Consoles-Fan
20/10/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

3031 articles en ligne

 
Red Faction 2
D
...aux hamsters et aux chicons au gratin

Apr

Si mon premier contact avec Red Faction 2 ne m’avait guère enchanté à cause du framerate assez moyen venant troubler un gameplay pas super évident (en particulier pour la visée), le fait de creuser un peu plus ce jeu finit par vous donner envie de le terminer.

Red Faction 2 vous prend aux tripes parce qu’il est bourrin et défoulant, parce qu’il possède finalement pas mal d’éléments intéressants et réalistes comme la destruction des environnements qui vous laisse libre cours aux tactiques les plus diverses. Bien entendu l’assaut classique méthodique et réfléchi est toujours très efficace mais vous pouvez très bien aussi détruire une tour ou diverses constructions et abandonner vos victimes dans les décombres. Vous pouvez carrément couper le passage sur un pont ou trouver à divers endroits des barricades afin de vous y poster et l’utiliser comme protection ( contre les balles seulement ;) ) et y canarder quelques ennemis. Pour monter à l’étage ? quoi de plus facile que de viser une extrémité d’une ballustrade afin d’en faire un plan incliné !

Et la technique ?

Il est véritablement dommage que le framerate soit si poussif : on ne frise pas la catastrophe mais une vingtaine d’images par seconde, ça commence à devenir vraiment faiblard pour un FPS. Car pour le reste on ne peut vraiment pas se plaindre. Red Faction 2 dispose d’une super ambiance : les cinématiques interniveaux n’y sont pas étrangères. Les doublages sont par ailleurs très réussis. Mais le jeu en lui-même dispose d’une bande-son d’enfer digne des meilleurs films d’action hollywoodiens. Et comme vous êtes parfois accompagnés dans vos missions, cela mitraille et explose vraiment de partout. Les programmeurs ont d’ailleurs pensé à modifier la couleur et la forme de votre viseur si vous avez un allié en ligne de mire. Il faut dire que l’action arrive de tous les côtés : un accident est vite arrivé ! Mais il arrive aussi que les circonstances vous isolent de votre équipe ! Le contraste entre l’action bien bruyante et le calme infini se fait alors ressentir ; cela en est presque angoissant.

Les décors fourmillent de détails. Les effets d’éclairage, de brume, de particules, les traces de sang et d’explosions sur les murs, tout y est superbement rendu. La PS2 a beaucoup de travail et pourtant ça ne rame jamais.

Votre mission si vous l’acceptez…

Les missions sont très diversifiées. Il arrive que l’on se retrouve sur un rail automatique (à bord d’un hélicoptère ou d’un tank) où vous vous laissez simplement guider et shootez sur tout ce qui bouge. Balancez un coup de canon et nettoyez le reste à la mitrailleuse : c’est pas de la dentelle de Bruges. Dans d’autres cas, vous piloterez un sous-marin ou un mécha pour les amateurs avec la possibilité d’utiliser aussi un armement de pointe. Les véhicules empruntés diposent d’une maniabilité exemplaire.

La mise en scène est excellente, assez comparable à Halo, et vous avancez de stage en stage avec plaisir et continuité. Les stages sont vraiment gigantesques : la pauvre PS2 doit même charger les nouveaux décors de temps en temps.

Certains passages se déroulent sous l’eau. La double analogique fait des merveilles : ces passages sont très instinctifs. On ne cherche d’ailleurs pas vraiment son chemin pendant des heures dans Red Faction 2 : il y a suffisamment d’indices graphiques ou oraux pour se tirer d’affaire facilement puisque finalement, vous devez suivre un ordre de mission : classique !

Tout ça c’est la faute à la nanotechnologie !

Mais Red Faction 2 n’est pas juste un jeu d’action ; la part de recherche (assez simple il est vrai) à aussi sa place ainsi que de l’aventure avec des idées sympathiques comme la fuite dans une rame de métro où il faut vous dissimuler de temps en temps dans un refuge pour laisser le métro passer. Il n’y a pas assez de place pour vous et lui !

Les armes mises à votre disposition sont assez nombreuse et peuvent être utilisées de différentes manières un peu comme dans Halo. Rajoutez à cela quelques grenades très pratiques car de nombreux éléments du décor comme des véhicules sont explosifs et multiplient considérablement les dommages, et vous obtenez un gameplay assez classique avec la possibilité de vous accroupir, de sauter, de sniper et d’utiliser une vue nocturne. Vos déplacements et votre visée utilisent le principe maintes fois utilisé de la double analogique. Classique mais efficace. Les munitions sont disseminées dans chaque stage un peu comme à l’habitude mais Red Faction possède de nombreuses petites pièces de ravitaillement où vous pourrez vous recharger en toute tranquilité avant de repartir à l’assaut.

Le mode multijoueur ne rivalise pas avec les références en place comme Unreal Tournament mais propose tout de même de nombreux modes de jeu et surtout un gameplay bien différent de ce qui existe déjà en l’occurence grâce à la présence des nombreux éléments destructibles qui permettent des parties très variées au sein d’une même arène.

Si THQ commence à faire des bons jeux, où va-t-on ? En attendant, vous pouvez vous ruer sur Red Faction 2, votre PS2 vous dira merci !

Graphismes : 82%
THQ a fait du beau travail tant dans l’apparence des différents niveaux qui proposent des univers futuristes, variés et destructibles que dans l’agencement de ces décors : l’architecture est très réussie.

Animation : 68%
L’animation est juste convenable, j’aurais aimé un peu plus d’audace de ce côté là mais il faut saluer les nombreux éléments animés dans les décors.

Jouabilité : 76%
La double analogique continue à s’imposer dans le monde du FPS comme un système très adéquat. Le gameplay est très diversifié.

Bande Son : 78%
Une excellente ambiance cinématographique. Les bruitages des armes sont très réalistes.

Intérêt : 80%
Red Faction 2 n’est pas très difficile mais il occupera agréablement vos après-midis.

Note Globale : 78%
THQ a vraiment bien travaillé sur ce titre, à croire que le passage à la 3D finit par leur être bénéfique quand on connaît la réputation de l’éditeur du temps des jeux tout plats ;)


Disponible aussi sur Gamecube et X-Box
NOTE : 07/10