Consoles-Fan
15/08/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

2997 articles en ligne

 
1080
Des sensations pures
Rien de tel qu’un yaourt en haut d’une montagne, c’est bien connu...

Consid

Le développement de 1080° Avalanche a subi de nombreuses péripéties. En effet, l’équipe canadienne de Leftfield déjà responsable du premier opus (ainsi que de Excitebike 64 et des NBA Courtside) fut remerciée par Nintendo au cours de l’année 2002, suite à des résultats jugés insuffisants. Tâche difficile que de reprendre un jeu en cours de route, qui plus est avec des impératifs de délais plutôt réduits. NST (Nintendo Software Technologies) s’acquitta de la mission dans l’espoir de rééditer la performance Wave Race Blue Storm. L’approche du titre Gamecube fut radicalement différente du premier opus, le côté simulation pure fut abandonné au profit d’un compromis arcade/simulation qui s’annonçait tout de même prometteur. Le jeu des comparatifs entre les moutures N64 et Gamecube n’étant donc plus tellement pertinent, il m’apparaissait plus judicieux de rapprocher 1080° et Wave Race…

1080° White Storm ? ?

En effet, dans l’esprit, les deux titres se ressemblent. NST a une nouvelle fois parié sur des sensations de glisse et de vitesse dans des niveaux bourrés de scripts événementiels. Dans le jeu de jet-ski, la marée et la météo libéraient par exemple de nouveaux passages, découvrant des tremplins à emprunter ou autres rochers à éviter, et parfois même des icebergs tombaient dans la mer juste devant vous. Dans 1080° Avalanche, ce sont des avions de chasse qui créent des chutes de pierres dans lesquelles il faut slalomer, des accidents de train qui vous offrent des passages cachés ou bien encore votre surfeur qui, grindant tranquillement sur le bord d’un pont, provoque son effondrement. Vous finirez même par devoir survivre à des avalanches ! !

Et tout ceci généralement à des vitesses de folie. L’animation étant heureusement quasiment toujours au top. Niveau sensations, certains moments du jeu sont extraordinaires ! Si vous avez pratiqué Wave Race Blue Storm, vous comprendrez mieux si je vous parle de passages en pleine tempête, lorsque le jet est balancé de droite à gauche, que l’on surfe sur la crête de la déferlante ou que l’on plonge au cœur d’une vague arrivant pleine face ! A l’image de ce dernier, l’intérêt principal de 1080°Avalanche est donc dans ses sensations de glisse uniques ! Pour y prendre un maximum de plaisir, il n’est pas nécessaire de s’envoyer à 150 mètres au-dessus de la piste pour sortir dix mille figures super-combos « hop ! Je passe ma planche entre les jambes, derrière les oreilles et j’atterris sur les mains ! ». Dans le petit monde du snow numérique, cela confère au titre une vraie identité finalement assez proche de celle de son prédécesseur.

J’ai la trique :) !

Mais les tricks ne sont pas pour autant inutiles. On parle quand même d’un jeu de glisse là ! Une jauge de power augmente à chaque figure réussie, améliorant la maniabilité et la vitesse du personnage. Pour la remplir, réaliser des combos n’est même pas obligatoire, et heureusement car le système mis au point par NST est particulièrement délicat. Ils ont intégré une notion de tempo à respecter dans l’exécution des figures. Ce qui s’avère être une bonne idée pour le saut (si la pression est trop longue le jump ne s’effectuera pas) l’est beaucoup moins dans les airs. Je m’explique : il faut sauter au moment opportun, puis un fois dans les airs exécuter un trick à la suite duquel il faut attendre que le surfeur se colore pour lancer la figure suivante, et recommencer pour chaque nouveau trick…Si les figures ont la pêche, les enchaînements en combos ne sont pas dynamiques pour deux sous. Sur les pistes de descentes et quel que soit le mode de jeu, ça ne sera donc pas gênant, mais vos boards ne traîneront pas longtemps sur le half-pipe.

« Elle descend de la montagne en snowboard… »

Le mode figure devenu anecdotique, rabattons-nous sur les pistes. Seulement 12 pistes principales et 3 pistes Avalanches sont à votre disposition. C’est peu (les 6 du mode Extrême n’étant que des miroirs de pistes Hard et Expert). Mais à part les deux premières, elles sont de haute volée ! Lors de la première descente, c’est une claque. Puis les cinq ou six suivantes on cherche le passage le plus rapide et le plus trippant. Malheureusement, une certaine routine s’installe ensuite, l’effet de surprise disparaît. La faute justement à ces événements scriptés, par définition toujours identiques !

Attention, les pistes restent toujours excellentes dans leur construction, mais il dommage de n’avoir les meilleures sensations qu’au début ! En faisant un peu de mauvais esprit, je dirais que ça n’est pas très grave, car vous l’aurez terminé avant de vous lasser ! En effet, malgré le mode Extrême, un peu plus corsé, vous devriez le torcher complètement (toutes les pistes, les costumes et les planches compris) en une petite dizaine d’heures.
Si vous voulez profiter longtemps de 1080°, jouez-y de temps en temps. Essayez de gérer votre capital plaisir.

« Je m’voyais déjà en haut de la piste ! »

Techniquement, 1080° Avalanche fait honneur à la Gamecube. L’animation surtout, qui ne faiblit presque jamais ! Les environnements sont vastes, Bambi, Panpan et toute la forêt gambadent sur la piste, et seule l’avalanche parvient à faire ralentir la bécane. Une vraie identité se dégage du titre, que ce soit au niveau du look des persos ou des enironnements.
Le jeu ne manque donc pas de charisme, il est beau, rapide, procure de géniales sensations de glisse mais le manque de challenges réduit sa durée de vie… Finalement, au dela de polémiques quant à cette durée ou au système de combo, 1080° Avalanche est un bon jeu.

Technique/esthétique : 70%
C’est très propre, les effets de neige sont bien rendus surtout pendant l’avalanche, mais SSX3 reste un petit cran au dessus. L’animation s’en sort très bien malgré les animaux et les autres skieurs sur les pistes. La touche visuelle identifie rapidement la série.

Jouabilité : 70%
Nintendo a frappé, comme d’hab c’est quasiment instinctif ! A part le système de combo que je n’ai pas du tout apprécié, il y a plein de bonnes idées.

Son : 80%
Du punk-rock à la mode chez les gens qui portent des grosses lunettes fumées que ça leur fait de drôles de marques de bronzage !

Plaisir/Fun : 80%
Des sensations comme on en éprouve rarement dans un jeu de glisse. Grinder sur un sapin l’avalanche au cul, slalomer entre des blocs de pierre tombant sur une rivière gelée, sauter d’une falaise dans le brouillard sans voir où on retombe, il n’y a que ce 1080° pour l’offrir ! !

Durée de vie : 50%
Vraiment la grosse déception de ce jeu. Une petite dizaine d’heure suffit pour le terminer dans tous les sens. Le multi ou le Time Trial ne le sauvent pas !

Intérêt : 60%
Difficile de ne pas le conseiller tellement il est jouissif, difficile de le conseiller si vous souhaiter un challenge long et intéressant. C’est comme une sucrerie, on a peine le temps de savourer et il a déjà fondu…mais les gourmands comprendront, c’est tellement bon !

Note Générale : 68%
1080° Avalanche est bon mais ce n’est pas la référence que l’on attendait.


NOTE : 06/10