Consoles-Fan
26/09/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3019 articles en ligne

 
Blue Stinger
Du survival horror inventif
Un must buy sur Dreamcast

D

Le monde est bleu comme toi

Si les programmeurs de Climax Graphics ne sont certes pas des phoenix de la réalisation, force est de constater qu’ils possèdent des talents qui permettent de contrebalancer les défauts majeurs du jeu. La motion capture des personnages et leurs modélisations sont nulles à s’exploser la rétine. Le doublage des personnages réalisés intégralement en anglais (même si la version testée est japonaise) est très mal coordonné. C’est dommageable, mais pour le reste, c’est du tout bon. D’un point de vue technique tout d’abord, les décors sont d’une grande variété et d’une finesse excellente, bourrés de détails et d’animations, et dotés d’une véritable personnalité. La visite d’un grand magasin abandonné suite à une catastrophe mystérieuse mais dont les ambiances sonores de Noël semblent le maintenir encore en vie apporte une ambiance à la fois glauque, amusante et inquiétante. Les lieux visités sont vraiment très originaux et immenses. On voit très loin dans le jeu, que l’on se trouve en hauteur ou que l’horizon soit découvert : il y a zéro clipping. Le sentiment d’unité, d’énorme parcelle de territoire à visiter est pesant. On se sent à la fois prisonnier et libre ! Les ennemis rencontrés sont vraiment originaux et superbes. Une sorte d’ectoplasme (spéciale dédicace à Lefossoyeur) mou et transparent ressemblant à une énorme cellule en étonnera plus d’un point de vue pur d’exploit technique. Bizarrement, Blue Stinger est un jeu où les exploits et les bugs graphiques se côtoient.

Mais Blue Stinger tire sa véritable force de son scénario, de son aventure passionnante, de ses excellentes musiques qui semblent directement tirés du cinéma hollywoodien, de ses challenges et environnements variés. Le jeu est présenté comme un film, l’intro du jeu est d’ailleurs une bande-annonce. Il plonge le lecteur dans une véritable aventure bourrée de suspens et de rebondissements. Le joueur découvre progressivement la raison de la présence sur cette île, pourquoi il est enfermé mais surtout comment il peut s’en sortir ! Avec l’aide des personnes rencontrées, il établira une stratégie pour se tirer d’affaire. Comme vous pouvez le constater, je reste vague volontairement pour ne pas gâcher votre plaisir si vous décidez de vous lancer dans un des meilleurs jeux du genre. Vous découvrirez de nombreux clins d’œil : Pen Pen Tricelon, Star Wars… Mais là aussi, je ne veux pas vous spoiler !

Le gameplay est raide mais il se laisse finalement maîtriser très rapidement. Il est en tous cas très varié avec la présence de mini-quêtes au sein du jeu mais aussi de contre-la-montre ! La gestion de la caméra ne pose pas de véritable problème en version japonaise même si la gestion est assez étrange, avec de grands mouvements exagérés. Il faut noter tout de même qu’à un moment précis du jeu, elle se place très mal et ne montre pas une issue empruntable ! Restez donc attentif, si vous êtes bloqué, la solution n’est jamais bien loin, elle est peut-être simplement mal mise en évidence !

Bis repetita placent

Blue Stinger est une excellente alternative à la série des Bio Hazard. Ce jeu propose une ambiance fort différente même si elle reprend des principes bien rôdés comme des armes, des munitions, de la vie à récupérer… Mais le scénario est tellement fort que vous n’entendrez dire du bien de ce jeu que par ceux qui l’ont terminé et qui ont pu vivre l’expérience Blue Stinger !

Blue Stinger est un jeu haletant et après toutes ces années, j’en parle encore et toujours avec autant de plaisir. Blue Stinger est une étape obligatoire pour tout joueur qui se respecte. Alors laissez-vous tenter !

Graphismes : 72%
Si les personnages sont plutôt laids, les magnifiques décors rattrapent l’ensemble avec brio.

Animation : 68%
Si Blue stinger est fluide, on ne peut pas dire que les persos bénéficient d’une motion capture de qualité...

Jouabilité : 77%
Une certaine raideur à surmonter mais une fois maîtrisée, Blue Stinger est une merveille.

Bande Son : 86%
La bande-son est superbe, de type hollywoodienne, avec des dialogues de très bonne qualité mais pas du tout synchronisés avec le mouvement des lèvres !

Intérêt : 95%
Avec Bio Hazad Code Veronica et Illbleed, Blue Stinger est le survival horror à posséder sur Dreamcast.

Note Globale : 81%
Blue Stinger dispose d’un scénario hors-norme qui vous passionnera tant il est remplis de rebondissements. Certainement un des meilleurs survival auquel j’ai pu jouer Avec une réalisation un peu moins chaotique, Blue Stinger aurait été une référence aux yeux de tous. A la place de cela, il a été trop souvent injustement décrié. Pour ma part, il a marqué à vif mon expérience vidéoludique. Il serait vraiment dommage de passer à côté de cette création.


NOTE : 08/10