Consoles-Fan
21/08/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2998 articles en ligne

 
Shenmue II
Les tribulations d’un japonais...
...en Chine


Présent sur Dreamcast depuis le 30 novembre 2001, l’un des plus grands jeux de cette décennie (n’ayons pas peur des mots !) fait son arrivée sur Xbox. Pour ceux qui n’auraient pas déjà compris en lisant le paragraphe introducteur, c’est de la série Shenmue dont il est question et plus particulièrement du 2ème opus de cette saga, cette même saga dont le 3ème épisode fait souffrir des milliers de joueurs par sa remarquable absence.

Bon à moins d’être totalement attardé vous avez naturellement deviné que Shenmue 2, fait suite à un autre épisode sorti un peu plus tôt sur Dreamcast. Étant donné que cet opus en est la suite directe, il est tout à fait indispensable d’avoir terminé le premier ou tout du moins d’en connaître le scénario pour entamer le n°2 sans problème. Heureusement, Sega a pensé à tous les petites « bleusailles » en incluant dans le jeu Xbox, un DVD intitulé Shenmue The Movie, qui, s’il ne remplacera pas le jeu original aura le mérite de permettre aux joueurs de découvrir (ou redécouvrir) les scènes clé du premier épisode. Bref après moult péripéties Ryo s’embarque du Japon vers Hong Kong et c’est là que le deuxième épisode commence. Si vous découvrez le jeu pour la première fois vous serez bluffé par le réalisme et l’ambiance du titre, c’est bien simple, on se croirait vraiment à Aberdeen et chaque personnage vaque à ses occupations comme si de rien n’était. Le moindre détail nous met en émoi, le moindre pigeon qui s’envole nous excite et finalement on se retrouve à déambuler dans les rues tout en ayant totalement oublié notre mission principale. Le jeu est immense et la surface d’exploration est bien 2 fois supérieure au premier épisode, le nombre de personnages et lui aussi très impressionnant. Quoi qu’on en pense, Shenmue est un jeu hors norme, un monstre sacrée du jeu vidéo, le genre de jeu qui vous font vous couper du monde et vous font pleurer de désarroi lorsque le dénouement arrive. Shenmue, c’est le jeu que tout joueur qui se respecte se doit de posséder sous peine d’être maudit... Cette impression d’immersion, le jeu la doit à sa nature même. En se déroulant à la manière d’une enquête, l’histoire vous amène à arpenter des dizaines de rues, rencontrer des gens qui eux-mêmes vaquent à leurs occupations (des ouvriers, des policiers, des « zokus » , des parieurs, des maîtres en arts martiaux et j’en passe). Étant donné que vous débarquez dans un pays étranger sans soutien particulier, il va falloir gagner de l’argent pour pouvoir accéder à certains endroits. La manière de le faire varie et peu être soit ludique soit laborieuse (travailler, parier, faire du « street fighting »... ) Shenmue 2 pourra paraître en effet très pénible si vous ne gérez pas correctement votre budget. Il est donc impératif que dès le début du jeu vous consacriez deux ou trois heures à accumuler un pécule suffisamment important pour ne plus devoir vous soucier de vos économies. Je vous recommande vivement de le faire car si comme moi vous voulez finir le jeu à 100 %, il vous faudra beaucoup d’argent pour obtenir tous les objets cachés du jeu. Rassurez vous néanmoins, Shenmue n’est pas une simulation de visite touristique et dispose d’un scénario extrêmement bien ficelé et réglé de telle façon que chaque nouvelle partie diffère de la précédente. Le temps dans Shenmue a une importance cruciale et certains évènements ne se déclencheront qu’à un moment et un endroit précis et si vous souhaitez les découvrir tous il va falloir jouer encore et encore. De même une action passée aura des répercussions sur votre progression et pourra jouer en votre faveur ou défaveur. Shenmue c’est en fait la liberté de gérer une aventure à votre manière. Comme vous enquêtez sur une sombre histoire de meurtre et de mafia, Ryo sera aussi amené à se battre plus d’une fois. Deux options s’offrent à vous dans ces cas là : Le QTE ou Quick Time Event, vous propose d’appuyer sur un certain nombre de boutons à un moment précis afin de vaincre (avec classe !) vos adversaires ou de sortir de situations épineuses. Les combats en temps réel : se déroulent de la même manière que dans Virtua Fighter : un bouton pour les coups de poing, un pour les coups de pied, un pour les projections et un pour l’esquive. La quantité de mouvements de Ryo est aussi importante que celle d’un personnage de jeu de combat classique et vous aurez la possibilité tout au long du jeu, non seulement de vous entraîner pour rendre ces coups plus efficaces mais aussi d’en apprendre d’autres avec l’aide de parchemins de techniques ou par l’intermédiaire de maîtres de kung-fu. Le gameplay pendant les phases d’exploration est excellent et là encore les possibilités offertes sont nombreuses. Ryo vous paraîtra peut-être un peu rigide au départ mais cet aspect s’efface bien vite lorsqu’on avance dans le jeu. Au niveau musical, c’est proprement fantastique, les thèmes sont aussi nombreux que les endroits à visiter et on passe avec délice de la musique traditionnelle chinoise au hard rock ou au jazz. Des juke-box présents dans certains bars vous permettent même d’écouter la musique que vous souhaitez. Hallucinant ! L’environnement sonore et les bruitages ne sont pas en reste non plus et l’ancien port hollandais grouille de bruits et d’animations et il en sera de même pour Kowloon un peu plus tard dans le jeu. Lorsqu’on rentre dans un lieu, on est tout de suite happé par l’ambiance. Mais finalement, à ce stade du récit, on est en droit de se demander si ce Shenmue 2 apporte une quelconque innovation par rapport à l’opus sorti sur DC. Malheureusement et j’en suis le premier attristé, rien ou si peu a changé depuis la première version. En fait la version Xbox dispose non plus de voix en japonais mais en anglais. Dans Shenmue 2 tout est en anglais et il sera donc nécessaire, sans que votre niveau soit excellent, d’en avoir quelques notions si vous ne voulez pas tourner en rond pour trouver un lieu ou une personne. Techniquement, rien n’a beaucoup évolué, l’eau est peut être un peu mieux rendue, des effets de lumières du plus bel effet on été ajoutés ; mais en ce qui concerne le design des personnages et des environnements, rien n’a évolué. C’est d’ailleurs un peu dommage d’avoir attendu si longtemps ce portage pour si peu d’évolutions et il aurait été plus judicieux de s’attacher au design plutôt qu’aux traductions des voix déjà parfaites sur Dreamcast. Une excellente nouvelle enfin, les ralentissements présents à certains moments on totalement disparu en passant sur Xbox. Au final, le jeu reste très beau malgré son âge et est bourré de détails, mais quand on connaît les capacité de la Xbox on peste de ne pas avoir constaté d’améliorations techniques plus significatives. Des suppléments in-game on été ajoutés mais ceux-ci relèvent plus du gadget qu’autre chose en comparaison des mini-jeux déjà présents. On notera donc, la possibilité de pouvoir ajouter des filtres de couleurs sur l’image (par exemple vous pourrez jouer à Shenmue en Noir et Blanc) et de prendre des photos en plein jeu, pour les stocker ensuite sur le DD et récolter des bonus (sous la forme d’un manga). Au vu de ce manque de nouveautés, le jeu est loin d’être indispensable pour les personnes qui le possèdent déjà sur Dreamcast d’autant plus que la version Xbox ne permet pas d’utiliser la sauvegarde du Shenmue 1. Mais pour les psychopathes (tels que Bigboss7 ou bien moi) ce jeu est un indispensable pour la simple et bonne raison qu’il s’appelle Shenmue. De plus, si un éventuel 3ème épisode voit le jour, votre sauvegarde Xbox pourra sûrement être utilisée. Nous arrivons au terme de ce petit exposé et je me rends compte que j’ai passé sous silence de nombreux aspects du jeu, quoi qu’il en soit, comme tout chef-d’œuvre vidéo ludique, Shenmue se joue plus qu’il ne se décrit et c’est la manette en mains que l’on en découvre toute sa portée.

Graphismes : 8.0 / 10

Objectivement, Shenmue 2 a un peu vieilli et certains détails trahissent son âge. Mais le jeu était tellement impressionnant sur Dreamcast, qu’il se place tout de même loin devant de nombreuses productions actuelles.

Son : 9.0 / 10

La musique est splendide et très éclectique. Les bruitages sont magnifiques et fourmillent de détails qui donnent à l’ensemble une très grande cohérence.

Jouabilité : 9.0 / 10

Les combats sont très intuitifs et les coups s’effectuent avec une facilité déconcertante, l’inventaire est très bien pensé et les phases de Qte d’un dynamisme hors du commun.

Animation : 9.5 / 10

Des dizaines de personnages affichés en même temps, des décors somptueux et détaillés, une motion capture au millimètre et tout cela sans aucun ralentissement. Je crois qu’on peut dire que c’est du bon travail.

Intérêt : 9.5 / 10

J’ai une petite préférence pour le premier épisode (Japon oblige), mais il faut reconnaître que ce second volet est lui, bien plus abouti au niveau du gameplay et de la durée de vie.


NOTE : 09/10