Consoles-Fan
20/01/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2889 articles en ligne

 
P.N.03
Vanessa Schneider au rapport.
Ulala quel jeu !

Premier jeu de la s


Pour bien jouer à P.N.03, vous devez arrêter d’anvancer pour tirer. Un concept qui est original, certes, mais pas très convainquant. Vous restez sur place et straffez grâce à diverses pirouettes que vous exécutez sans élan. C’est magnifique mesdames messieurs. Cepandant, le gameplay final est décevant. S’arrêter pour tirer, c’est vraiment une drôle d’idée. Non seulement continuer à tirer en avançant est plutôt injouable, mais en plus, votre fréquence de tir est fortement diminuée. Vous n’avez donc aucun intérêt à le faire (sauf si vous avez récupérer l’option de tir automatique). Si vous vous arrêtez, votre tir se locke et vous n’avez plus qu’à canarder tout en évitant les tirs ennemis. Le lock est de couleur verte. Il rougit pour confirmer que votre tir a bien atteint sa cible. Vous pouvez aussi voir diminuer la jauge de vie de vos ennemis. Pour le reste, il suffit de sautiller de partout pour éviter les tirs ! On peut regretter que le gameplay de P.N.03 soit si raide. Il faut carrément lâcher l’analogique pour effectuer des manipulations sur la croix directionelle pour exécuter des magies. C’est tout sauf pratique. Pourtant, P.N.03 est typiquement le jeu où on était en droit d’attendre un gameplay instinctif !

Remue ton popotin !

Reste la bande-son qui est vraiment loin d’être dégueux et qui vient rythmer vos sauts avec aisance. De ce côté-là, Capcom a réussi à nous pondre quelquechose de plus que correct : de la bonne techno, encore faut-il apprécier. Mais pour le reste, on peut se poser pas mal de questions. Tout d’abord P.N.03 est un jeu très décousu. Cela en décevra plus d’un mais chaque stage est en fait divisé par des sous-stages ridiculement courts. La plupart du temps, c’est l’équivalent d’une pièce. Autrement dit on voit déjà la fin du sous-stage lorsqu’on le débute. Pour passer au sous-stage suivant, il n’y a pas de secrets, vous devez vous débarasser de tous les ennemis de la pièce. Puis, votre exploit est jugé et récompensé en points en fonction du nombre d’ennemis qu’il y avait dans la pièce, du temps qu’il vous a fallu pour en venir à bout, des combos que vous avez effectués. Vous serez gratifié d’un bonus si vous n’avez pas été touché pendant cette petite période de jeu. Avec ces points, vous pourrez vous acheter entre chaque stage ou en cours de partie si vous pénétrez dans une espèce de grosse boule rose lumineuse de nouvelles tenues proposant différents paramètres et coups spéciaux, vous pourrez aussi les booster ou tout simplement acheter des continues en cas d’urgence puisque ceux-ci ne sont pas illimités. Bien entendu, vous possédez une jauge d’énergie et une jauge vous permettant d’exécuter quelques coups spéciaux ou magies. Une fois la jauge de vie vidée, vous serez renvoyé au royaume d’Hadès ou, pour rester plus terre à terre, vous devrez utiliser un continue.

Avec ses boutons pour straffer, sauter ou rouler-bouller, P.N.03 dévoile aussi par certains endroits de petits aspects plate-forme. Vous devrez en effet parfois grimper sur certaines plate-formes pour récupérer divers items de vie et de magie ou pour simplement accéder à la sortie du stage. A d’autres moments, vous devrez éviter des lasers de surveillance qui n’hésiteront pas à entamer fortement votre barre de vie.

Finalement, Product Number 03 n’est bien qu’un produit...

P.N.03 est donc finalement plus un jeu dédié aux fans de score attack qu’au joueur qui désire suivre une véritable aventure en un seul bloc cohérent plutôt que toute une série de mini-scènes qui ont pour horrible inconvénient de toutes se dérouler dans des univers quasi-identtiques très cyber et fortement inspirés de Space Channel 5 mais en beaucoup plus glauque. Les boss sont totalement inintéressants. Complètement bourrins, aucun d’eux ne vous donnera du mal, même s’ils sont d’aspect plutôt impressionnant. Finalement, ces boss ne sont que de simples ennemis, juste un peu plus résistants. Et encore ça c’est lorsque vous n’utilisez pas vos coups spéciaux, sinon vous les annihilez en 3 secondes... Grotesque ! Il faut dire que les boss sont pour la plupart statiques. Mais quelquepart, c’est une chance tant votre personnage est limité dans ses mouvements. Il n’est pas question ici de tourner autour du boss. Il suffit de mitrailler et de straffer de temps en temps...

Pourtant on finit par accrocher à P.N.03. Mais une fois la première déception passée, on en rencontre une autre très rapidement. Le jeu est court, très court... Mais outre le manque d’immersion scénaristique et la répétitivité outrancière des décors (Capcom se paye même le luxe de nous refourguer les mêmes bouts de stage identiques : ça tombe bien puisqu’il est question d’une histoire de clones), on est pas au bout de nos mauvaises surprises avec P.N.03 parce que finalement, le jeu n’est pas très beau. Sur les murs on note de grands manques de couleurs qui créent des effets désagréables proches du bug. Les textures sont quasi absentes et il n’y a vraiment que les somptueux effets d’éclairage qui illuminent entièrement ces fameux décors ainsi que les magnifiques explosions qui relèvent un peu la sauce finale.

On retrouve donc un Capcom en petite forme donc qui semble finalement avoir beaucoup hésité autour du gameplay et qui a fini par se fourvoyer en ne sachant plus quoi faire de son concept de départ.

Graphismes : 68%
Pas spécialement moches, mais pas spécialement beaux non plus. Le seul problème est qu’ils sont extrêmement répétitifs.

Animation : 69%
Malgré le faible nombre de polygones, P.N.03 arrive encore à ramer de temps en temps. Dans l’ensemble, le framerate est juste moyen.

Jouabilité : 70%
Un gameplay étonnant qui déçoit d’abord puis qui se laisse maîtriser. Le tout est d’accepter le concept bizarre et un peu vieillot du jeu.

Bande Son : 81%
De la techno bien pensée. Sans doute un des points les mieux travaillés du jeu. Cependant je connais certaines personnes que cela éreinte.

Intérêt : 46%
P.N. 03 est clairement une déception plus par le fait qu’il est ultrarépétitif que foncièrement mauvais. Mais ses quelques erreurs de parcours ne le sauvent bien évidemment pas.

Note Globale : 59%
P.N. 03 a du mal à se positionner et ce manque de clarté se paye cash. Capcom se cherche mais n’a rien trouvé.


NOTE : 05/10