Consoles-Fan
21/01/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2890 articles en ligne

 
Soul Calibur 2
Si t’es bourr
... Rentre chez toi !

La suite du meilleur jeu de baston de la Dreamcast, voire pour certains du monde arrive enfin. Et quand on porte une telle r

La Dreamcast ne rougit pas

Mais Soulcalibur 2 aura finalement mis beaucoup de temps pour obtenir finalement un petit peu la même chose. Techniquement tout d’abord, le bijou de la Dreamcast n’a vraiment pas à rougir de son successeur. A vrai dire, Soulcalibur 2 se retrouve au même niveau que son prédécesseur, ce qui est certes déjà très bien, mais cela reste quand même nettement moins impressionnant qu’à l’époque. Les décors sont certes plus proches que sur la version Dreamcast, mais du coup, on voit moins loin. L’impression d’étendue est donc moins marquée, mais cela, c’est tout compte fait une affaire de goût. Ce que je reproche le plus, au niveau des décors de Soulcalibur 2, c’est la timidité des animations. Lorsque l’on voit des Tekken 4, Virtua Fighter 4 et autres Dead Or Alive 3, on sent bien que Soulcalibur 2 ne puise pas toute la force de nos consoles nouvelles générations. Cependant, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, soulcalibur 2 est certainement un des meilleurs jeux de baston qui officie sur nos consoles les plus récentes. Et sur Gamecube, cette remarque est d’autant plus vraie qu’elle accusait jusqu’ici un retard assez marqué dans le genre.

Add on ?

Au menu de Soulcalibur 2, des coups surpuissants et une volupté dans le déplacement de vos persos. Jouer à Soulcalibur 2 c’est se faire plaisir avant tout et puis, bien plus qu’une véritable suite bourrée d’innovation, Soulcalibur 2 devrait porter plutôt le nom de Soulcalibur’ car il ne propose finalement avant tout que quelques nouveaux personnages, parfois assez proches d’anciens disparus, et des nouveaux décors.

Le menu de jeu est large et vous permettra d’étendre fortement la durée de vie de ce jeu de baston. Bien entendu, les classiques sont au rendez-vous : Arcade, Versus battle, Time Attack (+ divers modes), Survival, Team Battle, Versus Team Battle, Practice. Mais l’intérêt réside essentiellement en la présence du Weapon Master qui remplace le mode mission de la version Dreamcast et qui vous permettra de récupérer de nombreuses armes comme dans Souledge. Chaque personnage peut donc manipuler différentes armes. Le gameplay est automatiquement modifié en fonction de la portée et du poids de l’arme. Parlons-en du gameplay justement. C’est une merveille, tout comme l’épisode précédent. Simple d’accès, il offre cependant une profondeur horizontale intéressante qui permettra au joueur expérimenté de se spécialiser et de devenir maître en la matière.

Techniquement parlant, à part la platitude des décors, la modélisation des combattants et les couleurs utilisées sont de toute beauté. Et particulièrement en Gamecube en ce qui concerne ce dernier point. La version Gamecube possède en effet les couleurs les plus pétantes des 3 versions console.

Alors, déçu ?

Même si Soulcalibur 2 a du mal à se détacher de son prédécesseur d’un point de vue technique, cela reste encore aujourd’hui l’un des plus beaux jeux de baston existant à ce jour. Ce qui a plus pour effet de flatter la Dreamcast qu’autre chose. Les effets d’éclairage sont magnifiques mais Soulcalibur 2 reste un jeu assez discret, misant sur le réalisme des mouvements, la gestion des vêtements et la sérénité des décors que sur une débauche visuelle qui cache souvent quelques défauts du jeu. Ici, il n’y a rien à cacher : le travail est soigné. Certes, il existe quelques différences techniques entre la PS2, la Gamecube et la XBox, mais il est clair que d’une console à l’autre, les différences sont tellement minimes que je les considère comme non-significatives pour préférer l’une ou l’autre version. C’est en fin de compte la manette que vous préférez utiliser ou le perso exclusif propre à chaque version qui vous décidera. Pour la Gamecube, c’est l’ami Link, en version adulte et sérieuse. Cela consolera les détracteurs du Zelda de la Gamecube. Mais Link est à mon humble avis le personnage exclusif le plus charismatique. La PS2 se voit dotée d’un Heihashi Mishima. Mouais ? Un personnage de Namco dans un jeu Namco, on a déjà vu plus exotique. Spawn sur X-Box, c’est déjà plus marrant, mais certainement pas aussi original que notre bonhomme au chapeau vert.

Soulcalibur 2 est donc à mes yeux à la fois une déception et un must buy, car après le Soulcalibur sur Dreamcast, on était en droit d’attendre beaucoup mieux mais malgré le manque d’évolution, Soulcalibur 2 reste un titre excellent et inévitable. Et puis, il vous permettra de changer les habitudes du premier opus.

Graphismes : 91%
Soul Calibur 2 reste la grande classe mais impressionne largement moins qu’à l’époque exceptionelle de la Dreamcast.

Animation : 90%
Avec une motion capture de qualité et un framerate impeccable, on fait un Davy1 heureux. Dommage que les décors soient si figés.

Jouabilité : 95%
Chez Namco, le gameplay immerge toujours le joueur au plus près du personnage incarné.

Bande Son : 86%
Somptueuse, symphonique, avec de légères inspirations gothiques et classiques.

Intérêt : 85%
Soul Calibur 2 déçoit par son manque d’audace, il ne surpasse pas Soul Calibur, mais comme la concurrence reste encore très faible, il constitue un incontournable tout comme Virtua Fighter 4, Tekken 4 et Dead Or Alive 3.

Note Globale : 88%
Acheter Soul Calibur 2 ne pose pas de dilemme. La vraie question est : "sur quel support ?"


NOTE : 08/10