Consoles-Fan
24/09/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

3018 articles en ligne

 
Combat Queen
Haut les mains, haut les mains, haut les mains
Donne-moi ton coeur, donne-moi, donne-moi ton coeur !

Aaah les ennemis en caoutchouc ! Aaah les combinaisons en cuirette et en skai achet

Le jeu se présente un peu comme un Starblade Alpha. Chaque stage est composée de scènes filmées d’action ou des insectes modélisés en 3D ont été rajoutés par-dessus. Vous dirigez une cible assez raide à manier et tentez d’exterminer le plus possible de bestiole. L’action est fréquemment coupée par des petites cut-scènes (accompagnées d’un léger freeze de l’image) où l’on nous montre les fifilles en train de se servir de leurs gros guns. Ces passages sont ultrakitchs car on dirait plus des mannequins qui posent pour une séance photo avec un sourire idiot afin de réléver des dents d’une blancheur éclatante que des filles impliquées dans le feu de l’action. On se rend bien compte qu’elles n’ont jamais tenu d’armes de leur vie. La simulation du recul de l’arme est à mourir de rire. A force de vouloir être plus sérieux et pas si délirant que ça, Combat queen se révèle complètement grotesque et finalement, c’est tout de même bien ça que je recherchais dans ce type de jeu.

Malgré un système de jeu assez basique, les programmeurs ont eu une idée intéressante. Votre jauge de vie et de réserve de tirs sont étroitement liées. A tout moment, vous pouvez faire pauser et décider de réduire votre jauuge de vie afin de vous recharger en munition ou inversément, tout dépend de vos besoins ! Ainsi, le fait d’utiliser trop souvent le gros tir dévastateur et efficace vous videra rapidement votre réserve d’énergie. Une alarme vous prévient lorsqu’une de vos jauges atteint un niveau dangereusement bas. Vous devrez donc concéder de la vie si vous voulez continuer à tirer. Au contraire, si vous êtes trop économe sur les balles, vous risquez d’encaisser des coups et votre vie en pâtira. A vous de décider en fonction de votre profil de joueur. Cette gestion est possible lorsque vous appuyez sur pause, il ne vous reste plus qu’à appuyer à gauche ou à droite de votre croix directionnelle en fonction de votre choix.

Si ça queen, mets de l’huile

Malheureusement, le gameplay de Combat Queen est assez médiocre. On a un mal de chien pour ajuter le tir sur ses bestioles beaucoup trop mobiles sur un fond sans cesse en mouvement qui nous fait perdre tous nos repères. Bien sûr, il est possible de charger les gros tirs dévastateurs qui nous permettent de ne pas trop devoir ajuster la visé mais vous avez lu plus haut ce qu’il en coûte de trop l’utiliser. Personellement, je vous conseille d’attendre que les bestioles se rapprochent de vous pour les dégommer ! Les stages se terminent rapidement car ils sont… très courts ! Thérèse a raison ! Mais ils finissent surtout comme un cheveu dans la soupe, sans véritable mise-en-scène, un peu comme si vous éteigniez votre poste en plein milieux d’un épisode de « Sous le soleil » ! Malapris !

Dommage donc que la qualité ne soit pas au niveau de la débilité de ce titre. La découverte de toute cette kitcherie est un véritable plaisir tant les scènes sont mal jouées et vraiment pas crédibles pour un sou. A petit prix, lmaissez-vous donc tenter par cette expérience vraiment très particulière.

Graphismes : —%
Difficile de parler ici de graphismes puisqu’il s’agit simplement d’un film avec une simple interface graphique pour l’habiller.

Animation : —%
Puisqu’on vous dit que c’est du film !

Jouabilité : 15%
A cause d’un changement incessant des repères, il est vraiment difficile d’ajuster son tir.

Bande Son : 65%
Ca aurait pu être plus kitch, dommage !

Intérêt : 62%
A part la franche rigolade du à l’extrême ringardise du titre, je doute que vous y reveniez souvent, malheureusement...

Note Globale : 50%
En tant que jeu, Combat Queen est complètement naze. En tant que curiosité, il mérite le détour, à vous de voir si vous êtes attiré par ce genre de débilité. Moi oui ;)


NOTE : 05/10