Consoles-Fan
20/10/2018

Auteur
  

3031 articles en ligne

 
Stake
Mes deux hamburgers ont disparus !
Aaah, y Stake hach

Ca a la couleur de Power Stone,

Stake est un jeu qui se classe dans les petits titres sans grande prétention qui aurait pu percer mais qui restera un petit titre sans prétention ;). Lors de l’intro filmée révélant en fait le moteur graphique du jeu, on nous révèle le character design plutôt sympa des différents protagonistes. On découvre aussi que le jeu semble assez riche en couleurs et que si les stages ne sont pas très détaillés voire grossiers, ils sont quand même très agréables à l’œil. Stake est une petite production et elle assume bien son rôle car sans se la jouer, elle offre un résultat convaincant.

Remboursez !

A vrai dire, c’est quand on commence à jouer que l’on ressent fortement la faiblesse de ce titre. La caméra est très rapprochée et on se ballade dans des stages de taille moyenne sans avoir une vue globale. On se cherche et parfois on se frappe. Il n’y a pas de zoom dynamique comme dans Power Stone qui vous indique avec exactitude la place de votre adversaire. De simples flèches vous donnent une estimation de leur emplacement. Tout cela perd évidemment en précision et il n’est pas rare de voir débouler un ennemi au dernier moment. . Il y a bien un zoom manuel à gérer avec les gachettes mais il se révèle plus qu’insuffisant. A côté de cela il faut avouer que les effets spéciaux sont basiques mais sympathiques et que les magies offrent quelques bons visuels. Mais Stake est un jeu mou, et là, ça ne pardonne pas. Malgré ses deux coups et demi, l’action est ultraconfuse. Il faut dire que le temps de latence d’exécution des coups est très déplaisant. Une fois déclenché, vous frapperez dans le vide si votre adversaire n’a pas eu la gentillesse de bien vouloir rester immobile. Et en général ils ne sont pas gentils ! Si par malheur, la caméra décide de s’éloigner du plan de jeu, un effet flouté très déplaisant apparaîtra.

Au final, on aurait aimé que Stake soit un freeware. Malheureusement, débourser le moindre eurocent dans ce titre serait pure folie pour la bonne et simple raison que vous n’y jouerez jamais. Je pense en avoir vu passer des jeux entre mes mains, mais des ratages aussi cuisants, j’en ai connu bien peu. Entre Power Stone et n’importe quoi, je vous laisse choisir. Moi je retourne allumer ma Dreamcast.

Graphismes : 52%
Sans grande prétention, pas vraiment laid, mais vraiment flou et plutôt vide.

Animation : 81%
Le eju est fluide, mais de toute manière, à quoi bon.

Jouabilité : 23%
La prochaine fois, faudra faire la même chose, mais à l’envers !.

Bande Son : 72%
Dance, house, techno. Ca bouge bien, mais y’a vraiment que ça.

Intérêt : 01%
1% parce que finalement l’intérêt c’est de garder son argent. Même le mode multi-joueurs est un fiasco.

Note Globale : 10%
Le jeu peut être attirant tant qu’on ne prend pas la manette en main, alors de grâce, essayez-le, comme ça vous serez certains de ne pas l’acheter !


Bonne nouvelle : cette daube est aussi disponible sur PS2 et sur Gamecube : redoublez de vigilance !
NOTE : 01/10