Consoles-Fan
16/01/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2888 articles en ligne

 
Space Channel 5 Ulala’s Cosmic Attack
Pretty Space Reporter
On air !

Derri

Mort aux liens

Depuis que les moroliens ont envahi la station spatiale, ils forcent les gens à danser jusqu’à épuisement. Heureusement, notre reporter en herbe Ulala a du répondant : elle bouge mieux ses fesses que quiconque et se trémousse avec grâce. Bref, elle danse mieux que les moroliens et quand Ulala se retrouve face à eux, ils rebroussent chemin, découragés et humiliés.

J’étais assez sceptique de voir ce que Space Channel 5 allait devenir sur GBA et j’ai été convaincu tant par la reconversion que par l’efficacité du gameplay. Les jeux de danse sont vraiment un genre bien adapté pour la GBA. Le gameplay est simple puisque le jeu consiste à répéter une série de combinaison de boutons en fonction des mouvements effectués par les moroliens. Petit exemple : si un groupe de moroliens effectue la chorégraphie suivante : up...down...up...down.....right.....right......right, vous devez l’effectuer à votre tour et en respectant le rythme s’il vous plait. Vous avez le droit à quelques erreurs mais vous perdrez un de vos cœurs. Ceux-ci représentent votre jauge de vie. Plus de cœur et c’est game over. Parallèlement à ça, un pourcentage indique votre niveau d’audimat. Vous pouvez terminer le jeu sans atteindre le niveau optimal, ce qui permet aux acharnés de recommencer le jeu encore et encore jusqu’à atteindre la perfection. Si vous terminez le stage mais que l’audimat n’est pas suffisant, en particulier auprès de la ménagère de moins de 50 ans, vous serez forcé de recommencer le stage.

Pendant votre parcours, vous devrez parfois éliminer des moroliens tenaces en les shootant ou libérer d’innocentes victimes de leur joug. Si vous arrivez à les libérer, ils vous rejoindrons et participerons à votre chorégraphie pour vous aider à libérer le monde de l’emprise des moroliens !

Sayonara Ulala

Chaque stage est divisé en plusieurs parties qui vous proposeront des challenges différents. Mais le concept reste le même, vous devez répéter les mouvements que de danse que l’ennemi exécute. L’avantage de Space Channel 5 sur les autres rythm’n game, c’est l’observation du jeu qui a son importance. Ainsi votre regard n’est pas uniquement fixé sur une ligne de commande à effectuer et vous pouvez profiter des graphismes et de l’ambiance du soft. La bande-son est aussi là pour vous informer sur les mouvements à effectuer et quel est le rythme qu’il faut respecter. La fin du stage est ponctuée par un boss qui vous défiera à la danse ! Soyez meilleur que lui et vous le renverrez là d’où il vient.

Space Channel 5 se démarque de la concurrence et en fait presque un incontournable de la GBA. Je dis bien presque car tout dépend en fait si vous possédez déjà le jeu sur Dreamcast ou PS2 puisqu’il est parfaitement identique jusqu’aux moindres mouvements à effectuer. Dans ce cas, l’achat semble un peu redondant à moins que vous soyez un fan absolu de la série, que vous voyagez souvent en train et qu’Ulala vous manque sur le quai de la gare. Si par contre vous ne connaissez pas ce hit de Sega, je ne saurais que trop vous conseillez de réparer ce manque au plus vite.

Graphismes : 70%
Des décors respectueux de la version originale et des personnages parfois pas très bien découpés mais qui donnent un résultat final satisfaisant.

Animation : 72%
Le nombre de poses est impressionnant et permet pas mal de variances de pas de danse.

Jouabilité : 85%
Identique à la version originale.

Bande Son : 78%
Les thèmes originaux légèrement remixés ont un peu perdu de leur force mais restent cultes.

Intérêt : 86%
Un grand classique qui envahit la portable de Nintendo.

Note Globale : 80%
Space Channel 5 est une valeur sûre mais ce n’est jamais qu’une adaptation.


NOTE : 08/10