game in Paris
Mangapop
Site de Shonen
Site de Art7SayaN

On finit par quelques clichés :

DoK

Répondre à cet article

7 Messages de forum


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette