Consoles-Fan
17/10/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3031 articles en ligne

 
Castlevania : Lament of Innocence
La lamentation des fans...
Une grande l

Comme on dit : Ce n’est pas la quantit

JPEG - 84.1 ko
Castlevania

Depuis le temps qu’on l’attendait celui là, enfin non il est arrivé assez vite quand même. Bref le voilà, toujours sans trop y croire, mais nous l’avons ^^. Matérialisation d’un mythe : Samedi 25 Octobre trois jours après sa sortie (US) je me rends à Games Mania (Spécialiste à Tours que je salue au passage) afin d’admirer de mes propres yeux ce jeu tant attendu. Ma premiere pensée, comment est il arrivé aussi vite ? Dans la soirée un pote m’appelle pour l’essayer, avant de me plonger dedans quelques jours plus tard. Ils en étaient déjà à 75% du jeu. Une déception ? Pas tout a fait, Une compréhension ? Cela s’avérait plus juste pour pouvoir comprendre le retour de Castlevania. Et c’est ce que je vais tenter de vous expliquer dans ce test.

Histoire de Vampire

Castlevania... Ce n’est pas la premiere fois que l’on voit ce titre chez nous, et bien figurez vous qu’au Japon la série vient tout juste de se renommer ainsi, le fameux "Akumajo Dracula" est rebaptisé "Castlevania" comme en occident. Il est vrai que le titre Akumajo Dracula (Démoniaque Dracula) manquait d’originalité. Castlevania (Castle of Transylvania ?/Château de Transylvanie ?) est tout de même beaucoup plus classe. Halala Castlevania c’est vraiment la classe comme série. :)

Premiers pas : Vous êtes Leon Belmond. Chronologiquement dans l’histoire des Castlevania celui ci est le premier de la série. Après une introduction très moyenne, le titre du jeu apparaît. Un titre kitsch comme dans tous les Castlevania, j’adore ! Peu d’options, vous pouvez néanmoins choisir entre deux langues (Anglais/Japonais), j’apprécie vraiment ce genre de démarche. Je tiens à préciser que les voix, que se soit du côté anglais ou japonais sont de bonne facture mais pas extraordinaires, les doublures sont correctes mais ne sont pas autant attachées aux personnages que dans l’excellent Castlevania Symphony of the Night.

Les Grands Versus

- Castlevania Lament of Innocence VS Castlevania Symphony of the Night.

JPEG - 151.7 ko
Leon VS Alucard

Hé non Castlevania Lament of Innocence ne détrône pas Castlevania Symphony of the Night. Car sa trop courte durée de vie et son manque d’items (malgré les différentes combinaison entre les orbes) l’empêche de vaincre Alucard le prince des vampire. (Ha si ! Séphiroth sur GameFAQs a vaincu Alucard pfff ! N’importe quoi...) Comme nous sommes dans les "pfff" j’en profite pour dire deux mots sur la comparaison intempestive avec Devil May Cry...

- Castlevania Lament of Innocence VS Devil May Cry.

Ce n’est pas Castlevania qui s’est inspiré de Devil May Cry mais c’est Devil May Cry qui s’est inspiré de Castlevania. Certes le fait d’avoir vu Devil May Cry a sûrement donné envie à Koji Igarashi (Producteur) de faire un Castlevania en 3D, mais le seul point commun entre eux, est qu’ils appartiennent à la catégorie Action/Aventure.

JPEG - 189.1 ko
Castlevania et Devil May Cry

La 3D permet également au fan de se balader un peu partout dans cet univers qu’il aime tant, de plus les zooms de caméras nous projettent à travers le téléviseur, on se sent absorbé par ce monde, c’est intrigant. En ce qui concerne le choix des niveaux, hé bien c’est à mi-chemin entre deux styles de Castlevania. Vous devrez monter sur des plateformes pour choisir votre niveau et ainsi gambader un peu partout dans le château. Il y a ceux qui trouvent ça dommage et auraient aimé traverser entièrement le château, d’autre penseront au contraire aux versions Dracula X (PC Engine) et Dracula XX (SFC) où l’on choisissait son niveau. Je tiens à préciser aussi une chose, Castlevania Lament of Innocence n’a pratiquement aucun temps de chargement, un peu comme les anciens.

Castlevania the Movie Show !

Une histoire commence. Une histoire que l’on connait tous plus ou moins. Ce Castlevania se la joue scénaristique à la "Metal Gear Solid" une mode un peu trop courante chez Konami en ce moment, mais cela semble porter ses fruits au niveau du grand public. Les fans auraient sûrement préféré voir des portraits en dessin de Ayami Kodjima pendant les phases de dialogue, dommage. Mais bon voilà on se la fait comme "Metal Gear" et ça marche après tout.

Soundtrack
JPEG - 11.5 ko
Original Soundtrack

Les musiques de Castlevania sont aussi célèbres que les jeux. Michiru Yamane nous prouve une fois de plus son don particulier à cerner l’ambiance unique que dégage Castlevania... Je vous laisse ici mes pistes préférés :

- Track 03 (premier niveau)
- Track 04 (dernier niveau)

Ceci est bien évidemment destiné à ceux qui auront l’OST, n’étant pas encore sortie je ne peux vous donner les titres, mais j’espère qu’il y aura des curieux pour trouver les musiques auxquelles je fais allusion. D’ailleurs la musique de la bibliothèque (Ghostly Theatre) à un moment me fait penser à une musique dans "La Légende de Thor" sensation de gamer ? Tendez l’oreille et venez me dire si comme moi vous l’apercevez.

Ayami Kojima

Pour ceux qui ne connaissent pas le talent de cette demoiselle je vous conseille de faire une recherche sur internet. Je vous livre dans ce test les Artworks sur lesquels elle a travaillé pour cette épisode de Castlevania.

Je finirais par dire que bien évidemment c’est un incontournable pour les fans, et j’espère que nous sommes nombreux. De toute façon le culte Castlevania s’est déjà fait suffisamment entendre pour que ce titre fasse un carton. Un GRAND remerciement à Konami, pour nous avoir ENFIN offert un autre Castlevania sur console de Salon ! A la prochaine Konami, mon Ami. :’)

Konami

Graphisme : 8/10 Le passage a la 3D de Castlevania est une vraie réussite. Les graphismes sont très fins. Certains décors auraient mérité plus de travail comme les orgues ou encore l’écran titre. Mais ce ne sont que des détails perdus dans une immense œuvre architecturale et lumineuse.

Music : 9/10 Digne de la Série des Castlevania. Quelques discrets remix de Symphony of the Night. Une qualité de son irréprochable qui vous met dans l’ambiance.

Animation : 8/10 J’aurais voulu mettre 9 pour l’animation du personnage lorsqu’il court. Mais voilà lorsqu’il marche il écarte un peu trop les jambes. Pour les Cut-Scène c’est de la Motion Capture.

Jouabilité : 9/10 Une jouabilité exemplaire. Une prise en main immédiate sans autre choix qu’avec l’analogique.

Scénario : 7/10 Un scénario tout à fait correct, qui plaira au plus grand nombre. Le jeu étant fini on reste un peu sur notre faim. La suite au prochaine épisode bien sûr.

Durée de Vie : 7/10 Dommage qu’il ne soit pas aussi long que Symphony of the Night. Mais n’oublions pas que cet épisode est entièrement en 3D et cela demande beaucoup de travail. Tout comme Zone of the Enders 2 le titre n’est pas particulièrement long pour cette raison. 10 heures en moyenne suffisent pour en venir à bout et le double pour avoir une partie complète. Cette épisode n’est rien d’autre que la première partie d’une grande aventure dans le monde de Castlevania.

Gastarot


Mes tests seront d
NOTE : 08/10