Consoles-Fan

Accueil du site > Action > Lost Planet > Lost Planet : Extreme Condition

Lost Planet : Extreme Condition

Regardez dans le t

jeudi 11 octobre 2007, par Nya

L’humanit


Et tandis qu’ils fuyaient cette menace énigmatique, ils découvrirent le secret de l’invincibilité des Akrids : une précieuse thermo-énergie (T-ENG) contenue dans leur organisme. Il s’agissait d’une nouvelle source d’énergie extrêmement puissante. L’humanité décida alors de tenir tête aux aliens. Les humains développèrent une arme capable de contrer les Akrids : le véhicule de survie ou V.S. Grâce à la technologie VS,l’humanité parvint à récupérer E.D.N. III et reprit sa grande expérimentation coloniale.

Les laissés pour compte de la grande Retraite s’étaient regroupés sous formes de clans appelés "Pirates des neiges". Luttant pour leur survie,ces marginaux parcouraient la planète hostile à bord de véhicules VS. Au cours de l’une de ces errances,un petit groupe de pirates des neiges découvrit sous une épaisse couche de glaçe le corps d’un jeune homme entre la vie et la mort. Ils le déterrèrent et le ramenèrent à la vie. Le jeune homme ne se souvenait que de deux choses : de son nom, Wayne, mais aussi du meurtrier de son père, un Akrid se faisant appeler "L’oeil vert". Espérant qu’une rencontre avec l’oeil vert lui permettrait de recouvrer la mémoire, Wayne partit à la recherche de l’Akrid, accompagné des pirates des neiges et d’un VS.

Dans cet univers hostile glacial, Wayne apprendra très vite que son passé et l’avenir de la Planète sont inexorablement liés...

Avec du pop-corn !!

Et oui, c’est à du grand spectacle que nous aurons affaire. Pas de chichis donc, rien que de l’action. Non, vraiment. Bon d’accord quelques cut-scenes pour se reposer entre deux missions. Comment ? Je suis médisant ? Jamais de la vie...

Non. LOST PLANET (LP) s’inscrit dans la grande lignée des jeux made in CAPCOM : action à mort, histoire en bonus. Car il faut bien l’avouer, si la forme est somme toute alléchante (l’idée de départ est sympa), le fond du scénario l’est tout de même beaucoup moins. On a donc droit à ces fameuses séquences où les dialogues pas franchement profonds côtoient une mise en scène vraiment détachée. Il est dommage de voir le peu de profondeur de l’histoire quand un background aussi riche l’accompagne... Si en plus les cinématiques sont vraiment mal jouées autant physiquement (motion capture du pauvre powaaa) qu’auditivement (doublage CAPCOMien powaaaaaaaa), c’est vraiment gâcher.

Sur ce point, on savait ce qui nous attendait. Dans tous les cas, ce jeu s’adresse à une clientèle assez spécifique aimant mechas, jeux old-school, artillerie lourde, explosions dantesques et... neige. Très nippon dans son concept donc, et teinté d’une grosse dose cinématographique dans son rendu, L.P aura du mal à trouver ses joueurs sur un parc PC submergé de fanatiques du mulot. Qu’à cela ne tienne, CAPCOM tente le coup, et ce n’est pas plus mal !

Avec un casting !!

Vous êtes donc Wayne, qui après s’être fait congelé pendant une trentaine d’année, se retrouve entre les mains d’un certains Yuri, pilier d’un petit groupe de pirates des neiges, avec comme autre membres Rick, jeunot rastaquouère pro de l’informatique, et Luka la sœur de ce dernier (belle châtain à forte poitrine). Tous les trois ont l’habitude de chasser les nids d’Akrids. N’ayant que peu de souvenirs de votre passé, mis à part la mort de votre père, vous joindrez le groupe afin de retrouver le "Green Eye" et lui mettre la rouste de sa pauvre vie d’insecte géant. Durant votre périple, des sympatisants rejoindront votre cause : Basil cherchant à se venger à tout pris du NEVEC, ou Joe qui changera de camps pour vous aider après avoir compris l’ampleur de la situation.

Car cette planète hostile recèle un monstrueux secret. Cette puissante organisation qu’est le NEVEC pense avoir trouver la solution qui permettrait de coloniser une bonne fois pour toute cette satanée planète : le "Frontier Project". Le but de l’opération : Terraformer complètement E.D.N III pour la rendre totalement habitable et cela sans utiliser la T-ENG. La seule contrainte : toute la vie sur la planète disparaitra pour laisser place aux prochains colons humains. Projet macabre donc auquel Gale, votre père, qui faisait partie du NEVEC s’est finalement opposé. Mais Bandero, un de ses supérieurs a préféré éliminer la menace qu’il représentait...

Vous, vous avez survécu à ce drame, votre père vous laissant comme lègue "l’harmoniseur", un système installé sur votre bras et connecté directement à votre T-ENG, permettant de vous soigner de manière efficace, et vous procurant une certaine force supplémentaire. Votre objectif deviendra alors d’arrêter le projet, avec l’aide de vos compagnons, et de tuer l’homme qui met tout en oeuvre pour finir son exécution : Dennis Isenberg.

Avec de l’action !!

A ça oui, ça bouge dans L.P. Du moins, ont à pas trop le temps de réfléchir, on avance jusqu’à l’objectif, éradiquant le maximum d’akrids et de pirates que l’on peut croiser. Mais malgré des niveaux qui contiennent certains passages "large" dans leur exploration, le jeu est assez limite niveau liberté (le retour des murs invisibles...). Il ne faut pas vraiment s’attendre à chercher son chemin, c’est la disposition Point A > Point B. Et il est vrai que parfois, cela déteint un peu sur le plaisir de jouer...

Seulement voilà, c’est du CAPCOM. Donc il y a forcément quelque chose à faire ici bas ?

Déjà, le point primordial du jeu : la THERMO ENERGIE. Cette petite barre la représentant descendra continuellement, sans aucun espoir de la voir remonter toute seule. C’est votre carburant vital, afin d’’éviter de vous transformer en glaçon humanoïde. Seulement vous aurez peu de chance de trouver des sources naturelles ici, encore moins de stations service. Pour faire le pleins, ce seront les Akrids votre principales ressources. Tuez en un, et il finira en statue de glace, laissant s’échapper un liquide orangé sous forme de gouttelettes magmateuses, se rassemblant en grosse flaque comme pour du lithium. Outre le plaisir d’exploser ces bestioles, ça sera un besoin permanent que vous devrez combler.

Quoi qu’il en soit, que serait une planète de neige et de glace, sans ses merveilleux VS équipés jusqu’aux boulons, avec ses nombreuses armes jonchant le sol, scintillantes, appelant à l’utilisation massive et génocidaire ? Vous l’aurez bien compris, pas de finesse ici. Une vrai guerrilla polaire !!

De nombreux VS seront donc à votre disposition pour vous mettre sur la tronche avec vos amis les zinsectes. Du simple Gtt-1 qui ne fait que marcher et sauter lentement, jusqu’au Cakti pouvant passer de la foreuse à chenilles aux quadrupède araignée s’adaptant au terrain. Mais le must restera le VS que votre père possédait également en version boosté : le HardBaller. Avec ce joli bijoux, on se déplace rapidement et aisément, on vole loin, on dash loin, on charcute avec l’épée tronçonneuse intégrée... Bref, que du lourd. Mais tout ces merveilleux petits appareils ménagers ne serait vous satisfaire sans leur panoplie de gatling et autres lance-roquettes taille XXXL (vendus séparément).

En effet vous aurez, avec la plupart, la possibilité de transporter deux armes (différentes ou non) sur votre petit robot. Armes que vous pourrez également détacher pour pouvoir la changer, soit pendant la balade, soit lorsque vous serez à pied... Ou même tout simplement défaire l’arme pour vous en servir comme arme pédestre. De là à se la péter avec sa grosse gatling... En clair, si on choisit d’en prendre un, en général il faut bien interpréter la situation pour ne pas se retrouver à sauter avec l’appareil. Il y aura évidement des modèles plus ou moins rapide, plus ou moins résistants, plus ou moins maniables, pouvant parfois n’accepter qu’une arme, qu’un côté ou l’on peut changer l’arme... il faut faire le bon choix. Choix d’autant plus conséquent car ces petites bêtes vous sucreront votre T-ENG en un rien de temps !! Le moindre boost se retrouve taxé au prix d’or. En plus, le véhicule à sa propre barre d’énergie, qui elle ne remontera JAMAIS. Petite anecdote sur la fin : vous récupèrerez le VS de votre père, une version boostée que vous transformerez en un vrai mecha volant. Seul bémol : n’est pas JEHUTY qui veut. Et là, je dois admettre que la maniabilité devient une chose impalpable par rapport à celle de Zone of the Enders. Bah... Vous inquiétez-pas, le calvaire passe vite (bon d’accord, j’exagère un peu).

Mais si vous préférez (ou êtes obligé) trottiner dans cette somptueuse neige avec vos petits petons, il vous restera un sacré arsenal pour vous défendre. Deux armes pourrons être portées, ainsi que des suppléments types grenades. Mitrailleuse, lance-roquette, Sniper, Fusil à plasma ou à pompe... La même chose que votre ami le MECHA, mais à taille humaine. Les grenades classiques vous aideront à retourner un Akrid bélliqueux, ou faire sauter le caisson d’un pirates dans son véhicules de fortune en le paralysant avec une grenade à plasma. En gros, vous êtes loin de ne pas pouvoir riposter ou prendre d’assaut vos adversaires.

Rajouter en plus le grappin. Oui, monsieur. Le même que Batman, avec une portée certes moins grande mais tout aussi pratique dans son utilisation. Il vous offrira l’occasion de s’aventurer dans les hauteurs, que cela soit nécessaire ou juste pour esquiver un tir de Laser. Mais il vous sera difficile de vous en passer...

Avec du visuel !!

Lost Planet fut un des jeux attendus sur X-BOX 360, jusqu’à sa sortie en janvier 2007 aux US et en Europe. Malgré sa légèreté scénaristique, il avait eu nombres d’éloges, en particulier sur ses graphismes léchés. Qu’en est-il depuis, avec ce portage PC ? Tout d’abord, contrairement aux anciennes productions de la boite qui étaient portées par des studios annexes, ici c’est CAPCOM lui même qui a mis la main à la patte. Et pour ce qui est d’un portage réussi, on peut assurément dire que c’est la copie conforme de la version 360. Du moins, dans son ensemble, car l’éditeur s’est targué de vouloir apporter un petit plus, chose qu’il fit en partenariat avec nVIDIA, ce dernier leur prêtant un petit staff rien que pour ça. Tout ça pour quoi ? Pour une amélioration plus qu’infime des graphismes en l’adaptant à DirectX 10. Le résultat : Un travail sur l’ Ambient Occlusion donnant beaucoup plus de profondeur et de volume à cette version, les jonctions entre les bâtiments et le sol se faisant beaucoup plus naturelles, ainsi que d’autres amélioration (effet de lumières, meilleurs texturage, bump-mapping 3D...). Le rendu final est finalement un peu plus "sympathique" que sur la console de Billou. Mais pour profiter de ces petits changements, qui au passage ne sont guère perceptibles en pleine partie, il vous faudra équiper votre pc d’un matos assez conséquent. Je vous rassure tout de suite, le jeu est quand même jouable sous DirectX 9... Après tout, il avait été créé avec pour tourner sur la box. Ceci dit, il existe malgré tout un problème que je jugerait majeur : ce jeu n’est pas optimisé DU TOUT.

En gros, même si vous ne comptez pas acheter une carte graphique dernier cris, votre tour devra malgré cela être relativement puissante pour espérer pouvoir joueur avec un visuel au minimum équivalent que sur son aîné consoleux. Rien d’impossible, mais ne vous étonnez pas si le jeu ne tourne pas au moins à 30 FPS.

Passé ce léger "détail", on peut clairement voir l’aspect "nextgen" de L.P. Certes il est loin des derniers blockbusters comme Bioshock, il ne faut pas oublié d’ailleurs qu’avant d’arriver sur 360, il était à la base prévu pour le support PlayStation 2. Et c’est 4 ans de production qu’il amena dans ses valises. Qu’à cela ne tienne, il nous offre tout de même un plaisir visuel dont on pourra se délecter de multiples façons. Les rafales de vent, avec leur manteau de neige épais, les effets HDR que cela soit le soleil on ses rayons sur la neige et les personnages qui vous éblouissent, les effets de fumée des explosions qui ont un rendu terrible, les distorsions de l’image lors d’explosions, le flou cinématographique... En résumé, on s’en prend pleins les nyeux , et sans pause pipi !! Il arrivera parfois qu’un carnage de roquette explosant à vos côté ne vous offre plus aucune visibilité, ce qui entravera nettement le bon déroulement de votre excursion punitive, la retournant contre vous. Mais personnellement (je sais c’est pas bien) cela ne ma pas gêné, après tout... en vrai non plus on verrait rien. Et puis faut pas oublier que c’est un jeu pour gamer, donc on ne chipotte pas !

Pour ce qui est des décors, même si les "invisible walls" nous entravent un peu dans une éventuelle exploration, on peut s’attendre à du bon. Okay, on est loin d’un Gears of Wars, mais il n’empêche qu’un certain soucis du détails et du design est au rendez-vous. Ville en ruine, caverne reluisante, Terrain volcanique, pleine enneigée... Elle a un sacré charme, cette planète hostile ! Et cette sensation de grandeur permanente ajoute également son grain de sel au voyage. L’épopée de Wayne ne laissera en tout cas pas de marbre... Le seul regret sera une intéractivité limitée. Pas mal de petit élément se détruiront (Gros réservoirs, Carcasse de voiture, barils d’essence qui explosent, grille et barre de fer qui voleront...) mais dans l’ensemble il ne faut pas vraiment s’attendre à un décors destructible. Ce n’est pas non plus les quelques traces de pas ou impacts laissés sur le terrains qui rattrapera le coup... Bah, ça sera dans le prochain, promis.

Reste encore l’animation. Elle n’est pas défaillante, loin de là (bien qu’un peu carré sur certaines choses). On la jugera efficace et bien pensée. Les humains se déplacent comme des furieux dans la neige, les Akrids ont vraiment des attitudes et gestuelles excellentes (quand ont voit certains bestiaux nous foncer dessus, ça en jette), la façon dont est intégrée la faune dans chaque lieu ne fait pas tâche à l’ensemble (cela reste cohérent : on trouvera pas un Akrid au beau milieu d’une maison, tout seul), et les VS... C’est finalement un des gros point fort de ce jeu, si ce n’est le plus grand.

On est loin des Gundams et autres Giant Robo de la mort qui tue. Non, ici c’est plus un aspect militaire à la F.L.A.G (série d’animation japonaise) et donc très terre à neige, si je puis dire. Etant donné l’avenir fictionnel dans lequel nous nous plaçons, on aurait pu s’attendre à des monstres de ferrailles mega puissants, s’éventrant à coup de canons protoniques. C’est plus du bon vieux mecha à la Front Mission : d’aspect froid, le pas lourd et imposant, carré au possible dans ses mouvements, équipé d’armes puissantes,pas forcément supra-résistant, souvent lent... A l’écran comme pour les sensations de jeux, cela rend vraiment bien et donne une touche assez fun à toute cette neigerie.

Avec du Paddle !!!

Oui, il faut pas se leurrer, c’est un jeu console. Alors les illuminés de la mouse, achetez vous une manette ! Ce n’est pas qu’il soit injouable au clavier, non. Mais dites moi où est le plaisir quand se mouvoir devient un don inné de rapidité ? Et puis nous n’avons pas à faire aux genre FPS, mais plutôt à une jeu d’action Third Person Shooting. Après, vous êtes seul juge, mais le joypad PC étant devenu presque naturel de nos jours, je pense que le débat n’a pas lieu d’être. Comme le jeu vient de la 360, voici les commandes manettes avec un pad 360 compatibles PC.

La maniabilité est donc très typé jeux d’action/plateforme. Assez rustique je dirais, mais totalement efficace. Facile de se déplacer, de viser, de tirer... Le jeu est vraiment accessible à tous. De plus, les commandes entre le héros et les VS sont quasiment identiques, ce qui ajoute un plus à la rapidité d’adaptation.

Le point fort de la manette est surtout les vibrations. Le moindre tir, la moindre explosion ou onde de choc se ressent avec intensité, alors vu que les feux d’artifices sont légions dans le jeu, vous ne risquez pas de vous endormir !!

Avec du Gros son !!!

Alors là, oui !!! Le son dans ce jeu est une pur merveille, tant est qu’on puisse "kiffer" les grosses basses issues d’explosions en séries. Le Dolby Digital 5.1 est aussi de la partie, ce qui peut vous donner une sensation encore plus intéressante (et pratique en multi). Mais même en stéréo, ça déboite sec !!

Les musiques sont de très bonne facture, mi-épique/mi-film d’action. Elle se placent aux meilleurs moments pour donner à l’action une force supplémentaire non négligeable... Alors avec les coups de mitrailleuses, les roquettes qui volent de partout, les cris d’Akrids complètement furious, toutes les explosions alentours... Y’a vraiment de quoi prendre son pied et de blaster nerveusement tout ce qui pointe son museau, sur un rythme d’enfer.

Sinon la plupart du temps, c’est le vent et la neige qui occupe votre son, en plus des bruits de vos pas. Les VS étant de la partie, vous aurez tout un panel de sons électro-mécanique en tout genre. De la voix de l’ordinateur de bord initialisant le démarrage (qui en général prends 3 à 4 secondes héhé) à l’alerte en cas de vie limitée, les courts circuits, les mouvements de tourelles, les transformations... bref, que du bonheur pour les robo-maniac.

Avec du web !!

Et oui, LOST PLANET, c’est aussi un jeu multijoueur sur le net ou en LAN. Et là, c’est une merveilleuse façon de redécouvrir le jeu, et surtout d’avoir une nouvelle façon de jouer. Car si l’intelligence artificielle d’origine laisse pas mal à désirer niveau humains (même en difficulté extrême), là vous pouvez être sûr de ne pas faire long feu.

Quatre modes de jeux sont présent :

 Elimination d’équipe : Affrontez les équipes jusqu’à ce que la jauge de bataille soit entièrement vide.
 Elimination : Affrontez l’ennemi jusqu’à ce que sa jauge de bataille soit entièrement vide.
 Captures de postes : L’équipe qui aura capturer les plus de postes de données l’emportera.
 Fugitif : Tentez d’échapper aux autres joueurs et de survivre pour gagner.

À ce jour, vous aurez le choix parmi 16 maps assez vastes et superbement réalisées (un level design meilleur qu’en solo), et pourrez vous déglinguer entre potes jusqu’à 16 joueurs. Je tiens tout de même à signaler le grand problème qui occultait déjà sur X-BOX 360 : l’annulation de partie systématique, je m’explique. Vous venez à peine de jouer, vous n’êtes encore qu’au niveau 5 (qu’il faut déjà réussir à acquérir) et vous désirez jouer un peu : eh bien armez vous de patience, car les trois quarts du temps, dès que vous rentrerez dans la liste des joueurs en attente sur une map ou sont arrivés avant vous des level 47 ou 72, cette map sera annulée. Pourquoi ? Parce que vous êtes trop faible, ou bien parce que ces joueurs ne veulent fighter qu’entre eux... Il est concevable que le fait de ne pas pouvoir "inviter" des gens spécifiquement peu être dérangeant d’un certain côté. Mais si cela n’a pas été mit d’origine, c’est tout simplement pour que TOUT LE MONDE puisse jouer, peu importe le niveau... Hélas, rien n’est là pour empêcher la chose.

M’enfin, avec de la persévérance il vous sera possible, à défaut d’en créer, de rejoindre des maps plus souvent que cela en à l’air. Et puis, si vous faites le Killer, vous arriverez rapidement à monter en niveau ce qui ouvrira plus de porte. Qu’on se le dise !!

Avec... un avis ?

Un point noir, tout de même : sa durée de vie. Avec une moyenne de 8 heures, il vous suffira d’un après midi pour le terminer. Onze missions en tout, allant de 30 à 70 minutes pour chacune d’elles. Mais le multi est là pour rattraper la sauce, en s’en sortant magistralement bien. Etait-ce une bonne idée de sortir ce gros jeux 360 sur PC ? Oui, oserais-je m’esclaffer. Mais avec une config demandée trop importante parce qu’il n’a pas été optimisé, cela pourra rebuter certains. Si vous prévoyez un changement de tour/CG dans l’avenir, alors je ne pourrais que vous le conseiller, ça sera un great moment à passer !! Alors... MERCI CAPCOM !!

 GRAPHISME : 95%

L’univers de Lost Planet est assez insolite et mérite le coup d’œil, dans l’ensemble le jeu tiens quand même bien la route, même si son moteur Havok n’est pas dernier cris. Bien sûr, pour en profiter, il faudra vous équiper un max !! Quand à DirectX 10 ; c’est plus un gadget qu’une vraie révolution sur cette adaptation console. Encore faut-il pouvoir se permettre de l’utiliser...

 ANIMATION : 94%

Encore une fois, cela dépendra de votre configuration, et dans le meilleur des cas le jeu tiendra parole avec un 60 fps constant et sans ralentissements. L’animation générale 3D est bonne, assez impressionnante en ce qui concerne les Akrids (surtout les gros), plus banales pour les humains, et sympa pour les mechas. Un peu coincé dans l’ensemble, mais efficace.

 JOUABILITE : 96%

Le jeu est d’une extrême simplicité dans sa jouabilité, comme au bon vieux temps. Et ce n’est pas un tort... Certains auraient peut-être préféré plus d’actions possibles ? Malgré tout, c’est instinctivement que l’on se mettra à jouer, pour pouvoir prendre du plaisir dès la première partie.

 BANDE SON : 97%

Les quelques musiques d’ambiances sont entrainantes et accompagnent souvent merveilleusement bien l’action. pour le reste, c’est du tout cuit : entre les explosions, les "kriiiiiiii" des Akrids, et les mechas à foison on se prend au jeu immédiatement ! De plus le son est d’une qualité impeccable, avec une optimisation 5.1 du tonnerre.

 INTERET : 94%

Alors si vous n’aimez pas la neige, les insectes, les pirates, les mechas, les armes qui réduisent en poussière le moindre être vivant, les jeux d’action pour gros bras, ou tout simplement CAPCOM... passez donc votre chemin.

 GLOBAL : 95%

Un portage presque réussi, qui aurait été parfait si optimisé. Mais un portage réussi pour le papa de Street Fighter. Un univers graphique intéressant, une action imposante et rapide, de la neige partout ou presque... Même si ce jeu est court, son mode en ligne ne laisse aucune excuse pour ne pas continuer l’aventure, alors si vous entrez dans ce type de joueur concerné par LOST PLANET, ou si vous êtes simplement curieux, faites vous plaisir !!

NYA

P.-S.

D

Répondre à cet article