Consoles-Fan
19/11/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

3051 articles en ligne

 
Dungeon & Guarder
Heu, "guarder" z’
non parce que j’aurais mis autre chose

Dungeon & Guarder

Les quatre As au Moyen-Age

Chose courante dans ce genre de jeu, vous devez choisir au départ de votre aventure le personnage que vous voudrez incarner, parmi un guerrier, un archer, un prêtre et un mage. Classique. Tout aussi classique, le guerrier bourrine, l’archer décoche des flèches, le prêtre donne des coups de massue et le mage lance des sorts. Surprenant, non ?

En constatant que le joueur ne dispose que d’un bouton d’attaque et d’un bouton de saut, on va vite se dire que la panoplie de coups doit être bien limitée, et ce n’est pas faux. Cependant il est tout de même possible d’effectuer un " coup spécial " en combinant la touche de saut et une direction (haut ou bas seulement) à la croix. Mais bon dans l’ensemble il n’y a pas de quoi crier d’extase.

Heureusement chaque joueur dispose également d’aptitudes magiques qu’il peut utiliser si son niveau et sa mana le permettent : à chaque Level up, chaque personnage acquiert une " magie " supplémentaire (jusqu’à quatre au total). Pour lancer ces sorts, une simple pression sur la touche R fait apparaître un sous-menu de quatre icônes, immédiatement sélectionnables à la croix.

Level up ou matos, là est la question

Arrivés à ce stade de la description du jeu, vous allez vous dire bon c’est simple , y a qu’à casser un maximum de bestiaux, accumuler de l’expérience pour monter de niveau le plus rapidement possible, ce qui débloque des aptitudes magiques et permettra de casser encore plus de streums. Sauf que les choses ne sont pas si simples que ça. En effet en plus du Level up, il existe une autre façon de modifier les stats des personnages : en traversant les niveaux, le joueur pourra en effet trouver sur sa route des anneaux ou amulettes, permettant de booster (ou de diminuer) les caractéristiques d’attaque, de défense ou de mana du joueur.

Seulement pour pouvoir ramasser ces objets, il faut les " acheter ", et cet achat se fait... avec des points d’expérience. Beaucoup de points d’expérience. Toute la stratégie du jeu consiste donc à choisir entre un boost immédiat des statistiques grâce à un objet, en remettant à beaucoup plus tard le passage au niveau suivant et l’acquisition d’un nouveau sort, ou au contraire de laisser par terre tous ces objets coûteux et d’affronter " tout nu " les adversaires, avec des stats peu flatteuses rendant les combats plus délicats, mais au moins on engrange des points d’expérience et on se retrouvera plus rapidement au niveau suivant, avec une barre de vie plus longue (et remplie), des stats un peu améliorées et une plus grande puissance de feu.

Evidemment le choix de la stratégie à suivre dépendra du joueur et du personnage qu’il aura choisi. En effet certains feront vite ressentir la nécessité de maîtriser rapidement certains de leurs sorts, alors que d’autres peuvent très bien se contenter des coups de base et de foncer dans le tas avec un bon équipement.

Quand on est mort, on est mort...

Ces choix de stratégie sont d’autant plus importants que vous n’aurez pas le droit à l’erreur. En effet votre personnage dispose d’une barre de vie unique, et c’est tout. Pas de vie supplémentaire, pas de continue, quand vous êtes mort, c’est game over direct. Bon les concepteurs du jeu ne sont pas complètement sadiques, vous pouvez quand même sauvegarder entre deux niveaux, mais regardez où vous mettez les pieds quand même.

D’autant que comme une mort prématurée peut être attribuée à une mauvaise gestion de l’expérience (" finalement j’aurais mieux fait de ne pas acheter l’amulette et d’attendre le level up... "), on est souvent tenté de reprendre la partie à zéro pour tout refaire différemment. Cet aspect du jeu ne sera pas sans évoquer quelques souvenirs aux joueurs de la génération 8/16 bits, où il fallait finir un jeu d’une traite et le recommencer à zéro la fois suivante, les cartes mémoire n’existant pas. On aime ou on n’aime pas.

Non Jeff t’es pas tout seul...

Dernière précision avant de conclure ce test, Dungeon & Guarder offre la possibilité de jouer à plusieurs. A vrai dire je ne sais pas si cette possibilité est encore d’actualité, mais les options permettent de configurer une connexion avec une autre GP32 par module RF. Mais bon évidemment je n’ai pas pu tester ce mode.

C’est dommage d’ailleurs, car tous les sorts de niveau 4 des personnages semblent pensés pour améliorer le coopératif en multijoueur...

Conclusion

Dungeon & Guarder a avant tout le mérite d’apporter un peu d’originalité de fond dans le domaine des beat’em all. On ne se contente pas de traverser les niveaux en bourrinant les boutons d’attaque et en comptant sur quelques continue en cas d’accident, là chaque partie est une petite aventure en soi au cours de laquelle on devra faire quelques choix qui auront des conséquences directes sur la façon de jouer et d’affronter les difficultés à venir. En revanche si on laisse de côté les techniques spéciales, le gameplay de base est un peu mou et sans grande originalité. Il n’y a pas de combos à proprement parler (sauf pour le prêtre, mais ça n’est pas très efficace), mais surtout du bourrinage du bouton d’attaque. On reprochera également l’absence de dash et de guarde (hors coup spécial du guerrier), ce qui donne aux déplacements une lourdeur peu agréable et rend le jeu défensif impossible.

Au niveau du gameplay de base, Dungeon and Guarder est tout de même bien en deçà de Her Knights. Mais compte tenu de son aspect à la fois old school et original, il peut être un très bon jeu d’appoint, incitant à faire des petites parties ici ou là pour se changer les idées. En revanche ce n’est pas genre de jeu sur lequel on resterait des heures d’affilée. Ce n’est donc peut-être pas la peine de l’importer pour des cents et des mille, mais comme on peut l’acheter en téléchargement sur le site officiel pour une poignée de roubles, l’affaire est plus qu’honnête.

Les plus :
- gameplay original
- variété des personnages
- interface pratique
- bonne rejouabilité

Les moins :
- gameplay pas très pêchu
- animation moyenne

A vous de juger :
- système "à l’ancienne " : pas de continue
- difficulté élevée

Alx


NOTE : 07/10