Consoles-Fan
21/06/2018

Auteur
  

2958 articles en ligne

 
Whiteout
Mais non pas Wipe Out
Apprends

S’inscrivant dans la lign

Mais lorsque le jeu débute, on déchante un petit peu. Si les décors ne sont pas trop mal fichus, plutôt fins et surtout très colorés, le moteur 3D n’est pas très au point avec la présence embêtante de quelques baisses de framerate. Dommage car à part ce désagrément, il faut bien avouer que les circuits sont fort sympathiques avec pas mal d’animations qui rendent les parcours assez vivants.

Votre machine possède une jauge de vie qui diminue lorsque vous vous cognez et qui augmente lorsque vous récupérez l’item adéquat disséminé un peu partout sur les circuits au côté des nitros.

Au fur et à mesure de votre carrière, vous récupérerez de l’argent et des points en fonction de vos résultats obtenus. L’argent vous permet d’acheter de nouveaux véhicules plus performants ou de nouvelles pièces pour booster ses perfomances. Les points vous permettent de débloquer de nouveaux circuits. Le système de jeu est donc très classique.

Malgré la présence de bons nombres de circuits thématisés répartis en plusieurs catégorie de difficulté et un maniement simple et très Arcade, Whiteout se révèle un jeu très ennuyeux, de plus, les sensations de vitesse sont nulles. J’en veux pour preuve, lorsque vous actionnez votre nitro, la sensation de vitesse est illustrée par une astuce graphique de motion blur. Le problème est qu’ils ont largement abusé de cet effet : on y voit plus rien lorsqu’on tourne, on se croirait dans une tempête de neige !

Artificial stupidity

Les ennemis sont assez durs à rattraper. Il faut du temps. Par contre, lorsque vous vous plantez ou que vous sortez un peu de la piste, la sanction est immédiate, vous perdez quelques précieuses places ! Mais ce qui est vraiment étrange c’est que ces ennemis font rarement des erreurs, comme s’ils étaient placés sur un rail invisible et qu’il se suivaient en peloton en veillant bien à tous rouler à la même vitesse et à emprunter toujours les mêmes raccourcis. La sensation de compétion est anihilée par une intelligence artificielle épouvantable. C’est finalement en jouant à deux que l’on arrive encore à trouver un quelconque intérêt.

On parie que si vous achetez Whiteout vous n’y jouerez pas plus de 30 minutes ? Préférez Artic Thunder, peut-être un peu moins impressionnant sur PS2 et beaucoup plus beau sur XBOX, mais en tous cas largement plus fun sur les deux supports.

Graphismes : 78%
De beaux décors pour des circuits maheureusement un peu petits mais ne boudons pas notre plaisir : c’est beau et les thématiques sont variées bien que classiques.

Animation : 63%
des baisses de framerate inexplicables mais qui ne sont pas non plus hyperprononcées ou trop fréquentes.

Jouabilité : 73%
Un gameplay très Arcade et immédiat. Le comportement des véhicules est complètement abérant.

Bande Son : 55%
Métal fusion, rock alternatif et bruitages sont estompés par les commentaires de journalistes sportifs peu enjoués. On les comprend.

Intérêt : 12%
Trop pelant, épuisant, éreintant...

Note Globale : 32%
Et dire qu’on doit ce titre à Konami...


NOTE : 03/10