Consoles-Fan
22/11/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3051 articles en ligne

 
ChuChu Rocket !
ChuChu...
et Loulou ?

ChuChu Rocket ! est un titre important dans l’histoire du jeu-vid

Les petites souris ont décidé d’explorer l’espace. Plusieurs fusées sont mises à leur disposition par le consortium SEGA. Malheureusement, les chats ayant vu leurs propres projets refusés plusieurs fois sont extrêmement vexés. Par jalousie et par vengeance ils ont décidé de compromettre cette expédition intersidérale. Votre mission, si vous l’acceptez, sera d’aider nos souris à parvenir jusqu’à leurs engins. La moindre perte chez les ChuChu leur serait fatale. Bien entendu, en cas d’échec de la mission, l’agence GBA niera avoir eu connaissance de vos activités !

« J’avais pensé à une tapette à souris géante avec un très gros morceau de fromage »

Et voilà ! Je viens de doter ChuChu Rocket ! d’un scénario ! En plus, ça le fait bien ce côté Mission Impossible, non ? Non !? Bon tant pis…Pour ceux qui découvriraient le jeu et qui n’auraient rien capté à ma mise en bouche, voici un rapide topo sur le concept : vous devez mener des souris jusqu’à des fusées en leur évitant de fâcheuses rencontres avec des chats. Pour les guider, il est possible de poser jusqu’à 3 flèches à l’écran. Lorsque la quatrième est placée, la première disparaît. Je vous laisse le soin de découvrir le reste sur votre Game Boy Advance.

Sur DC, le titre s’est surtout fait connaître pour son jeu en ligne. La GBA n’en disposant pas c’est sur du multi en link qu’il faudra se rabattre. Point d’inquiétude mes amis, Sega, dans sa grande bonté, nous permet d’y jouer avec une seule cartouche. Globalement, la conversion s’est fait sans soucis, tous les modes de jeu sont de retour et la maniabilité est toujours aussi simple. Il y a 3 config possible. La plus proche de la DC et la plus efficace en Battle étant L pour la flèche de gauche, R droite, A haut et B bas. Le léger problème vient du fait qu’on ne peut pas jouer de telle sorte en mode Puzzle (ben oui on lance les séquences avec R, comme sur Dreamcast), mais le changement de gameplay se passe tranquillement, tant les deux modes de jeu sont différents.

« Il s’est fait coincer par la tapette géante »

ChuChu Rocket ! est un puzzle game qui comporte plusieurs facettes. Le mode puzzle vous demandera du calme et de la logique, le battle de la réactivité et de la concentration et enfin le challenge un bon gros mixe de tout ça.

- Le Puzzle : En plus des 100 puzzles originaux de la Dreamcast, la Sonic Team a eu la bonne idée d’en ajouter 2500 ! Ce sont des puzzles qui avaient été crées par des joueurs via l’éditeur sur DC et uploadés sur les serveurs européens et japonais. Du coup, le niveau de difficulté est très variable, mais la durée de vie colossale ! L’état d’esprit de ce mode Puzzle colle parfaitement à la GBA.

- Le Battle : Jouable en solo, c’est quand même à plusieurs qu’on profite le plus de ce mode jeu. D’ailleurs, une seule cartouche suffit pour s’éclater jusqu’à quatre en versus ou en team. De nouveaux bonus font leur apparition, tels que stealing mania (les souris s’échappent de votre fusée), mouse mania special (mouse mania avec uniquement des souris « +50 ») ou encore le kitten mania (des mini chats surgissent de partout). Je vous laisse la surprise pour le reste. Toujours au titre des améliorations, désormais les chats grossissent s’ils bouffent une souris « +50 » et ce sont sur de nouveaux plateaux Battle que vous vous affronterez. Le gameplay est donc toujours aussi excité, c’est le complément idéal du mode Puzzle.

- Le Challenge : Les niveaux proposés sont identiques à la mouture Dreamcast. La force et la difficulté de ce mode de jeu, c’est de réussir à allier réflexion, logique, réactivité et rapidité bien sûr, le chrono faisant toujours office de couperet. C’est donc un excellent compromis entre le Puzzle et le Battle.

- Les éditeurs : Il est toujours possible de créer des niveaux Puzzle, Battle ou Challenge, mais la grosse nouveauté vient de l’éditeur de personnages. Par défaut, on peut changer les souris ou les chats par des bonhommes de neige ou des vaches, mais libre à vous de laisser voguer votre esprit créateur. La seule contrainte à respecter est de créer quatre étapes d’animation à vos nouveaux héros. Via le cable link il sera ensuite possible de s’échanger des niveaux ou des sprites.

« Monsieur n’est pas une tapette, monsieur est commissaire »

Soyons clair, quelque soit son support, ChuChu Rocket ! n’a jamais brillé par ses prouesses techniques. Esthétiquement parlant, l’environnement graphique est toujours très attachant, mais la marque de fabrique du jeu reste la simplicité technique. Sur Dreamcast, il devait exploiter environ 5% des capacités d’affichage et de calcul de la bécane ! L’adaptation à la GBA est donc très fidèle jusque dans cette médiocrité graphique. La Sonic Team a juste remplacé les quelques modèles 3D qui traînaient par de bons vieux sprites 2D, en prenant soin de ne les doter d’à peine plus d’animations que les personnages que vous aurez créé tout seul. Les circuits de la GBA ne doivent commencer à rougir que lorsque les effets de zoom nous montrent les fusées en train de décoller ! Ils ont du prendre 3 intérimaires pendant 15 jours pour faire cette adaptation chez Sega !

Si je suis un peu sarcastique concernant cette débauche d’effets spéciaux, c’est pour mieux mettre en avant les autres qualités du titre. Un peu comme la Sonic Team finalement, qui a tout misé sur le concept et le gameplay. De plus, je le répète, c’est esthétiquement très réussi ! J’imagine que certaines catégories de joueurs ne comprendront jamais ça…tant pis pour eux. Au niveau sonore, paradoxalement, c’est plus travaillé sur la portable. Les musiques ont été retouchées. Elles sont toujours aussi allumées, mais un peu plus variées, donc moins lassantes. Les digits vocaux sont restés très kawaii !

Bref, ChuChu Rocket ! n’est pas un jeu particulièrement commercial ni complètement underground ou réservé au otakus. Il a simplement un vrai esprit vieille école… De plus, s’il était parfaitement adapté au mode online sur Dreamcast, les modifications apportées le rendent encore plus intéressant et plus en phase avec l’esprit portable.
Technique/esthétique : 70%
Le parti pris esthétique ne réclamant pas beaucoup de ressources techniques, votre GBA ne risque pas de fondre ses circuits sur ce coup là. Mais c’est très attachant et coloré, simple et efficace.

Jouabilité : 80%
Tout a été superbement bien adapté à l’ergonomie et à la configuration des boutons de la Game Boy Advance (Classique ou SP).

Son : 70%
Les musiques souffrent un peu du processeur sonore de la machine, mais elles sont suffisamment débiles et accrocheuses. La présence des voix est une bonne surprise.

Plaisir/Fun : 80%
Du triturage de méninges en bonne et due forme, du multi survolté propice aux pires alliances…ChuChu Rocket ! est éclatant.

Durée de vie : 90%
On se rappelle lorsque vous aurez terminé les 2600 puzzles !

Intérêt : 90%
Long, mignon, très jouable…indispensable sur GBA !

Note Générale : 80%
Un puzzle game de tout premier ordre à l’ambiance et à l’état d’esprit très en phase avec son support.


Disponible
NOTE : 08/10