Consoles-Fan
17/01/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2888 articles en ligne

 
Hydro Thunder
Le Scud Race aquatique !
Best buy !

Ceux qui me connaissent vous diront que j’ai plut

Le jeu zéro défaut ?

En vérité, pas tout à fait. Les graphismes du mode deux joueurs n’ont pas été revus à la baisse, du coup, ça rame. Ensuite les chargements sont un peu longs. Stop ! C’est fini, je ne dirai plus rien de mauvais sur le jeu d’ici la fin du test ! Ce n’est pas pour être complaisant, c’est tout simplement parce qu’il n’y a plus rien à dire de mauvais ! Et j’irai même plus loin, je digère plutôt bien les temps de chargement parce que le résultat à l’écran en vaut réellement la peine !

Une réalisation... euh... parfaite !

Les circuits sont superlongs et proposent des graphismes extrémement variés au sein d’un même circuit ! Les décors sont ultrafouillés (le nombre déléments dans les décors et de polygones atteignent des sommets) et en plus, chose rare dans les jeux de course, les décors sont vivants ! On ne compte plus le nombre d’animations dans les décors : des singes se balancent aux arbres, des bateaux touristiques vous côtoient dans la course, un volcan est en éruption au fond de l’écran, des orages se déchaînent, un scorpion géant tente de vous emprisonner avec ses pattes, des sarcophages vous tombent dessus, des ours observent votre course au bord de la banquise, des chauve-souris virevoltent dans les grottes, des hélicoptères et des deltaplanes surplombent la course... Plus vivant que ça tu meurs ( ha ha ha ! ). J’ai rarement vu autant de détails dans un jeu en tous cas. En plus de ce florilège d’animations dans les décors, sachez que le jeu en lui-même est également très fluide.

La réalisation des vagues est fabuleuse, là aussi, c’est la claque : non seulement les vagues sont très mouvementées, mais en plus, les vagues sont gérées en transparence ou au contraire reflètent les décors en fonction de l’angle d’incidence comme dans la réalité. J’imagine ici que les règles de la physique ne sont pas respectées au point près (quoi que... sait-on jamais !) mais ce genre de détail m’a tout de même étonné agréablement. Des effets de lense aux éclaboussures gérées en transparence, il faut croire que rien n’a été oublié ! Hydro thunder est une sacrée leçon de programmation.

Un véritable challenge

Les impressions de vitesse sont excellentes et la jouabilité parfaite. On note même un petit peu d’inertie La jouabilité est largement axée "arcade". Le jeu vous propose d’entrée 3 courses mais il y a en tout 13 plus variées les unes que les autres, jugez plutôt : Thunder Park, Lost Island, Artic Circle, Greek Isles, Lake Powell, The Far East, Ship Craveyard, Venice Canals, New York Disaster (vous retrouverez une vision apocalyptique de New York sous eau !), Castle Von Danoy, Catacomb, Hydro Speedway, Nile Adventure. Hydro Thunder vous emmènera donc faire un voyage autour du monde.

Les circuits d’Hydro Thunder sont tous ouverts (c’est à dire que vous vous rendez d’un point A vers un point B, bien, alors si vous tracez une parallèle au segment AB, peut-on dire qu’une perpendiculaire à cette parallèle est aussi perpendiculaire au tracé ? Bon, reprenons !) sauf Thunder Park, Castle Von Danoy et hydro Speedway qui sont fermés (je vois qu’il y en a qui suivent, ça me fait énormément plaisir).

Mais pour débloquer tous ces circuits, il vous faudra terminer premier de chaque course. Ce ne sera pas simple, il faudra absolument trouver les nombreux passages secrets et récupérer le plus de boost possible ainsi que les gérer de la manière la plus efficace possible. Quand l’Arcade rencontre la technique...

Certains boosts semblent inaccessibles, en vérité, il y a moyen de les récupérer en effectuant des sauts. Pour effectuer ses sauts, il vous suffit de donner un léger coup de frein suivi d’un rapide coup de boost.

Dans hydro Thunder, les boosts ne servent pas uniquement à pousser à l’extréme la vitesse de votre véhicule. Votre véhicule devient invulnérable et il est possible d’éjecter vos adversaires.

Hydro Thunder est donc un jeu que tout joueur qui se respecte devrait posséder dans sa ludothèque. Il représente à la fois une excellente démonstration des capacités de la Dreamcast et un plaisir de jeu intense.

Hydro Thunder n’a pas reçu à sa sortie l’accueil qu’il méritait tout simplement parce qu’il n’a pas vraiment été mis en avant médiatiquement. J’espére en tous que vous n’allez pas continuer à vous priver d’un des meilleurs jeu de course "arcade" de la Dreamcast.

Graphismes : 96%
Les bitmaps du ciel sont aussi réussis que ceux de F355. Le nombre de polygones affichés est hallucinantes, on ne compte plus les éléments du décor !

Animation : 98%
Non seulement c’est fluide, mais en plus, les programmeurs ont le luxe de nous proposer des décors animés à leur paroxisme.

Jouabilité : 94%
Une jouabilité impeccable !

Bande Son : 92%
La bande son colle parfaitement avec le thème de chaque décor...

Intérêt : 97%
Hydro Thunder est un jeu à la difficulté croissante qui vous obligera à explorer l’ensemble du jeu afin de bien maîtriser chaque circuit ! Il propose 13 circuits somptueux et variés.

Note Globale : 96%
Le "Scud Race" sur l’eau de la Dreamcast. Disponible presque depuis la sortie européenne de la Dreamcast, il reste à ce jour inégalé.


NOTE : 09/10