Consoles-Fan
18/10/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3031 articles en ligne

 
Bloody Roar : Primal Fury
Agroooo...
Mettez un tigre dans votre Gamecube

S’il y a un genre qui est traditionnellement peu repr

Un principe bête (bestial ?) et méchant.

L’originalité de la licence Bloody Roar de façon générale repose bien entendu sur la possibilité de transformer son joueur en gros animal hybride surpuissant. Bien évidemment, on ne se transforme pas comme ça en lion, tigre ou éléphant juste en claquant des doigts. Il faut auparavant remplir une jauge de beast, un peu comme on remplit une barre de super dans beaucoup de jeux de baston 2D, et l’utiliser à bon escient. En effet votre transformation n’est pas permanente, et il serait malvenu de se retransformer en humain maigrichon en gâchant une attaque spéciale, surtout si votre adversaire, lui, a conservé la possibilité de se transformer à son tour.

30 millions d’amis... mais beaucoup moins de persos

Le nombre de personnages jouables est honnête, sans être phénoménal (16 personnages au total). Cette version Gamecube profite d’ailleurs de l’arrivée d’un éléphant dans le bestiaire pour jouer le rôle habituel du « gros perso puissant ». Dans l’ensemble les personnages sont sympathiques et reflètent de façon amusante l’animal en lequel ils pourront se transformer. Il y a bien sûr les habituels personnages puissants et mystérieux (le lion, le tigre, ...), les personnages sexy ou kawai (le lapin, la chauve-souris, le chat) et un peu de n’importe quoi aussi (le caméléon, le scarabée...). Au final le panel est agréablement varié, et les parties multijoueurs consistent le plus souvent à passer d’un personnage à l’autre, pour rire.

Gros Lion Vs Petit Lapin : FIGHT !!!

Au niveau du jeu lui-même, c’est en fait surtout dans le choix du moment propice à se transformer que repose la stratégie des combats, chacune de ces transformations signifie généralement que le joueur sort « le grand jeu » et a l’intention de finir le match avant d’avoir grillé toutes ses cartouches. Car à part cet aspect certes très original du jeu, la baston elle-même est assez traditionnelle, voire bourrine. Les coups s’enchaînent vite et sans difficulté particulière, mais on est bien loin des jeux d’esquives et de contre d’un Virtua Fighter ou d’un Soulcalibur. A vrai dire ce jeu rappelle plus les sensations d’un Fighting Vipers, quelque chose de pêchu, rapide, pas prise de tête mais avec la nécéssité de prendre des risques au bon moment pour finir le combat de façon spectaculaire.

Notons tout de même qu’occasionnellement, si vous choisissez des personnages dont le style de combat intègre des animations élégantes (notamment les deux tigres), vous pourrez réaliser des phases de combat très grâcieuses. Même si ce sera presque involontairement, ça fait toujours plaisir à regarder.

Cherchons la petite bête

Puisque l’on parle gameplay, une question qu’il est impossible d’éviter est la suivante : « est-ce vraiment jouable avec ce fichu pad gamecube qui semble si mal adapté aux jeux de baston ? » Hé bien à cette question, la réponse est oui, le jeu est tout à fait jouable au pad NGC. Les boutons sont accessibles et leur nature asymétrique n’est pas gênante puisque les fonctions correspondantes ne le sont pas non plus. La seule difficulté réside dans la croix directionnelle, décidément un peu petite ; dans la plupart des cas, elle ne pose pas vraiment de problème puisque les combinaisons reposent plus sur les boutons que sur les directions. Mais les super étant à base de quarts de cercle, il peut arriver qu’on se loupe à un moment crucial, celui où on s’apprêtait à déchaîner toute la rage de sa bestiole sur son adversaire. Il faut avouer que ça peut être rageant.

Alors ce jeu assure comme une bête ?

Au final on peut dire que ce Bloody Roar est un jeu bien sympathique, même s’il ne peut prétendre à jouer dans la cour des grands jeux de baston, il est quand même suffisamment bien pensé et original pour justifier qu’on lui accorde un certain intérêt. Le jeu en solo sera surtout amusant le temps de débloquer toutes les fins des personnages, en revanche c’est typiquement le genre de jeu à ressortir si vous avez chez vous des amis qui ne sont pas des pros de la baston mais qui aimeraient bien s’éclater un moment.

Les + :

- un jeu bien pêchu

- une réalisation très honnête

- des règles originales

- des personnages variés et parfois humoristiques

- y a pas mieux comme jeu de baston 3D sur NGC (en attendant Soulcalibur 2)

Les - :

- l’intérêt s’essouffle assez vite en solo

- c’est quand même bien bourrin

- la croix du pad NGC est décidément trop petite

Note finale : 7/10

Alx


NOTE : 07/10