Consoles-Fan
16/10/2018

Auteur
  

3031 articles en ligne

 
Outlaw Volley Ball
Jeanne et Serge
Coup de foudre, match de volley ball !

Apr

Le gameplay de Outlaw Volleyball s’en approche pourtant fortement mais sans jamais frôler son niveau. Les passes restent assez hasardeuses même si un manchot finira bien par maîtriser ce jeu nouveau jeu de Beach Volley. En fait, ce qui m’a le plus dérangé finalement, c’est cette impression que la qualité de notre jeu n’influence pas vraiment le déroulement du jeu. On peut très bien gagner des points bêtement ou à cause de la nullité de l’adversaire ou parfois en perdre à cause de l’incompétence de son ou sa partenaire. Il y a bien moyen de diriger les deux personnages en zappant de l’un à l’autre grâce à la gâchette mais ce système de jeu est assez inconfortable et il vaut mieux se limiter à un seul personnage à la fois. Rien que pour cela, Beach Spikers s’affirme comme bien plus jouable que Outlaw Volleyball. Mais tout le monde n’a pas de Gamecube, c’est une erreur mais bon, si vous souhaitez rester dans l’erreur et acquérir un jeu de volley, à défaut de mieux, Outlaw Volleyball est celui qu’il vous faut.

Certes, certes…

Oh, certes, il y a le design très américano-américain. Il faut aimer tous ces corps musclés tatoués et tous ces visages ultramaquillés avec des coupes de cheveux plutôt … euh … moches. Il n’y a d’ailleurs que 4 personnages sélectionnables dès le départ. Beaucoup sont à débloquer. Mais le fait est que je n’ai pas pu choisir dès le départ deux personnages qui me plaisaient tant le choix était limité. Il faut cependant reconnaître que le jeu ne nage pas en plein sexisme puisque vous pourrez mater lors des replays des hommes ou des femmes suivant votre propre convenance.

Oh certes, il y a un gameplay simple avec un système de cercles dessinés au sol dans lesquels vous devez vous placer et appuyer sur le bouton de votre choix afin d’exécuter l’un ou l’autre coup. Une jauge d’énergie se déclenche, à vous de lâcher le bouton de votre manette de manière optimale. Mais étrangement, Outlaw Volleyball ne s’en sort pas aussi bien que Beach Spikers. Ce dernier semble définitivement plus intuitif et plus pêchu. La visibilité n’est d’ailleurs pas toujours aussi bonne du point de vue de la perspective. La petite originalité d’Oultaw Volleyball vient finalement plus de la présence de coups spéciaux visuellement impressionnants.

Oh, certes, il y a des décors plutôt réussis et thématisés et de nombreux évènements capables de vous tenir

Oh certes, il y a bien de la musique de sauvage de type rock alternatif qui correspond tout à fait bien au style de jeu.

Mais rien de tout cela ne me fera préférer Outlaw Volleyball au très charismatique Beach Spikers. A essayer tout de même si vous aimez le style grunge qui tombe bien souvent dans le kitch le plus pur.

Graphismes : 84%
Une excellente réalisation mais un manque flagrant d’esthétisme.

Animation : 88%
Un jeu très fluide avec des mouvements assez proches de ceux de Beach Spikers.

Jouabilité : 65%
Il y a Sega et il y a les autres. Après avoir joué à Beach spikers, y’a rien à faire, c’est dur d’accepter les petites imprécisions de Outlaw Volley Ball.

Bande Son : 71%
Si vous aimez Offspring, Bad Religion, Marilyn Manson, vous aimerez cette bande-son !

Intérêt : 72%
Beaucoup de tournois sont disponibles : il y a de quoi faire. De plus, il y a pas mal de secrets à débloquer.

Note Globale : 69%
Le meilleur jeu de Beach Volley sur XBox devant l’anecdotique Dead Or Alive Xtreme Beach Volley qui, il est vrai, avait une autre vocation. Mais niveau chair et rondeurs, Outlaw Volley Ball se défend pas trop mal non plus !


NOTE : 06/10