Consoles-Fan
19/08/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

2998 articles en ligne

 
Drag-On Dragoon
Le nouveau square enix pass
...une nouvelle r

Avec 3 modes de jeu diff

Cela me surprend toujours quand un titre attendu comme le Messie se révèle être décevant. Comment personne ne voit venir le résultat (cf. Matrix, Tomb Raider AOD pour les plus récents) ?? Entre les testeurs maison de Square, la présence systématique des médias, et naturellement le savoir acquis par le passé, comment est-il possible qu’un projet ambitieux échoue dans la catégorie des jeux « moyens mais sans plus ». C’est d’ailleurs assez difficile de savoir où Drag-On Dragoon a échoué, mais dans le même temps une impression de bâclé plane sur le titre de Square. Pour commencer, l’action est tellement répétitive que seuls les hardcores gamers se donneront la peine de changer leurs armes parmis la multitude offerte tout au long du jeu. Bien sûr chaque arme utilisée emmagasine de l’expérience et peut par la suite être boostée, mais quand la seule différence provient d’un effet magique légèrement différent esthétiquement du précédent, le concept perd tout son attrait. En ce qui concerne le second mode de jeu, soit le "Panzer Dragoon like" comme il est si facile de l’appeler, Square-Enix a encore une fois réussi à nous donner un jeu avec une maniabilité limite et un système de lock déplorable. Au final, le joueur doit se battre plus avec sa manette qu’avec les ennemis à l’écran tout en priant qu’une de ses boules de feu touche miraculeusement un ennemi, et ce même quand ce dernier est locké. Un multi-lock similaire à celui employé dans Panzer Dragoon Orta ou Sonic Adventure aurait fait des merveilles pour ce jeu. Au lieu de cela les stages à dos de dragon sont aussi ennuyeux que ceux sur la terre ferme. Mais l’aspect le plus pénible, et qui malheureusement s’étend à tout le jeu, est la caméra qui soit disant plonge le joueur dans une action criante de vérité. Je ne pense pas me tromper en disant que Square et Enix ne sont plus des débutants en matière de jeux 3D. Square possède quelques preuves en la personne des Final Fantasy 7 à 11 et Enix avec Star Ocean 3 (pour citer leur plus récente production) nous prouve qu’il maîtrise lui aussi la 3D. Ainsi l’association des deux companies ne pouvait déboucher que sur un chef d’oeuvre. Mais ce n’est malheureusement pas le cas et Drag-On Dragoon se résume à des mouvements de caméras qui donneraient le mal de mer à un marin endurci. Pour ne pas paraître rabat joie j’ajouterais néanmoins que graphiquement le titre de Square Enix est plutôt réussi (comme The Bouncer ?!!) et bien que les ennemis se ressemblent tous (ce qui à le don d’agacer à la longue) il est effectivement vrai qu’il sont présent par centaine à l’écran. Malheureusement la jouabilité fade et la caméra faiblarde ne permettent pas d’apprécier cette prouesse technique à sa juste valeur. Et heureusement que le bouton R3 fait apparaitre un radar car autrement le joueur serait contraint de cogner à l’aveuglette jusqu’à à accomplir son objectif. En pressant L2 on a évidemment la possibilité de recentrer la caméra mais dès que le jeu est en mouvement les problèmes ressurgissent.

En définitive, et bien que je ne sois pas un fanatique des beat’em all Drag-On Dragoon n’est pas distrayant pour un sou, au contraire on s’y ennuie ferme et la déception sera au rendez-vous pour bon nombre de joueurs. Alors que Chaos Legion arrivait à présenter une certaine diversité au niveau des monstres à éradiquer, Drag-On Dragoon lui présente encore plus de monstres à tuer. Ajoutez à cela la pauvreté des situations de combat (un bouton d’attaque physique et un d’attaque magique, c’est assez limité à mon goût) et Drag-On Dragoon devient vite plus soporifique qu’amusant. Le sentiment d’ennui était tellement présent que j’en étais à souhaiter que les cinématiques continuent plus longtemps juste pour ne pas avoir à jouer plus longtemps. Square-Enix devrait avoir honte de sortir des jeux si moyens, si la compagnie se préoccupait un peu plus de ses jeux au lieu de presser jusqu’à plus soif ses licences juteuses du type Final Fantasy ; des jeux comme Drag-On Dragoon ne seraient jamais sortis en l’état. J’attendais beaucoup de ce Drag-On Dragoon et c’est un énième jeu bâclé qui s’est offert à moi. Après un Final Fantasy X-2 sans grand intérêt et un Crystal Chronicle superbe mais tellement commercial (le coup des 4 GBA me reste toujours en travers de la gorge), Square Enix ne semble pas être dans sa meilleur période.

Graphismes : 7.5 / 10

Les personnages sont bien modélisés (le héros comme le dragon), mais les environnements bien qu’assez vastes sont tout de même relativement pauvres. De plus les ennemis sont bien trop similaires. Les cinématiques sont quant à elles superbes.

Son : 8.0 / 10

Les bruitages sont convaincants et la musique est comme d’habitude très réussie bien que les thèmes ne soient pas très originaux.

Jouabilité : 5.0 / 10

La caméra n’est jamais où elle doit être, le système de lock est risible et les enchaînements à l’arme blanche se comptent sur les doigts d’une main.

Animation : 6.0 / 10

Les phases à dos de dragon sont très réussies au niveau de l’animation mais les combats sur la terre ferme sont tellement semblables et les ennemis si « lourdauds » que l’on fini par s’ennuyer sérieusement.

Intérêt : 5.5 / 10

La grosse déception de la rentrée à mon goût Drag-On Dragoon rejoint ses amis (Tomb Raider, Matrix, Devil May Cry 2 etc.) dans le club plus tellement fermé des jeux dont on attendait beaucoup et qui se sont révélés décevants.


NOTE : 05/10