Consoles-Fan
21/02/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2900 articles en ligne

 
Naruto : Narutimate Hero
Le guide du parfait ninja
en 10 le

Naruto est de retour sur console et encore une fois dans un jeu de combat. Seulement, c’est la Ps2 qui accueille cette

Le jeu démarre comme un anime avec un générique très dynamique agrémenté d’une musique j-rock tout à fait agréable à entendre. Le menu principal, une fois n’est pas coutume, se présente à la manière d’un Rpg au sens où l’écran titre nous laisse le choix entre deux options que sont la nouvelle partie ou le chargement d’une partie existante. Une fois cela fait, on est accueilli par un des instructeurs de Konoha que l’on peut apercevoir dans le manga. Le menu principal est bien plus sobre que celui sur Gamecube mais est néanmoins diablement efficace, car l’instructeur qui vous accueille vous détaille dans ses moindres détails chaque option disponible. Les modes de jeu sont inscrits sur des parchemins et sont au nombre de six. Nous trouvons donc de haut en bas, les modes suivants : Story, Missions, Tutorial, Versus, Maison de Naruto et un jeu pour obtenir des « Capsules Toys ». Je tiens d’ailleurs à préciser que les menus sont uniquement en japonais mais qu’il sera facile de naviguer dedans quand bien même vous ne parlez pas la langue. En revanche le mode mission réclame des objectifs précis et parfois un peu tordus qui seront bien évidemment résolus plus facilement s’ils sont compris immédiatement.

Commençons donc par le mode qui semble le plus intéressant au départ, c’est à dire le mode story. Celui-ci est un équivalent du classique mode arcade avec une trame scénaristique propre à chaque personnage. Six combattants sont disponibles et si on fait un tour dans le mode Versus, on remarque qu’il est possible d’en débloquer six autres. Pour se faire - et c’est assez étrange - il va vous falloir finir le mode Story obligatoirement avec Naruto, puis avec chaque personnage nouvellement débloqué. Néanmoins, il est utile de finir avec tous les autres disponibles au sens où cela aura une répercussion (positive) sur le mode mission dont je vais parler plus loin. Une fois le personnage choisi, des petites séquences dialoguées entre les deux adversaires s’engagent et celles-ci sont souvent assez amusantes (les développeurs ont bien rendu l’esprit du manga). Vous devrez ensuite combattre jusqu’au dénouement final, et vous aurez alors droit à une scène de fin dialoguée (dans le style digi-co) différente pour chaque personnage.

Une fois que vous aurez débloqué tout ce petit monde, vous pouvez vous lancer dans le gros morceau du jeu à savoir le mode mission. Celui-ci vous propose de gravir les échelons de la hiérarchie Ninja. Vous êtes accueilli par le maître Hokage en personne (la chance !!!) et celui-ci vous demandera en fait de combattre en remplissant certaines conditions. Ce mode s’apparente finalement un peu au mode Weapon Master de Soul Calibur II. Vous commencez donc comme apprenti et devez faire vos preuves pour pouvoir effectuer des missions de Rang D, puis C, B, A et S. Les objectifs de mission sont entièrement écrits en japonais et la compréhension peut poser des problèmes certaines fois. Je vous rassure néanmoins, il n’y a rien d’insurmontable et au pire des cas, il y’a toujours moyen de se faire aider en parcourant les forums dédiés à ce jeu. Si dans l’ensemble, les premiers objectifs ne vous poseront aucun problème, les missions commencent à se corser pour finalement devenir complètement inhumaines en rang S. Dans le cas du rang S, c’est d’autant plus frustrant que ce n’est pas vraiment vos qualités de combattant qui sont prises en compte mais plutôt votre acharnement à découvrir le jeu à 100 %. Les autres modes sont ensuite très classiques, puisque le Versus vous permet de combattre dans l’environnement de votre choix contre le Cpu ou un ami. Le tutorial vous aidera à apprendre les subtilités des combos et sera un passage obligé si vous souhaitez finir chaque mission du rang S (je n’en dis pas plus à ce sujet !). En revanche, les deux autres modes sont bien plus intéressants et risquent eux aussi de vous occuper plusieurs dizaines d’heures en raison des trésors qu’ils renferment. Ici, les développeurs ne se sont pas moqués des joueurs et ces deux modes vont faire pleurer de joie les fanatiques de la série. Commençons d’abord par le mode « capsules », celui-ci comme dans Super Smash Bros, vous permet de dépenser l’argent que vous aurez accumulé au cours de vos combats. Vous pouvez miser entre 100 et 1000 yens tout en sachant que miser 100 yens porte vos chances d’obtenir un objet à environ 5-10 %. Il faudra donc amasser de l’argent pour obtenir le nombre démentiel de bonus qui s’élève à plus de 1000 !!!

Il est clair qu’il existe d’autres moyens d’obtenir ces « omake » mais le jeu des capsules tenu pas Konoha-maru et son professeur en sont le moyen le plus facile. A la différence de la version Gamecube qui ne proposait finalement que des suppléments peu nombreux et d’intérêt relatif, Naruto : Narutimate Hero se distingue par sa richesse. Au cours de votre progression vous pourrez ramasser les musiques du jeu ainsi que les samples de voix des personnages, des objets bonus à utiliser en combat, des modèles 3D qui effectue des « katas », des vidéos des différentes furies, et surtout une monstrueuse collection de « cardass » que vous aurez plaisir à découvrir. Tous ces bonus sont visibles dans la section « la maison de Naruto » qui regroupe 3 catégories. Les options du jeu, les bonus cités précédemment et enfin un mode mot de passe qui vous invite à placer des signes mystiques dans un ordre bien précis afin de débloquer des bonus supplémentaires ou de l’argent (leur nombre est aussi incroyablement élevé et vous pourrez trouver le premier sur la « cardass » bonus donnée dans la boîte du jeu. Vous pourrez aussi relire le manga Naruto pour y trouver des indices...) Après avoir fait le tour de toutes les possibilités offertes par le soft, il est temps de voir ce que ce dernier a à offrir la manette en main. Graphiquement le jeu est un peu moins impressionnant que la version Gamecube mais est en même temps les deux titres ne jouent pas sur le même registre. Ici le rendu manga est bien plus marqué que sur Gamecube. Dans l’épisode Ps2, les graphistes ont pris le parti de donner à Naruto un esprit manga en couleur et par exemple le rendu des ombres est fait en crayonné. Cet aspect est visuellement très agréable surtout lors des gros plans qu’engendrent les furies. Les rings font énormément penser à Super Smash Bros au sens où ils sont construits sur plusieurs étages et sur plusieurs plans. Par conséquent l’aspect téléportation est beaucoup plus marqué et les combats deviennent plus stratégiques étant donné la grande surface d’action qui nous est offerte. En plus de cela, il est possible qu’en pleine confrontation, les deux personnages se téléportent vers un environnement totalement différent. Les rings regorgent de bonus et d’éléments destructibles qui vous donnerons accès à des armes ou des techniques secrètes (parchemins, aide d’un partenaire, potions de soins...). Enfin ceux-ci sont parsemés de pièges qui pourront vous faire perdre des points de vie ou au contraire vous aideront à achever votre adversaire. Finalement, le seul problème réside dans le fait que les personnages sont parfois vus de très loin ce qui rend l’aspect graphique bien moins impressionnant qu’il ne l’est réellement. Au niveau de la maniabilité, là encore Naruto se rapproche de Super Smash en privilégiant les confrontations endiablées aux combats de pure technique. Un bouton est dédié au saut, un aux objets spéciaux, un au shakra et un aux coups. Malgré le peu de boutons disponibles, les combinaisons sont relativement nombreuses et un système de contre-attaque à même été mis en place. Le déclenchement des furies se fait de manière très simple. Vous disposez d’une réserve de shakra découpée en trois paliers. Une pression sur le triangle déclenche à chaque fois un palier et votre personnage s’entoure d’une aura rouge, violette puis bleu en fonction de la quantité de shakra employée. Une simple pression sur le rond déclenchera l’attaque sauf si votre adversaire se protège. Une fois la furie déclenchée, vous devrez en un temps limité, taper sur une combinaison de touches afin d’effectuer un combo et de contrer votre adversaire qui lui aussi tape sur une succession de touches afin de limiter les dégâts de votre attaque. Ces furies qui permettent des retournements de situation de dernière minute peuvent parfois avoir des effets secondaires plus ou moins bénéfiques que je vous laisse découvrir. Finalement, le gameplay de Naruto est très bien adapté à la topographie des rings et aucun combat ne se ressemble. L’animation dans Naruto est parfaite malgré la taille et le fourmillement de détails de certains rings. Les « cinématiques » du mode story sont réalisées à la manière des digital comics et par conséquent on ne peut pas vraiment parler d’animation. Lors des attaques spéciales, les mouvements des personnages sont superbes et les effets spéciaux ont un rendu magnifique. Au niveau du son, Naruto dispose de voix digitalisées qui accompagnent chaque intervention de personnages (dans les menus, avant un combat...). Les musiques de fond sont assez similaires à celles que l’on écoute dans l’anime et je les trouve particulièrement réussies. Il y a d’ailleurs possibilité de les réécouter à loisir dans la section des bonus. Les bruitages in-game collent bien à l’esprit du jeu et lors des furies, donnent une impression de puissance au personnage. En revanche les bruitages vocaux lors des combats sont un peu répétitifs à la longue (comme dans tous les jeux de combats). Au final, Naruto s’éloigne quelque peu de son prédécesseur réalisé par Tomy. L’équipe de chez CyberConnect nous livre un jeu de combat vraiment complet et diablement efficace. La durée de vie est de plus tout à fait conséquente et je pense que ce jeu fait partie d’une des meilleurs adaptations auxquelles j’ai pu jouer. On regrettera simplement que « seuls » douze personnages soient disponibles (je sais, je ne suis jamais content !!). Il ne reste plus qu’à attendre la réponse de Tomy avec Naruto : Gekitô Ninja Taisen 2 prévu pour le mois de décembre au Japon.

Graphismes : 8.0 / 10

Les décors sont très vastes et fourmillent de détails. Le design des personnages donne un rendu très manga au jeu (ça vaut mieux pour une adaptation de manga !) mais c’est dommage qu’on ne voit les protagonistes de vraiment près qu’à certains moments

Son : 8.5 / 10

La musique d’introduction est un bon morceau de j-rock. Les mélodies intégrées au jeu sont quant à elles uniquement instrumentales mais de bonne facture. Enfin, les voix digitalisées jouées par les acteurs de l’anime sont permettent une meilleur compréhension de certains menus écrits en kanji.

Jouabilité : 9.0 / 10

Je pense qu’on peut faire difficilement plus intuitif, les attaques sortent toutes seules mais les réflexes sont tout de même mis à rude épreuve lors de combats sur plusieurs niveaux. De plus la grande interaction environnementale ajoute du piment à l’ensemble

Animation : 8.0 / 10

Aucun ralentissement, les rings sont plutôt statiques dans l’ensemble mais les combats sont très rythmés et les furies bénéficient d’animations vraiment amusantes.

Intérêt : 9.0 / 10

La Ps2 accueille son premier jeu de combat convivial dans lequel le fun est privilégié. Les otakus accros de Naruto risquent de passer de nombreuses nuits blanches s’ils veulent découvrir toutes les facettes du soft.


NOTE : 09/10