Consoles-Fan
22/06/2018

Auteur
  

2959 articles en ligne

 
Kirby’s Airride
Derni
Pac-man est tomb

J’en ai lu des vertes et des pas m

Pas assez beau ?

Alors à ce moment là, Monkey ball est aussi moche… Il est vraiment temps de mettre les points sur les « i » et de calmer le jeu… Si maintenant tous les petits jeux kawaii au style enfantin sont moches, on fonce droit dans le mur. Personellement je préfère franchement un jeu sans grande prétention comme Kirby avec de superbes coloris et une netteté d’affichage exemplaire avec une animation ultrafluide que du tape-à-l’œil bien gris et bien réaliste. Le délit de sale gueule, c’est vraiment trop simple à mettre en place. Pour moi, Kirby est vraiment plaisant à l’œil, suffisamment pour recevoir toute mon estime et pour féliciter les programmeurs pour leur joli travail harmonieux et équilibré. Kirby propose au moins des univers dépaysants et créatifs. Qui peut en dire autant ?

Pas assez fun ?

Je peux comprendre la frustration de certains car par exemple, face à n’importe lequel des Monkey Ball, Kirby ne fait pas trop le poids tant ces deux premiers proposent une pléthore de mode de jeux, donc l’un d’eux, comparable au principe de Kirby Air Ride, surpasse ce dernier tout en étant différent. Kirby n’a dans ses chaussettes que deux minigames en réserve. L’un d’entre eux (Top Road) est une sorte d’Off Road assez bordélique mais néanmoins sympathique.

Le deuxième minigame (City Trial) est assez déroutant. Il se présente au début comme le mode Battle de Mario Kart. Vous évoluez dans une arène énorme à la recherche d’items ou de nouvelles planches de skate que vous allez vous disputer avec vos adversaires (des Kirbys de toutes les couleurs). Bien entendu, les items les plus intéressants sont aussi les plus inaccessibles. Ils demanderont un peu plus de temps pour être récupéré que de rouler simplement sur la route. Pendant ce temps, vous récupérer évidemment moins d’items. C’est un choix à faire. Il vous est possible de grinder tout autour de la ville et quitter la rampe grâce à un système de gares. Pratique pour se rendre à l’autre bout de la ville. Une fois le temps écoulé, l’inventaire des items ramassés est fait et vous démarrer une épreuve plus ou moins avantagé en fonction de votre récolte dans la ville. Cela peut être une simple course ou pourquoi pas une épreuve de saut en longueur mais quoi qu’il en soit, ce mode de jeu manque cruellement de fun... Tout cela reste donc assez faiblard face à un Monkey Ball.

Mais si la comparaison avec Monkey Ball est facile car ce sont les jeux les plus ressemblants sur Gamecube, elle est aussi très hâtive tant Kirby propose finalement un gameplay très différent.

Déjà, Monkey Ball ne se joue qu’avec le stick, ici, vous avez en plus le bouton A qui vous permet de capturer certains items et d’en prendre les propriétés les plus diverses. Actionner le bouton A revient alors à déclencher l’arme que vous venez d’aspirer qui n’est accessible que dans un temps limité. A noter que certaines armes se déclenchent en maintenant le bouton appuyé, d’autres en le stimulant simplement. Qu’en est-il de la pertinence de ces armes. Eh bien, avouons-le, c’est assez limité. Et malheureusement, le reste du jeu l’est aussi car vous vous déplacez comme sur un rail dans des décors variés et colorés mais vous n’avez vraiment aucun sentiment de conduite. A part quelques zones de ralentissement à éviter, il n’y a pas grand chose qui influence la course.. Si jamais vous perdez le contrôle, ne vous inquiétez pas, vous ne sortirez pas de la piste, des murs invisibles vous protègent… A la limite, vous n’aurez même pas l’impression d’avoir ralenti.

Vous influencez la vitesse en appuyant sur A car cela vous fait freiner. Lorsque vous relachez le bouton A, vous êtes propulsé telle une boule de flipper. C’est plutôt pratique pour les virages en épingle mais ça ne suffit évidemment pas pour faire de Kirby un bon jeu de course. Lorsque vous décollez du sol, vous pouvez gérer l’inclinaisons de la planche étoilée de Kirby ( Ben oui c’est la mode ). Ainsi, Kirby fera un vol plané de manière plus ou moins heureuse. Autant vous le dire tout de suite, cela reste assez hasardeux de trouver quelle était la parabole idéale à suivre afin d’optimiser la vitesse. On peut dire que Kirby est plus un jeu d’optimisation de vitesses mélé à une sorte de beat-them-up puisqu’il vous est possible d’envoyer vos adversaires dans les choux quand vous les croisez ou de vous servir de vos armes contre eux. Cela reste tout de même bien maigre et chaque fin de partie se conclut sur un sentiment étrange puisque quel que soit la façon dont on a joué, on a plus l’impression que le résultat de la course relève du hasard que de votre talent…

Kirby Air Ride m’a littéralement déçu. Complètement creux, il va avoir vraiment du mal à résister à la concurrence des autres titres sur Gamecube. Quand je pense qu’on attend ce jeu depuis les débuts de la N64. Tout ça pour ça…

Graphismes : 78%
Kawaii desu ne. Certains le trouveront vide, moi je le qualifierai de propre. Les couleurs utilisées sont superbes.

Animation : 88%
Certains décors sont animés. En tous cas, ça bouge dans tous les sens sans jamais ramer !

Jouabilité : 85%
Outre le fait que le gameplay de Kirby est inhabituel, il n’en reste pas moins jouable.

Bande Son : 78%
Des thèmes sympathiques connus pour la plupart.

Intérêt : 18%
Même en mode multijoueurs, Kirby’s Airride ne m’a vraiment pas amusé, après la découverte graphique et l’émerveillement de chacun des stages, on retombe de haut lorsqu’on se rend compte que Kirby n’a finalement aucune profondeur.

Note Globale : 34%
Kirby’s Airride en rendra perplexe plus d’un. Quand on attend le fun d’un Mario Kart et qu’on n’a que les reste d’une idée qui a germé bien loin dans le cerveau d’un programmeur, on ne peut être que déçu, très déçu, si déçu...


NOTE : 03/10