Consoles-Fan
21/05/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

2941 articles en ligne

 
Dragon ball z :L’h
La Gba pourra t elle contenir toutes cette
La version pocket de l’anime

Dragon Ball Z : pour certain manga mythique, pour d’autre simple dessin anim

C’est quoi dragon ball ?

C’est en novembre 1984 que naît sous la plume du mangaka ,Akira Toriyama, le héros à queue de singe que tout le monde connaît.

Goku fait en effet sa première apparition sur papier dans le mensuel Shuukan Weekly Jump, dans lequel il sera publier jusqu’en mai 1995. Le succès de la série est incontestable et immédiat. L’histoire raconte la vie d’un jeune garçon élevée par son grand père et possédant des facultés peu commune. Apres le décès de son tuteur ce dernier part a l’aventure avec une jeune fille Bulma, qui le conduira a travers le monde et bien au delà. La seconde partie (Dragon ball Z), débute avec un Goku adulte et ces a ce moment que la vision d’origine du créateur a quelques peu évoluée... En effet ce qui au départ était un anime basé sur l’humour et la dérision, va vite se transformer en dessin animée guerrier où les combats s’enchaînent d’épisodes en épisodes. Fort de ce succès, il aurait été surprenant que ce dernier ne se voie décliner sous la forme de jeux vidéo, tâche facilitée par la voie que la série emprunte avec Dbz. On dénombre à ce jour une vingtaine d’adaptations vidéo ludique (22 sans recenser les versions de fans tels Bid for Power) de la série avec entre autres sept titres sur la sfc .

Lorsque l’on dresse le bilan des années passées et que l’ont s’aperçoit que la série n’est plus diffusé ni en France ni au Japon depuis de nombreuses années, on est en droit de craindre que la nouvelle incarnation en jeux vidéo n’est qu’un produit commercial basé sur une licence a succès. Et malheureusement Legacy of Goku n’est pas une exception...

Alors quoi de beau sur la portable ?

Dragon ball Z sur gba est un jeu d’aventure dans l’esprit de Zelda (mais juste dans l’esprit), comme trois des épisodes de la Super Nintendo. Vous êtes San Goku et l’histoire débute sur l’île de votre maître tortue géniale. Vous venez présenter votre fils à vos amis, quand sans crier gare un étrange guerrier surgit et enlève votre fils. Ce même guerrier vous apprend avant de s’envoler que vous n’êtes pas humain et que vous êtes son frère. Mais peu importe votre but est de retrouver votre fils et c’est là que tout commence.

Le jeu, le jeu ...

Le titre s’ouvre sur un petit D-A qui rend honneur à la Gba. Le jeu est vu de trois quarts (une fois encore cf Zelda III), vous contrôlez Sangoku à la manière d’un rpg action, et disposez à ce titre de points d’expérience, niveau de ki (magie)... Les déplacement que ce soit sur terre ou dans les airs (eh oui vous êtes un super guerrier) sont relativement aisés, les combats également puisqu ils se résument le plus souvent à l’envoi de boule de feu sur l’adversaire. Comme je l’ai dit plus haut, le gameplay est très abordable. Les développeurs ont fait dans le classicisme au niveau de la jouabilité. Un bouton d’action pour frapper et dialoguer. L’autre sert à lancer des boules de feu. La puissance de cette attaque dépendra du temps que vous maintenez la touche enfoncée. Il sera possible plus loin dans le jeu de gagner d’autres pouvoirs magiques. Ces attaques spéciales s’utilisent de la même manière que les boules de feu. Coté visuel le titre a bénéficié d’un soin particulier. Tous les décors sont relativement fins et reprennent trait pour trait les planches original. Que ce soit sur terre, au paradis ou sur Nameck la finesse graphique reste constante. Les personnages ne sont pas en reste et vous n’éprouverez aucune peine à reconnaître les divers protagonistes, issus du manga

Coté animation rien d’extraordinaire, les mouvement des persos se composent souvent de deux ou trois phases, mais dans l’ensemble le titre tient la route puisque l’ensemble reste fluide. L’animation n’est cependant pas un des aspects principaux pour ce type de jeux. Côté sonore on reste dans le minimum syndical : les quelques bruitages n’éprouvent pas les HP de la Gba et les thèmes qui accompagnent votre aventure loin de la qualités de celle de l’anime.

Une fois au commandes la partie se déroule en deux phases bien distinctes. La première étant celle qui fait avancer le scénario, elle consiste en de nombreux dialogues avec les autres protagonistes rencontrés. Pas toujours des plus passionnantes mais toutefois nécessaires a la progression et à la compréhension.

La seconde phase quand à elle vous place au cœur de l’action, vous devez explorez et combattre de nombreux adversaires (n’hésitez pas a casser de l’écureuil - NdSadly : Fais gaffe Shenrone, Brigitte Bardot va venir t’emmerder !!) pour faire progresser Goku par l’acquisition de point d’expérience. Quelques petites énigmes viendront parfois vous obliger à effectuer certaines actions pour continuer votre route. Cela étant dit vous ne serez jamais réellement bloqué dans une situation insurmontable. La plupart du temps il vous suffira d’utiliser l’objet approprié pour avancer dans le jeu. Des minis quêtes vous seront également proposées. Celles-ci ne sont pas obligatoires mais vous permettront de gagner différents bonus et des points d’expérience. Le scénario du jeu reprenant trait pour trait celui du dessin animée, les connaisseurs n’auront aucune peine a s’immerger dans le monde de Toriyama, les autres y trouveront une histoire avec de nombreux rebondissements et une relative variété dans le déroulement. La où le bât blesse, c’est par la faible portion du manga abordé. Le jeu débute avec Dragon ball Z (exit tout Dragon ball) pour prendre fin sur Nameck avec la saga Freezer.

De quoi rester sur sa faim.... Qui plus est, la relative facilitée du jeu ne risque pas d’accroître la durée de vie de ce dernier.

Le bilan, plutôt mitigé

Vous pouvez appréhender le titre de deux manières très distinctes. Soit en tant que joueur ne connaissant pas ou peu la série dont le jeu est issu. Dans ce cas je ne vois pas trop comment un tel titre pourrait vous satisfaire puisque ni la réalisation ni même la durée de vie du jeu ne rivalisent avec les majors de cette catégorie sur gba. Vous risquez de vous retrouver bien vite frustré de frapper des petites bêtes dans les fôrets ou déserts dans le simple but de remporter quelques xp de plus. De l’autre cote il y a les fans (dont je suis), et ces derniers seront heureux de trouver un jeu qui suit scrupuleusement les aventures de leur héros d’enfance

Heureux aussi des divers rencontres que vous ferez durant toutes la partie, des mondes visités (Sangoku sur nameck, trop de bonheur !!!), et de trouver enfin un rpg dragon ball sous nos latitudes.

Mais au final frustré par la faible portion du manga traiter, de Raditz à Freezer.

Alors je ne saurais que trop vous conseiller, surtout pour les novices de Dbz, d’essayer le jeu avant de l’acheter, voir de le trouver en occas.

Pour les fans, dont je suis, sachez que la suite sera rapidement disponible en France et devrait combler les lacunes de ce premier opus.

En effet, cette suite reprendra directement après Freezer avec l’apparition des cyborg pour se conclure a la fin de Dbz saga Buu.

De plus il devrait nous permettre d’incarnez la plupart des personnages principaux de la série sous leurs diverses formes (Vegeta sayen !!!)

Donc de quoi combler et frustrer en s’interrogeant sur la raison qu’a eu infogrames de faire deux jeux au lieu d’un seul... ...les lois de la finance ne seront jamais démenties ...

Graphismes : 83%

C’est un des points forts du jeu puisqu’ils se hissent au niveau de la majeure partie des titres gba. Toujours relativement fin et détaillé, ils offrent une bonne qualité de mise en couleur Les fans ne seront pas déçus.

Animation : 70%

Minimaliste .Mais ce ne doit pas être un motif de rejet car une fois encore, même les meilleurs jeux de ce genre ne font pas de prouesse de ce côté la

Jouabilité :74%

Tout répond correctement, rien de bon, rien de mauvais Le strict minimum

Bande Son : 60%

Plutôt du domaine du pas terrible Les bruitages n’éprouvent pas les hauts parleurs gba et la musique n’est pas terrible (pourquoi ne pas reprendre celle du manga ? NDSadly : Tu veux dire de l’anime)

Note Globale : 78%

Sans être exceptionnelle, ce nouveau Dragon ball a de vous quoi satisfaire pour peu que vous soyez familier avec le monde de Toriyama. Si par contre vous n’êtes pas un "gagabaliens" vous risquez de vite vous lasser.

Shenrone


NOTE : 07/10