Consoles-Fan
22/02/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

2900 articles en ligne

 
Auto Modellista US-Tuned
Son ramage vaut-il son plumage ??
ici moi je dirait d

Si Nintendo n’a toujours pas de grande exclu en mati

Le premier constat à faire avec le titre de Capcom est bien évidemment visuel. Les éditeurs de Street Fighter ayant beaucoup communiqué sur cet aspect, rendons-leur la politesse ! ^_^
Et soyons franc, non seulement l’utilisation du cel-shading sur les caisses fait des merveilles, mais ce sont surtout tous les petits trucs inspirés de la BD et de l’anime qui donnent à Auto Modellista US-Tuned un véritable cachet dessin animé. Visuellement, l’effet escompté est bien là. Le jeu dégage un sacré charisme malgré des décors un peu trop simples et vides. En effet, des environnements bien plus riches et avec le même habillage graphique auraient définitivement permis au titre d’être au niveau d’un Gran Turismo 4 en cel-shading.

Holiday on bitume

Les yeux encore tout éblouis par les jolies robes de mes montures, j’enclenche la première. Je découvre alors qu’Auto Modellista US-Tuned ne se laissera pas dompter facilement, puisqu’à la première prise du pad, j’ai eu l’impression de piloter un 38 tonnes sur une patinoire ! Capcom aurait peut-être du s’abstenir de revoir la jouabilité de son bébé. Il n’y a quasiment pas de frein et la tenue de route est inexistante : Premier virage égal tête à queue ! Le gameplay nécessite donc un bon moment d’adaptation. Après quelques tours de pistes et plusieurs bagnoles essayées, je parviens à peu près à maîtriser la conduite. Il faut dire que je m’attendais à de l’arcade pur et dur, or c’est un compromis arcade/simu qui nous est offert. Mais il faut encore persévérer, ça reste toujours très approximatif. Et la résolution du problème ne peut se faire que par le réglage des voitures. Une fois passé par la case Tuning, la jouabilité devient tout à coup plus accessible et offre même de bonnes sensations. Il devient très agréable d’enchaîner virages larges en dérapage, épingles debout sur le frein et surtout de grandes lignes droites à fond de cale ! L’impression de lourdeur des voitures ne devient même plus gênant.

La Vie de Garage

Le Garage Life, centre névralgique du jeu, n’est autre que le mode carrière. C’est ici que s’effectue la gestion du parc de voitures, leur préparation et qu’on accède au championnat. Ce dernier se compose de plusieurs coupes réparties dans 7 niveaux de difficulté, accessibles progressivement. Malheureusement, tout ceci s’avère bien trop facile pour être passionnant, et par conséquent un peu court aussi. Malgré tout, on se met à avaler les courses comme des bières bien fraîches car c’est grâce aux résultats qu’on débloque les pièces moteurs et carrosseries, toute la déco pour vos bolides et votre garage, et bien sûr les secret car. Jusqu’ici, malgré son habillage cel-shading, Auto Modellista US-Tuned reste un jeu de caisse plutôt banal. Mais c’est finalement ailleurs que réside son intérêt.

Capcom Tuning Touch

Il y a d’abord tout le côté tuning du Garage Life. L’aspect préparation moteur n’étant pas très poussée - il suffit de tout mettre au max dès que possible, c’est sur le look de mes pitites zotomobiles que je me suis lâché ! Pièces de carrosseries, peinture et autocollants, il ne manque que la sono pour définitivement se prendre pour un jacky ! Mais attention, ici pas de déco à la NFS Underground (un comble de mauvais goût ce jeu), ce qui est jouissif c’est de coller la tête à Megaman sur son pare-choc arrière ! D’autant que Capcom a eu la bonne idée d’intégrer des autocollants de ses jeux GC tels que PN 03 et Viewtiful Joe. Mais en plus de pouvoir repeindre vos Viper ou autres Subaru Impreza, il faudra aussi jouer à l’architecte d’intérieur ! Le garage où trône votre caisse est aménageable à souhait. Que de doutes vont vous traverser l’esprit quand il s’agira de savoir où placer la poubelle et le pot de peinture, l’établi et votre casque de compétition. Dernier mode de jeu enfin qui risque de causer quelques pertes de temps, le VJ & Theater. Ici vous pouvez non seulement visionner vos ralentis de course préalablement sauvegardés, mais surtout en faire un montage vidéo et audio et ainsi réaliser un véritable petit clip ! C’est sur ces derniers aspects que la durée de vie peut exploser pour peu qu’on soit atteint de collectionnite et qu’on désire obtenir tous les objets dispos ou alors qu’on décide de se prendre pour le Stanley Kubrick du clip automobile.

Bref, n’ayant que cette version je la trouve assez sympa, mais malgré tout, Capcom semble reprendre ses bonnes vieilles habitudes…Le jeu semble plutôt faire figure d’add-on face à la mouture originale, ou alors cette dernière devait être carrément pauvre ! D’un autre côté, le jeu est vendu l’équivalent de 40euros en neuf au japon et au US, un moindre mal. Technique/esthétique : 65%
La piste et les voitures sont superbes, les décors minables…dommage !

Jouabilité : 60%
Si le début est particulièrement pénible, après entraînement et moults réglages, le compromis arcade-simu s’avère être très agréable.

Son : 60%
Le bruit des moteurs est assez quelconque et les musiques, sans être transcendantes, collent assez bien au jeu.

Plaisir/Fun : 80%
La conduite est loin d’être désagréable, mais c’est surtout de coller la tête à Megaman sur le capot de votre bagnole, d’afficher des posters sur le mur du garage ou encore de se la jouer réalisateur de clip qui est trippant.

Durée de vie : 60%
Les Schumacher virtuels risquent de torcher le championnat en quelques heures. Par contre dès qu’on commence à aménager son garage, décorer ses voitures et faire du montage vidéo, la durée de vie peut passer du simple au double.

Intérêt : 70%
Niveau conduite et challenge, il existe des titres bien plus intéressant. Par contre le montage vidéo est un vrai mini-game dans le jeu.

Note Générale : 65%
Malgré ses défauts et ses approximations, Auto Modellista US-Tuned est un titre sur lequel je me suis beaucoup amusé.


N’ayant pas jou
NOTE : 06/10