Consoles-Fan
20/05/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2941 articles en ligne

 
Kung Fu Chaos
Wataaaa...
Kentucky Fried Ch

Il y a peu de temps la baston 3D avait tendance

Lumières !

La première chose qui vous sautera aux yeux dès le menu du jeu, c’est le côté kitsch de la chose. Kung Fu Chaos est en effet un clin d’œil aux films de kung fu qui pleuvaient dans les années 70. Vous n’avez jamais vu un film de Bruce Lee ? Vous entendez la chanson « kung fu fighting » pour la première fois ? Vous croyez que « Shogun assassin » est le nom d’un cocktail au saké ? Alors il y a des chances pour qu’une partie de l’humour de KFC vous échappe. Mais ne partez pas, rien n’est perdu.

En fait si le jeu met en scène des personnages directement tirés des films de cette lointaine époque, le but du jeu consiste à faire tourner ces personnages sur les plateaux de films divers et variés, allant du clin d’œil à Jurassik Park à une remake de Titanic... enfin bref, ces références là, faut vraiment être inculte pour les manquer. Par contre ne vous étonnez pas si le scénario en revient toujours à « les ninjas attaquent ! », c’est aussi ce qui faisait le charme des films des années 70.

Moteur...

Je n’ai pas pour habitude de parler si tôt de la réalisation d’un jeu dans son test, mais les intertitres (inénarrables, notez bien) m’y forcent un peu.
La réalisation est à vrai dire très soignée, et sans être impressonnante elle ne présente pas de défaut particulier. Même si sur des images fixes on a un peu l’impression que cela manque de courbes, on peut considérer que cela fait partie du style graphique puisqu’en y regardant bien, l’ensemble des objets est bien détaillé, et lorsque le tout est en mouvement, force est de constater que ça en jette. Et tout ceci avec une fluidité impeccable, ce qui est quand même la moindre des choses pour un jeu d’action. En revanche le design est quand même assez particulier, et très typique des caricatures plutôt occidentales. On n’est pas obligé d’aimer, mais à vrai dire comme les personnages sont assez petits à l’écran pendant les phases de jeu, je pense que même si on n’aime pas, on ne risque pas de se sentir agressé.

Mais c’est encore sur le plan sonore que KFC brille de par sa qualité. Les effets eux-même sont très classiques pour le genre (bing, paf, vlan...), mais les dialogues et commentairs ont fait l’objet de soins très poussés. Et une fois n’est pas coutume, c’est en VF que le résultat est le plus réussi, et de loin. Les personnages s’expriment avec un accent forcé complètement ridicule et se lancent des vannes pourries toutes les deux secondes. Et pour une fois, les vannes ne sont pas qu’un gadget juste pour la frime, mais je vais y revenir. L’action est en tout cas commentée par un metteur en scène tout aussi déjanté. A vrai dire l’humour est parfois un peu lourd, mais on va dire que ça fait partie du style choisi.

Action !

Parlons du gameplay, donc. Parce que bon c’est quand même ça qui fait l’intérêt du jeu, hein...
Dans le mode solo, le but du jeu est de traverser des niveaux ayant pour thème un film donné, en blastant en chemin toutes les saletés de ninjas qui se trouvent sur votre passage. Pour cela vous disposez d’attaques de base, de quelques combos spéciaux et attaques spéciales, et surtout de la possibilité d’attraper des objets du décor ou des adversaires sonnés pour s’en servir de projectiles, ou les balancer dans le vide. Et c’est là qu’apparaît une des nouveautés les plus intéressantes du jeu : les insultes. En effet quand un adversaire est à terre, une simple pression de gâchette vous permet de lui lancer une grosse vanne, qui aura pour effet de le clouer sur place (littéralement : il mettra plus de temps à se relever) et de vous donner un point de « super ». Au bout de trois points, vous serez en mesure de lancer une super-attaque bien délirante et non moins efficace. Chaque niveau se termine par un boss, qui est en fait un des personnages jouables et dispose donc des mêmes facultés. Dans l’ensemble tout cela se déroule très bien, même si certains personnages ont la fâcheuse tendance à abuser de la défense (ce qu’on appelle habituellement « jouer à la tortue » dans les jeux de baston), celle-ci étant un peu trop efficace.

Entre certains niveaux, il arrive que l’on ait à jouer à un mini-jeu pour continuer. Ceux-ci sont quasiment tous excellents mais malheureusement bien peu nombreux. Vu comme on s’éclate aux bouées-tamponneuses ou au tourniquet infernal, on ne peut que regretter que les concepteurs du jeu n’aient pas eu d’autres idées aussi géniales. Mais bon on va pas faire les difficiles quand on a déjà un produit de qualité.

Dans l’ensemble le jeu solo est suffisamment captivant pour vous tenir accroché un bon moment. Surtout que les conditions pour avancer dans le jeu sont assez draconiennes, notamment sur la fin du jeu : on vous demande en effet de faire un score parfait dans tous les niveaux, ce qui est parfois assez délicat. Mais il s’agit d’un très bon point puisque cela vous force à apprendre à vraiment bien jouer dans les différents niveaux du jeu, sans pour autant vous bloquer dans votre progression.

Bien entendu quand on a affaire à un jeu de ce genre, on se dit que le mode multi est un passage essentiel qu’il ne s’agit pas de rater. Et à vrai dire sur ce point aussi le jeu est à la hauteur, même si on aurait pu attendre un peu de diversité. A vrai dire le mode multi met en scène jusqu’à quatre joueurs dans les tableaux du mode solo ou les mini-jeux. Il est bien sûr possible de toujours jouer au même niveau si on a eu le coup de foudre (c’est comme ça que j’ai pu passer deux heures sur les bouées tamponneuses avec un pote), ou faire des petits tournois où les bastons sur des grands niveaux sont entrecoupées de mini-jeux. Au final, l’ambiance s’échauffe toujours très rapidement, et les vannes qui fusent de toutes parts ne viennent pas forcément des hauts-parleurs...
En revanche on ne peut que regretter l’absence d’un mode online qui aurait pu transformer cet excellent jeu en killer-app.

Coupez ! Elle est bonne...

Au final KFC est un jeu bien sympathique dont le mode solo vous occupera un moment, et que vous aurez souvent l’occasion de ressortir pour des petites parties entre amis. Le jeu offre une très bonne finition sur tous les points, qu’il s’agisse de graphismes, ambiance, plaisir de jeu. Même si on aurait pu attendre un peu plus de diversité dans les mini-jeux ou quelques modes supplémentaires (notamment pour le jeu en ligne), on en a quand même largement pour son argent.

Les plus :

- action délirante

- enfin une gestion intelligente des insultes

- humour débile

- des mini-jeux simples mais très, très efficaces

- une difficulté bien dosée

Les moins :

- l’IA qui joue les tortues

- un design très particulier

- pas de jeu en ligne

- les mini-jeux sont trop peu nombreux

Note finale : 8/10

Alx


NOTE : 08/10