Consoles-Fan
28/02/2020

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3143 articles en ligne

 
Shenmue
have you seen a black car ?
or a black suit ?

Pr

Bouges ton corps

Le pad de la Dreamcast étant axé arcade, le moins que l’on puisse attendre c’est un gameplay arcade. Voyons d’abord un tout nouveau système de jeu présent dans certains passages, il se nomme QTE. Mais que se cache-t-il derrière cette appellation ? Le concept est très simple, il suffit d’effectuer des commandes affichées sur l’écran au bon moment pendant les phases de cinématiques. Ce procédé est très jouissif et assez spectaculaire : on se croirait dans un film avec Jacky Chan ! Les déplacements du personnage se font sans trop de mal mais la croix multidirectionnelle ne vous facilitera pas la tâche. En effet la croix ne contribue pas du tout au confort du joueur et au bout de trois heures de jeu, des douleurs au doigt se font sentir. Le jeu est constitué de combats libres repris sur le moteur de la série Virtua Fighter !C’est donc une garantie de qualité sur la technique et le gameplay utilisé pendant les combats.

Attention les yeux

Je ne vais pas passer par cinquante chemins, c’est magnifique. Les personnages sont modélisés à la perfection et l’animation n’en souffre pas le moins du monde. A titre de comparaison, la démonstration technique de la PS2 diffusée a fait pâle figure à côté de ce chef d’oeuvre technique. La modélisation des environnements a bénéficié d’un soin particulier, tous les objets ont été modélisés avec le soucis du détail, du bol dans la cuisine à l’enseigne d’un commerce de quartier ; en somme, du jamais vu.

Le parcours du combattant

Voilà le petit hic au tableau, c’est très court, à peine quinze heures de jeu pour en venir à bout. Les énigmes sont d’une simplicité enfantine et l’on regrette l’absence d’un mode multijoueur (vous me direz, Shenmue ça se joue tout seul mais bon). Le mode solo est parsemé de quêtes secondaires comme la possibilité de collectionner des figurines disponibles aléatoirement dans les machines (plus de 200 figurines). Vous avez la possibilité d’acheter des musiques pour pouvoir les écouter dans le GDrom Passport. Pour en revenir aux combats, votre héros peut aussi bénéficier de nouveaux coups disponibles dans les vieilles brocantes au cours du jeu. Autant vous le dire tout de suite, la liberté de jeu est quasi totale et on peut aller où on veut quand on veut. Tous ces modes de jeu rallongent considérablement la durée de vie et si on se prend à vouloir tout boucler à 100%, on en a facilement pour une bonne trentaine d’heures. Mais la force du jeu est son histoire et son ambiance. Alors était-il judicieux de rallonger la durée de vie artificiellement ? La réponse est NON.

Il était une fois...

C’est l’une des forces de Shenmue, le scénario. Nous sommes au début du mois de Décembre, Ryo Hazuki est un jeune homme de 18 ans, habitant dans un des quartiers de Yokosuka. Alors qu’il rentrait tranquillement chez lui, voilà qu’il trouve sa nourrice, Ine-san, chez lui, apparemment éprouvée par un terrible évènement. Après un rapide dialogue, Ryo se dirige vers le dojo du domaine où il trouve le disciple Fuku-san, blessé. Ce dernier lui apprend que leur père est en plein combat contre un terrible inconnu... Ryo rentre dans le dojo, et découvre son père Iwao Hazuki se battant contre un homme de grande taille. Il essaie de se mêler au combat mais il est vite repris par les gardes du mystérieux visiteur. Ryo assiste alors à un dialogue lui apprenant beaucoup de choses. Ainsi cet ennemi s’appellerait Lan-Di et voudrait récupérer une sorte de médaillon qui appartient à son père. Suis alors un terrible combat duquel Lan-Di récupère le miroir et tue le père de Ryo d’un coup fatal. A partir de là, vous vous jurerez de venger sa mort...

GRAPHISMES :10/10 : Même 3 ans après sa sortie, il impressionne toujours autant et se serait un crime de ne pas lui mettre la note maximale tout simplement.

JOUABILITE :7/10 : Sans être une révolution au niveau du gameplay, il est toutefois facile d’accès et l’on peut remarquer la facilité pour se repérer dans les menus. On remarquera juste l’absence du stick analogique dans les déplacements.

BANDE SON :9/10 : Encore là, ça relève de l’exploit, les musiques sont magnifiques et collent à l’environnement sans problème. Après être arrivé au bout, on a envie de se ruer sur les OST du jeu. Les voix anglaises sont parfaites mais les puristes du genre auront tendance à se jeter sur la version jap.

DUREE DE VIE :6/10 : En un mot c’est court, très court, trop court. On arrive à bout en une petite quinzaine d’heures, les énigmes sont enfantines et les quelques quêtes annexes ne sauveront pas les meubles. En gros ce jeu est plus une promenade de santé qu’un parcourt pour hardcoregamer.

SCENARIO :9/10 : Assorti à la bande son, le scénario plonge le joueur dans un état d’extase extrême. L’intéraction avec les différents personnages est totale. Les personnages secondaires sont là par milliers et chaque personnage à un charisme remarquable.

NOTE GENERALE :9/10 : Un nouveau genre est né. Il réussi à séduire tant son environnement est accrocheur. Techniquement c’est toujours la révolution de cette fin de siècle, hallucinant de réalisme et son ambiance scénaristique et sonore réalisée par l’équipe de Suzuki-san ne peut qu’être félicitée de cet exploit vidéoludique. Préparez-vous à vivre l’expérience la plus marquante de votre vie.

WuyingRen


DEVELOPPEUR : Sega, AM2

GENRE : Aventure

NOMBRE DE JOUEURS :1 joueur

PUBLIC :tous publics

TEXTE :anglais

VOIX :anglaises

NOTE : 09/10