Consoles-Fan
16/01/2018

Auteur
  

2888 articles en ligne

 
Rent A Hero n
H
Profitez des soldes

Rent a Hero apporte r

Le petit frère de Shenmue

Graphiquement on ne peut pas s’empêcher de faire un rapprochement avec Shenmue. Certes les graphismes sont moins fouillés, certes on ne peut pas interagir autant que dans ce dernier, mais graphiquement, cette petite production étonne. On se retrouve donc avec des graphismes au-dessus de la moyenne sur Dreamcast. Sommes-nous en train de pénétrer de plein fouet dans la 2eme génération des jeux Dreamcast ? On peut se permettre d’espérer. En tout cas le mapping du jeu est vraiment bluffant. Du délire en concentré.

Vous proposez vos services en tant que Super-héros car votre équipement fonctionne avec des piles (Sanyo) et des piles ça coûte cher pour un petit étudiant. Alors vous acceptez des jobs de super-héros... Enfin, ce qu’on vous proposera... Parce qu’au début du jeu il vous faudra distribuer des tracts et livrer des repas à domicile... Ce n’est que par après que vous vous verrez confier des missions plus sérieuses.

Lorsque vous vous transformez en super-héros, le personnage prend différentes poses (une par transformation ). Ces poses sont directement inspirées de Bioman et autres X-Or. On regrettera cependant qu’elles ne soient pas encore plus excentriques.

Musicalement, le jeu est épuisant. Les musiciens, si on peut les appeler comme cela, ont certainement composé leurs morceaux sur des synthétiseurs pour enfants. C’est encore pire que de la musique d’ascenseur ! Aucune voix n’a été enregistrée pour les personnages et ce sont des textes en japonais qui se succèdent à l’écran inlassablement. J’en suis arrivé donc à couper le son de ma télévision, il n’y avait décidément rien à perdre ce de côté là.

Le bitmap de fond est mal coordonné avec le décor en 3D ce qui donne des effets de soucoupe volante comme il était fréquent de rencontrer sur 32 bits. Un défaut assez incompréhensible pour une Dreamcast mais peut-être y a-t-il une explication de ce phénomène dans le scénario déjanté du jeu ;)

Ces petits défauts s’estompent malgré tout très vite devant la qualité des graphismes et de l’animation du jeu. On s’y prend vite tant le délire envahit votre console. Vous vous verrez offrir une console de jeu appelée Creamcast et développée par Seca. Elle représente le point de départ de toute mission puisque c’est grâce à elle que vous récupérerez des e-mails comprenant les différentes misions à accomplir. Bien évidemment, les programmeurs ont tout fait pour vous rendre la vie difficile !

Une des missions consiste à remettre une lettre d’amour écrite par votre petit voisin pour votre sœur. A chaque fois, une personne vous révèle où elle se trouve mais bien entendu, arrivé au lieu désigné, votre sœur s’est déjà déplacée et une personne sur place vous révèle où elle se trouve. On vous fait beaucoup tourner en rond et vous la retrouvez en fin de compte dans sa chambre ! Si vous parlez bien japonais et que vous avez envie de vous fendre la poire, vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Graphismes : 95%
Le mapping est d’une grande qualité. L’ensemble rappelle un certain Shenmue mais tout de même en moins élaboré...

Animation : 84%
Un jeu très fluide et bien dynamique.

Jouabilité : 87%
La maniabilité est simple, on peut éventuellement reprocher un déplacement du personnage un peu lourd lorsqu’il ne s’est pas transformé en super-héros.

Bande Son : 12%
Certainement une des plus mauvaise bande-son (au niveau de la composition) de l’histoire des jeux vidéos.

Intérêt : 72%
Rent A Hero n°1 a le mérite d’être très original mais le déroulement est assez lent.

Note Globale : 71%
Une aventure burlesque qui plaira aux joueurs curieux et qui déconcertera les autres. Pourtant un peu de grotesque, d’humour et de dérision n’a jamais fait de mal à personne.


NOTE : 07/10