Consoles-Fan
27/05/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2945 articles en ligne

 
Densha de GO ! Professional 2
Ils sont de retour...
La revanche de la Sncf !

Apr

Le principe de Densha de GO ! Professional 2, est de prendre le contrôle de trains à travers des tracés que les japonais ont l’habitude d’emprunter lorsqu’il vont au travail par exemple. On pourrait résumer ces parcours à ceux de nos trains de banlieues dans la mesure ou les trajets entre les stations ne dépassent pas 10 kilomètres. Le menu se découpe à la manière des autres Densha de Go, à savoir le mode opération, le mode tutorial, les options et les bonus. On peut noter l’ajout d’un mode Free Run, absent de l’édition Ryojohen mais qui était déjà là dans l’édition Shinkansen. Ce dernier est plus anecdotique qu’autre chose dans la mesure où les mêmes règles de pilotage sont présentes. Ce mode vous permet juste de conduire sans contraintes d’horaires et de paramétrer les conditions météo. En fait rien n’a vraiment évolué au niveau de l’interface générale du jeu en dehors du fait que les menus sont en partie écrits en anglais (option non négligeable étant donné le peu de joueurs français qui parlent japonais).

Le mode opération est le mode principal du jeu dans lequel on vous demandera de conduire vos passagers d’un point à un autre tout en respectant les panneaux de signalisation et surtout les horaires. Densha de Go ! Ryojohen disposait de contraintes de temps assez larges et arriver à l’heure était vraiment facile. Ici, les horaires sont vraiment quelque chose à laquelle on doit faire constamment attention sous peine de perdre de précieux points de bonus au moment des check points et de mécontenter les passagers par un retard intempestif. Cet aspect très réaliste rend le jeu vraiment difficile même en mode normal, à tel point qu’il m’a fallu 3 continues pour couvrir un parcours de faible difficulté en mode normal. En effet, outre le paramétrage du jeu général, les parcours possèdent eux aussi des niveaux de difficulté allant de 1 à 5 et qui sont fonction du train, de la météo, du nombre de feux... Au niveau technique le jeu s’est vraiment amélioré, graphiquement les effets de scintillement et d’aliasing ont pratiquement disparus et même si les passagers ne sont toujours que des textures plaquées le visuel général est devenu assez agréable. Cependant ne vous méprenez pas, on est quand même loin d’un Dead Or Alive sur Xbox. Etant donné que les parcours se font en dehors des villes, l’animation se résume au passage des trains en sens inverse et aux attitudes des passagers que l’on voit lorsqu’on fait une erreur. Il n’y a donc pas grand chose à dire dessus. La musique des menus est correcte sans être transcendante, et le son « in-game » se résume au bruits des trains. La voix qui annonce les itinéraires aux passagers est toujours là et c’est tant mieux car cela donne une touche de réalisme non négligeable au jeu. Une seul vue est disponible et le fait de pouvoir observer l’environnement n’est possible que pendant les arrêts afin d’évaluer les distances de freinage. Au niveau de la jouabilité, il est inutile de préciser qu’à l’instar des autres Densha de Go, cette édition nécessite elle aussi l’acquisition d’une manette de train sous peine de perdre pas mal de l’intérêt du jeu. La durée de vie de Densha de Go ! Professional 2 est beaucoup plus importante que celle de Densha de Go ! Ryojohen notamment à cause de sa difficulté très élevée mais aussi par la grande diversité des trains. Ce qui vous demandera un apprentissage particulier pour chacun d’eux. Graphismes : 6.5 / 10

C’est vraiment mieux qu’avant, mais le graphisme fait quand même pâle figure pour un jeu sorti en début d’année au côté des Soul Calibur et autres Dark Cloud 2

Son : 6.5 / 10

Les bruitages sont réussis et la musique est quelconque, la voix off est toujours aussi sympa

Jouabilité : 5.0 / 10 (sans manette) - 8.0 / 10 (avec manette)

Comme pour le précédent opus de la série, soit vous avez la manette et vous allez vous amuser (sous réserve de ne pas être allergique aux trains), soit vous jouez à la manette et l’intérêt risque d’être vite limité.

Animation : 6.0 / 10

Sans intérêt particulier, étant donné qu’en dehors des trains que l’on croise en sens inverse l’environnement est statique (ce n’est pas plus mal quand on a vu ce que donnait Densha de Go ! Ryojohen).

Intérêt : 7.0 / 10

Un jeu 100% nippon, qui ne passionnera qu’un public toujours aussi restreint mais qui par sa grande difficulté de départ risque de rebuter pas mal de personnes qui l’aurait acheté pour un premier essai. En attendant cet opus reste la référence sur Ps2.


NOTE : 07/10