Consoles-Fan

Accueil du site > RPG > Blue Dragon > Blue Dragon

Blue Dragon

H

lundi 8 octobre 2007, par Van Fanel

Le fameux jeu de r

L’histoire de Blue Dragon débute par l’attaque du village de Talta par un requin terrestre. Ce dernier attaque la petite bourgade tous les ans et ne laisse dernière lui que désolation et tristesse. Cependant, cette fois-ci, le requin va voir ses plans contrecarrés par l’intervention de Shu, Jiro et Kluke (trois des 5 héros de l’aventure). En effet, suite à un combat acharné et un piège ingénieux, nos trois joyeux drilles parviennent à vaincre ce vilain poisson mais à contrario, ils se retrouvent bloqués dans une caverne, coupés de tout contact avec les autres habitants de Talta.

N’écoutant que leur courage, nos trois braves décident d’explorer cette cavité afin d’en trouver la sortie. Durant la recherche de cette issue, ils se feront capturer par l’ignoble Nene (celui-là, il a la palme du nom le plus ridicule), le grand méchant de l’histoire. Heureusement, ils réussiront à s’échapper et en plus, ils recevront la capacité d’utiliser la magie. Je ne vous en dis pas plus pour ne pas gâcher votre plaisir mais sachez que ce petit résumé représente grosso modo la première heure du jeu et qu’il m’a fallu presque 40 heures pour terminer la trame principale. La durée de vie est tout à fait dans la norme et celle-ci peut être prolongée par le biais de quêtes annexes qui ne manqueront pas de challenge pour tous ceux souhaitant s’y consacrer.

Après ces quelques mots sur l’histoire du jeu, il est maintenant grand temps de vous présenter ceux qui vous accompagneront durant toute l’aventure. Nous avons en premier lieu Shu, jeune garçon brave et téméraire faisant preuve d’une ténacité à toute épreuve et d’un esprit un peu naïf. Ensuite, nous retrouvons Jiro qui est un peu le garçon sage et réservé du groupe dont la confiance en ses amis est inébranlable. En troisième position, vient Kluke, jeune demoiselle au cœur tendre mais à la volonté de fer. A la quatrième place, nous avons Marumaro, le petit comique du groupe dont l’enthousiasme est sans égal. Et enfin, last but not least, il y a Zola, la mercenaire - pirate sexy à la personnalité mystérieuse.

Après cette présentation et avant de passer au système de combat, je vais attaquer le principal défaut du soft : son classicisme. J’attendais beaucoup de ce Blue Dragon et je dois bien dire que je suis un peu déçu car, avec ce titre, on ne sort jamais des sentiers battus. L’histoire, la psychologie des personnages, le système de combat : tout est cousu de fil blanc ! Paradoxalement, ce défaut est à la fois une force et une faiblesse. C’est une force car l’expérience proposée est sympathique à jouer grâce notamment à un gameplay solide et bien rôdé. Mais c’est aussi une faiblesse car le soft n’atteint jamais de sommets et donc passe à côté du statut des inoubliables.

Le système de combat est véritablement le point fort du jeu. Première chose, les combats ne se font pas de manière aléatoire. Les ennemis sont visibles sur la carte et il est donc tout à fait possible de les éviter, de les prendre par surprise, voire même de les attaquer par groupe. Une fois le combat lancé, l’action se déroule au tour par tour avec une barre d’icônes, à la manière de FF X, indiquant la priorité des personnages l’un par rapport à l’autre. Jusque là, rien de vraiment particulier et vous avez raison. La subtilité, ici, vient du fait que les personnages combattent avec leur ombre. Celle-ci est matérialisée sous la forme d’un animal (dragon, taureau, phénix, tigre et chauve souris). Ces ombres peuvent être rattachées à 9 types de classes (magie blanche, moine, généraliste, assassin,...) et permettent donc d’apprendre les compétences relatives à chaque classe. Par exemple, si vous liez l’ombre à la catégorie de la magie noire, vous apprendrez le sort de brasier ou de vent. Plus vous montez vos rangs, plus vous obtiendrez des compétences. Ce système permet donc de créer des personnages polyvalents pour faire face à toutes les situations (imaginez un guerrier avec les qualités d’un magicien blanc, la vitesse d’un assassin et la force d’un moine).

A côté d’un classicisme trop marqué, le soft contient également quelques défauts un peu dommageables. Tout d’abord, le scénario est assez anecdotique car bien trop prévisible. Ensuite, le framerate n’est pas toujours au top et le soft se permet même de ramer durant certaines phases de combat. Et enfin, nombreux sont ceux qui reprocheront au jeu sa trop grande facilité (notez qu’un mode ultra dur est disponible sur le live).

En conclusion, je dirai que Blue Dragon est un bon rpg japonais et que son seul véritable défaut est de ne jamais transcender le genre. Il est clair que certains seront déçus soit par la réalisation, soit par la faiblesse du scénario, soit par son côté trop classique ou encore par tous ces points. Le soft n’est certes pas le grand jeu de rôles annoncé mais ne boudez pas votre plaisir car le titre réserve tout de même un bon nombre de bonnes surprises.

Graphisme : 07/10
- Il est vrai que le jeu n’est pas une tuerie graphique. Néanmoins, le titre propose une réalisation tout à fait acceptable. La 3D est épurée mais très propre et le design de Toriyama fait mouche, une fois de plus. Par contre, quelques ralentissements sont à noter ainsi qu’un usage abusif de l’effet blur.

Scénario : 06/10
- L’intrigue est prévisible et à peine rehaussée par quelques malheureux rebondissements. Ce qui est bien dommage car le potentiel est vraiment là. Attention, l’histoire n’est pas mauvaise en soi mais elle manque vraiment d’originalité.

Bande son : 07/10
- Le moins que l’on puisse dire, c’est que la composition de Nobuo Uematsu est, dans ce cas-ci, fort inégale. Le bon côtoie le moins bon et inversement mais nous serons tous d’accord pour dire que la musique des boss est une véritable horreur à écouter.

Note finale : 07/10
- Malgré un manque flagrant d’ambition, Blue Dragon arrive tout de même à imposer son style. L’ambiance ainsi que le système de jeu rattrapent un scénario un peu léger et finalement, on se surprend à passer un agréable moment avec Shu et toute sa bande.

P.-S.


- Titre : Blue Dragon
- Editeur : Microsoft Games
- Date de sortie : 24/08/2007
- Machine : Xbox 360

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette