Consoles-Fan
25/04/2018

Auteur
  

2930 articles en ligne

 
Lack Of Love
En manque d’amour ?
Lisez Cfan !

Sur internet, lol signifie peut-

Et dire que j’ai failli rater Lack Of Love que j’ai découvert sur le tard bien qu’étant conscience de l’existence de ce jeu assez difficile à se procurer. Mais que bonheur de découvrir ce titre plein de surprise. Dans un futur éloigné, la terre trop polluée a été désertée. Les survivants ont erré dans l’espace à la recherche de territoires d’accueil plus accueillants. Vous incarnez donc un robot mis au point par les humains afin de rechercher ces nouveaux petits coins de paradis. Une fois que vous les découvrez, vous et votre armada d’outillage devez préparer des mondes prêts à l’emploi en tenant compte de la faune et la flore autochtone. Dans certains cas, vous devrez éliminer les espèces dangereuses, dans d’autres vous tenterez d’en démarrer un élevage. On se croirait à l’aurore de l’humanité, sauf que là, elle existe, et quand son écosystème sera prêt, elle reviendra, en espérant qu’elle ne répètera pas les mêmes erreurs. Une petite leçon d’écologie un peu tarte à la crème ? Peut-être, mais LOL ne s’arrête pas là.

Au début, il y avait...

Mais laissez-moi vous parlez de l’intro du jeu vraiment très aboutie artistiquement. La bande-son est d’une tristesse, d’une mélancolie extrême... Et c’est pour cela que c’est si beau. On dirait du Joël Fajerman (les inventions de la vie : tiens, quel drôle de coïncidence) ! A cela, se rajoute un long film en image de synthèse ou le blanc prédomine. Seules les ombres révèlent les reliefs. Quelques éléments graphiques viennent compléter le tableau créatif. On ne peut s’empêcher de penser aux créations graphiques comme Rez, Cosmic Smash... Mais passons au jeu. Si la musique reste dans la lignée de l’introduction, les graphismes en 2D sont cette fois-ci haut en couleur, quasi photoréaliste avec des sprites en 2D également façon Donkey Kong Country. Ca fait en tous cas bien plaisir de voir de la si belle 2D avec des effets de transparence et de distorsion à gogo par les temps qui courent. Le jeu démarre sous l’eau où vous vous retrouvez sous la forme d’un œuf. Vous allez éclore et démarrer votre vie. Ensuite, il vous faudra manger ou être mangé. Le jeu reprend donc le principe d’Evo (Supernintendo) et de The 7th Cross (Dreamcast). Vous voilà donc plongé dans un jeu d’aventure biologique. Vous parcourrez ainsi de nombreux tableaux riches en effets spéciaux. On regrettera cependant une maniabilité peu claire. On ne comprend pas tout de suite à quoi servent tous les boutons. Il faut dire que vous êtes une bestiole plutôt bizarroïde qui semble gesticulé lorsqu’on la stimule avec les boutons de la manette et qu’il est difficile de comprendre les mouvements effectués avec il est vrai, en plus, une certaine latence. Après avoir un peu chipoté, on finit tout de même par s’y retrouver. Vous n’aurez qu’à dire à vos amis que vos premiers balbutiements dans vos mouvements font partie de la parade nuptiale.

LOL est donc un ovni vidéoludique qui intéressera certainement les fouineurs de curiosités ludiques et autres bizarreries. Il vous touchera en plein cœur ou vous rebutera dès le départ mais il ne vous laissera pas indifférent.

Graphismes : 82%
Si les films en images de synthèse sont assez basiques, les graphismes tout en 2D font honneur à la Dreamcast.

Animation : 71%
Un jeu assez calme et donc peu mouvementé. Le peu qui bouge est néanmoins bien animé.

Jouabilité : 73%
Un peu obscure au début, on finit par y arriver par tâtonnements.

Bande Son : 91%
Une bande-son vraiment très intéressante remplie de bruits "nature".

Intérêt : 83%
Un jeu d’aventure/action à l’originalité extrême.

Note Globale : 80%
Voilà un ovni vidéoludique qui vient s’installer aux côtés de Rez ou Cosmic Smash tout en étant bien différent. Leur point commun est finalement d’être sur Dreamcast !


NOTE : 08/10