Consoles-Fan
21/05/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2941 articles en ligne

 
Virtua Tennis 2
Silence s’il vous pla
...il conna

La Dreamcast n’est pas morte ! ! Enfin, elle est sur le b

Non ce n’est pas de la glandouille de ma part que de vous exposez mon point de vue, car après tout c’est comme si je vous livrais un petit bout de mon âme…On peut être objectif sur la qualité d’un jeu mais il y a toujours un plus (ou un moins) impalpable qui caractérise un soft. Car que ce soit Virtua Tennis ou un autre, tout chef d’œuvre dégage une atmosphère particulière. Une ambiance qui vous accroche par un je ne sais quoi…

Un état d’esprit

Pour vous expliquer un peu mieux comment on vit Virtua Tennis, une anecdote vous éclairera : il y a quelques temps, (lors d’une nuit sombre… ;)…) s’est joué le double de la finale de la coupe Davis. En regardant le match avec un pote, on s’est surpris à critiquer les coups des joueurs, à voir des tactiques… Pour apprécier au mieux une compétition sportive retransmise dans la boîte à image, avoir de l’expérience dans l’activité en question est fort intéressant pour comprendre le jeu qui se déroule sous vos yeux. Je n’ai jamais vraiment joué au tennis (plus de poumons, plus de foie, une condition physique proche de celle d’un octogénaire) mais grâce à Hitmaker j’ai l’impression d’avoir acquis ce savoir au cours des nombreuses heures passées sur la borne d’arcade ou sur la Dreamcast. Et si dans les simulations sportives c’est ce qu’on arrive à ressentir, c’est que les développeurs ont atteint leur but. C’est un peu comme les fabuleux Wining Eleven. Moi d’ailleurs, après une partie de tennis ou de foot sur ces 2 titres, je vais prendre une douche. Est-ce moi qui suis un peu spécial ? Est-ce que vous aussi vous vous lavez après ? ? ? Bon nombre de question, qui j’espère, ne vous empêcheront pas de dormir ; ou de jouer à Virtua Tennis de peur de voir des gouttes de sueur couler sur vos tempes.

Le même en mieux…

Eh oui ! Le jeu vaut tout simplement l’achat d’une Dreamcast, je le dis comme ça, sans concession ! Moi ch’uis pas un rigolo ! Sérieusement, au prix d’une DC occaz’ aujourd’hui, vous pouvez remiser au placard votre anti-segaisme (complètement injustifié s’il en est ; on peut supporter un constructeur, c’est compréhensible, mais certainement pas être contre un autre). Le titre vous procurera longtemps des émotions, je vous le garantis. Il est en plus très complet. Tout a été revu à la hausse, joueurs (+joueuses…héhéhéhé !!), mouvements, compétitions…il ne reste plus qu’au joueur de s’adapter en augmentant les quantités de canettes (je vous laisse libre choix du liquide), et par la même occasion la fréquence à laquelle on joue. Aaaaaahhhh ! ! A cause de ce jeu, je vois ma cirrhose arriver à grands pas ! ! Fallait pas me laisser choisir la boisson !

Le premier opus était excellent, celui-ci frôle la perfection. Je le disais un peu plus haut, tout ce qui était dans le premier est dans le second, et en plus complet ! Mais ce sont les nouveautés qui sont intéressantes. Comme la possibilité de choisir des filles ; de créer son joueur ou joueuse, donc ; l’établissement d’un calendrier au cours duquel s’échelonnent tous les tournois ; et tout simplement des nouveaux joueurs et terrains.

Au niveau technique aussi ça assure pour une console dite vieille et démodée. On voit nettement la différence sur les joueurs présents dans les deux versions. On verrait presque s’ils sont mal rasés ou s’ils ont de l’acné chronique ! Toujours aussi fluide avec cette magnifique option Dreamcast permettant de choisir 50 ou 60 Hz, et surtout plein de petits mouvements supplémentaires dans le jeu et les cut-scènes. Par exemple, quand vous êtes loin de la balle, au lieu de tomber comme un lourdeau, il y a désormais plusieurs étapes d’exxxtennnsssiooonn du joueur. Le joueur va s’étendre jusqu’à plonger sur la balle ; et si vous l’atteignez avant de plonger, vous la frappez en gardant votre position. Ca évite les plongeons qui envoyaient à chaque fois la balle dans le décor et dont on mettait une plombe à se relever.

Bref, toutes ces nouvelles animations rendent le jeu encore plus vivant, d’ailleurs je me souviens encore d’un de mes potes me disant « Roooh ! Kafelnikov ! ch’uis sûr k’il vient de se gratter le cul ! ». Le jeu-vidéo sera-t-il encore plus beau quand pourra aller y pisser virtuellement ?

Retour gagnant ?

Bien sûr que oui ! J’espère que vous n’avez pas attendu mon formidable test pour vous le procurer. En plus je ne vous ai pas parlé de la jouabilité juste irréprochable, des coups un peu plus variés et précis, du système de progression de vos persos…On pourrait en faire dix pages ! Malgré tout, juste un petit bémol sur ce titre qu’est trop de d’la balle (je l’ai pas inventé, c’est marqué au dos de la boîte), il n’y a toujours qu’un seul set, mais bon ça garde l’esprit d’origine. Pour un petit aperçu de ce que ça donne, allez faire un tour chez votre revendeur préféré, dites-lui gentiment de vous laisser essayer et faites chauffer la master card, vous craquerez !

Technique/esthétique : 80%
Des graphismes dignes de la Dreamcast, tout simplement. Joueurs et joueuses reconnaissables au premier coup d’œil. Très bonne lisibilité à l’écran.

Jouabilité : 90%
Quasiment parfaite. Prise en main un peu plus difficile que sur le premier volet, due notamment au nouveau système de progression des joueurs. Ben oui, forcement, au début ils sont pas très forts, donc pas très précis et quand ils sont grave balèze, il faut maîtriser le stick comme un roi !

Son : 70%
Ambiance des stades bien rendue, bons effets au cours du jeu. Sobre mais efficace.

Plaisir/Fun : 90%
Omniprésent. Tout seul ou à plusieurs difficile de se lasser.

Durée de vie : 80%
Infinie…vous cramerez la console avant d’en avoir marre !

Intérêt : 80%
Le meilleur jeu de tennis sur Dreamcast et l’un des meilleurs toutes machines confondues, que dire de plus.

Note Générale : 81%
Un ace en plein dans mon petit cœur !


Disponible
NOTE : 08/10