Consoles-Fan
18/01/2018

Auteur
  

2888 articles en ligne

 
Freaky Flyers
Satanas et Diabolo
A la poursuite du pigeon voyageur !

Les am

Freaky Flyers ressemble énormément dans le principe aux stages en avion de Diddy Kong Racing. En plus de faire la course, vous pourrez réaliser plusieurs missions au sein d’un même stage comme ramasser des items, détruire des éléments du décor avec votre mitraillette… Il y a 6 missions par stage !!! On repense immédiatement aux challenges des pièces d’argent de Diddy Kong Racing. Mais ici, chaque mission réussie débloque vous permet de stocker un item supplémentaire ou fait apparaître des zones de boost qui vous permettent de prendre pas mal d’avance. Attention car vos ennemis pourront aussi les emprunter, mais généralement vous êtes le premier à en tirer partie puisque vous les déclenchez. Gardez donc bien cet avantage pour vous en empruntant ces zones à chaque tour. Les programmeurs rajoutent en tous cas pas mal d’intérêt au soft, sans avoir finalement fait de gros efforts.

Bon voyage !

Les environnements parcourus sont ultrathématisés (entre le monde montagneux et glacé, l’île aux pirates, le monde hanté, le champs de bataille, le décor très inspiré d’Alladin…) et le design est très cartoon, loufoque et joli. Dans l’ensemble, la réalisation est vraiment très satisfaisante. Les décors sont particulièrement bien animés : ça vaut le détour ! Mais les programmeurs qui ont décidemment pas mal d’imaginations ont rajouté des minigames vraiment très intéressants et un mode multijoueur en dogfight.

Vous avez le choix entre divers personnages. Beaucoup sont à débloquer. Vous pourrez incarner une aviatrice ayant subi des expérimentations génétiques par l’armée allemande ou une jeune fille coincée qui, tel le Dr Jeckill soufre d’une double personnalité et se transforme en mangeuse d’homme. Vous pourrez incarner un mafieux qui s’est inscrit à cette compétition pour faire plaisir à sa maman ou encore une sorte de ranger qui aime déguster du chien rôti. L’humour noir est certes au rendez-vous mais il passe comme une lettre à la poste grâce à l’aspect déjanté du character design. Chaque perso possède une histoire que vous pourrez découvrir par le biais de nombreux films en images de synthèse très bien fichus.

Il faut cependant avouer quel es courses manque un peu de piments et qu’on reste difficilement maître de la situation. Le fait de bien jouer n’est pas toujours bien sanctionné. La conduite n’a en effet ici quasi aucun rôle, l’important est finalement de ne pas se cogner. L’intérêt se trouve plus du côté de la gestion des options, tout comme dans Mario Kart. Elles sont classiques puisqu’on a droit à des protections, des missiles à tête chercheuse ou encore des mines volantes (placez les devant les zones de boost c’est imparable !). Vous pouvez également les mitrailler, cela permet de gagner facilement une place au classement. D’ailleurs dans ce genre de course, le poursuivant est souvent avantagé car il peut canarder ses assaillants. Si vous êtes poursuivi et que vous n’avez pas d’armes à laisser traîner derrière vous n’avez plus qu’à utiliser votre protection. En bref, vous êtes juste sur la défensive. Avec Freaky Flyers, il est possible de continuer votre progression tout en vous retournant et canarder l’ennemi ou de lui balancer quelques items bien choisis ! Du coup, comme il faut pouvoir voler à l’aveuglette, on comprend mieux le choix des programmeurs de rentre l’espace aérien relativement dégagé et de ne pas trop sanctionner les écarts de conduite. Freaky Flyers se révèle très stratégique ! Au final on obtient un concept bien différent de ce qui existe déjà sur le marché et c’est tant mieux !

Mais Freeky Flyers propose aussi pas mal de minigames en guise de stages intermédiaires. Ils sont tous très réussis. On retrouve par exemple une défense d’un fort. Vous devez le protéger de ses assaillants tout en détruisant les camps ennemis afin d’arrêter leur flux belliqueux ! Des mariachis armés de leur guitare et de leur sombrero entonnent essaient tant bien que mal de couvrir les coups de feu avec leur chanson bien kitch.

A l’intérieur d’un corps humain, vous vous retrouvez dans la même situation que le héros du film Innerspace (l’aventure intérieure) puisque vous circulez au sein de vaisseaux sanguins dans l’espoir de trouver une sortie. A mon avis, il s’agit d’une personne qui a trop de cholestérol car ces artères sont fortement encombrées. Vous y croiserez bien sûr des globules rouges inoffensifs mais aussi des globules blancs dont le rôle est de se débarrasser de tout corps étranger (c’est à dire vous) en l’ingérant. Il vous faudra récupérer des bulles d’oxygène, à moins que vous ne désiriez mourir, étouffé dans d’atroces souffrances.

Revivez Pearl Harbour en protégeant votre porte avion contre les attaques incessantes de sous-marins et autres croiseurs. Torpillez-les en n’oubliant pas d’emporter les torpilles fournies par votre porte-avion. Effectuez un looping pour lâcher la torpille qui filera droit dans l’axe que vous lui aurez inculqué. Tenez compte du mouvement des cuirassés ennemis afin d’optimiser votre tir !

Midway a clairement déchiré sur ce soft. Ca fait plaisir de voir que certains éditeurs se creusent encore un peu la tête pour nous pondre des titres un peu différents.

Graphismes : 88%
Les décors très cartoon et ultravariés sont vraiment très agréables et détaillés.

Animation : 91%
Il semblerait que depuis Hydro Thunder, réaliser des jeux de course avec des décors bourrés d’animations soit devenu une marque de fabrication chez Midway. Quelques très rares baisses de framerate à signaler malheureusement. Dommage, j’avais encore envie de pousser la note vers le haut !

Jouabilité : 90%
Non seulement Freaky Flyers est ultrajouable même si les mouvements proposés sont très nombreux : attaque en piqué, looping, vrilles...

Bande Son : 92%
Délirante à souhait, Midway a bien sur les choisir en fonction des stages !

Intérêt : 95%
Le principal atout de Freaky Flyers : enfin un titre pas comme les autres !

Note Globale : 92%
Freaky Flyers est le titre qui m’a vraiment fait le plus trippé ces derniers mois. Un must buy même si vous êtes seul à y jouer !


NOTE : 09/10