Consoles-Fan
19/10/2018

Auteur
  

3031 articles en ligne

 
Maken X
T’as des probl
Changes-en !

Atlus est un

Ces nombreuses cut scénes rapellent un autre beat them up : Berserk, aussi si vous avez aimé l’un vous aimerez surement l’autre bien que Berserk avait peut-être une atmosphére encore plus prononcée et des graphismes un peu plus aboutis mais disons que si vous l’avez fini, Maken X pourra combler un manque intéressant, surtout qu’on pourrait le comparer directement à un Berserk en vue subjective !

Une certaine forme de dualité

Les décors du jeu sont assez inégaux, certaines pièces semblent vides, d’autres décors sont plus soignés et très colorés, dans un autre endroit le décor se reflète sur le sol mouillé, etc etc. A certains endroits, c’est même le florilège de détails. Dernière bonne chose, on ne repére pas de clipping dans ce jeu !

Les effets de lumiére sont eux aussi très réussis, on notera que les persos ont des yeux rouges inquiétants sous leur casque, et qu’ils percent l’obscurité un peu comme dans Jin-Roh, la brigade des loups.

Le jeu dispose en tous cas d’une animation sans faille en 60 images par seconde, un véritable atout pour se faire absorber par le jeu. L’immersion se veut même cinématographique.

Par contre la motion capture des ennemis n’est pas très réussie, tout cela est fort raide. Ces derniers n’hésiteront pas à vous enfermer dans certaines pièces afin de vous tendre un guet-apens !

Donc, bien que ce jeu ne casse pas la baraque, il a quelquechose d’ensorceleur. On est curieux de voir quelle bonne surprise nous réserve les programmeurs stage après stage : peut-être est-ce du aussi à la variété des décors ?

Brainjack

A plusieurs endroits du jeu, on vous proposera de faire des choix comme par exemple répondre à certaines questions ou tout simplement on vous proposera un brainjack. Comme son nom l’indique, le principe est de prendre possession du cerveau d’un personnage que vous rencontrerez au cours de votre quête.

Chaque personnage qui se saisira de l’épée se verra possédé par cette derniére. Elle prendra une forme différente en fonction du personnage en question afin de recréer une grande gamme d’armes. C’est plutôt sympa puisque cela amène pas mal de variété au jeu. L’héroïne du jeu pourra ainsi guider le personnage possédé par simple transmission de pensée (c’est beau la technologie, non ?) puisque cette derniére est la seule à pouvoir maîtriser la fameuse épée.

Le système de jouabilité

Vous possédez un coup simple et un coup concentré qui se déclenche en appuyant en continu sur le bouton d’attaque et en le lachant. Chaque arme ne possède pas toujours un coup concentré mais si c’est le cas et que vous l’utilisez, cela puisera une partie de votre énergie, n’en abusez donc pas trop. Un systéme de lock à la Zelda vous permet de tourner autour de votre personnage ce qui est vraiment extrémement pratique avec les boss. Ca se joue à l’analogique et la caméra bouge dans tous les sens : avancer, reculer, tourner à gauche et à droite.

Maintenir L permet de faire des mouvements sur le coté bien pratiques pour éviter les tirs et maintenir R permet d’observer à la palce de la tête du personnage. Enfin, il suffit d’appuyer vers l’arrière pour déclencher la garde.

Action - plate-forme - RPG

Il faut dire aussi que les stages sont assez longs (heureusement qu’il y a des capsules d’énergie pour réccupérer un peu de vie en plein parcours !) et qu’ils nous plongent vraiment à chaque fois dans une petite aventure truffée de switchs à déclencher, de portes dérobées et d’évènements très intéressants. Par exemple, derrière une vitre on voit le moteur de l’avion (dans lequelle vous êtes bien sûr sinon ce ne serait pas comique) prendre feu et fumer abondament, les vitres se brisent, autant de petits plus qui rendent le jeu très vivant. On n’avance plus simplement dan des couloirs mais on se dépêche car l’avion va peut-être s’écraser !

Au finish, Maxen X est un jeu qui m’a plutôt amusé. Le mélange intéressant d’action, de plate-forme et l’aspect très légèrement RPG (vous récupérez des boules qui font évoluer votre rank) forment un mélange sympathique. Quand je pense que ce jeu dormait chez moi depuis un moment sur mon étagère, je me demande bien pourquoi je n’ai pas commencé ce jeu plus tôt. Pour ne rien vous cacher, j’ai joué encore toute cette nuit à ce titre avant de vous sortir le test, c’est dire s’il m’a captivé. Peut-être est-ce du à l’ambiance manga-cyber- scientifico-inquiétante.

Graphismes : 85%
De très belles réalisations et de temps en temps des sentiments de vide.

Animation : 90%
Rien à redire quand à la fluidité de ce titre, c’est un exemple pour bien des titres, par contre, la motion capture des personnages est très très raide.

Jouabilité : 90%
Maken X offre une jouabilité assez riche qu’il vous faudra apprendre.

Bande Son : 85%
La bande son recrée une très bonne ambiance. Immersion assurée.

Intérêt : 90%
Maken X m’a vraiment bien plus, peut-être parce que ce jeu est différent de ce qu’on est habitué à jouer : c’est un Doom-like à l’arme blanche ou un Hexen-like si vous préférez, mais en beaucoup mieux.

Note Globale : 87%
Maken X ne saura pas plaire à tout le monde, c’est certain, son univers particulier doit trouver son public.


NOTE : 08/10