Consoles-Fan
18/02/2018

Auteur
  

2900 articles en ligne

 
Lupin the 3rd
Incarnez le voleur le plus mal habill
de tous les temps !

On peut dire que la Playstation 2 est une console grand public. Mais elle h

L’avantage de l’adaptation d’un manga est le succès quasi assuré que la licence implique. En effet pourquoi se fatiguer à créer de toute pièces un univers, alors qu’un manga ou un anime possède déjà un scénario cohérent et le plus important un public de fans qui sont très logiquement des clients potentiels. Banpresto qui développe le jeu l’a très bien compris et s’empare de l’univers de Lupin III, série culte des années 70. Je ne suis personnellement pas familier de cet anime et il a fallu que je me renseigne un petit peu avant d’écrire le test pour voir si l’ambiance était fidèle. Pour les néophytes, rappelons simplement que Lupin III est inspiré du héros de Maurice Leblanc, le très célèbre gentleman cambrioleur Arsène Lupin. Lupin III est son petit fils et pour suivre la tradition ce dernier est également cambrioleur.

La première chose qui frappe lorsqu’on joue à Lupin c’est la réalisation très oldschool du titre, que ce soit pour les menus et l’interface que pour les graphismes du jeu. Alors que le jeu vient tout juste de sortir aux Etats-Unis, cela fait depuis fin 2002 que ce dernier est disponible au Japon. Ceci dit, même pour l’époque la réalisation est un peu légère et on remarque tout de suite que Lupin III : Majutsu-ô no Isan s’adresse avant tout à des fans qui ne manqueront pas d’être indulgent si l’ambiance est au rendez-vous. Car en ce qui concerne l’ambiance, le studio Banpresto s’en tire avec les honneurs en nous servant un titre doté d’un fort capital sympathie.

Banpresto a déjà su conserver l’essence de la série en s’offrant les services (et ce n’est pas négligeables) des vrais doublures des personnages. Cela n’a l’air de rien pour le profane mais pour un otaku c’est vraiment un plus non négligeable qui l’aidera à se plonger dans l’aventure. De ce fait les scènes cinématiques sont interprétées de façon très dynamique et drôle par les personnages et on a vraiment le sentiment de regarder un épisode de l’anime. En effet, bien que ces scène utilisent le moteur 3D (assez moyen) du jeu, le chara design et les expressions des personnages sont telles qu’on se surprend à sourire bêtement devant les péripéties du cambrioleur au costume rouge. Il faut ajouter à cela, une musique tout à fait remarquable et similaire à celle de l’anime qui immerge le joueur totalement. Lupin III est un jeu d’infiltration-cambriolage et obéit donc aux mêmes mécanisme qu’un Metal Gear Solid, Lupin peut donc se baisser, faire des roulades, utiliser des objets divers, se déguiser ou se cacher. Cependant le jeu ne se prend pas du tout au sérieux et la progression est parsemé de situations débiles comme lorsque Lupin prend la pose de la statue derrière laquelle il se cache. Les déguisements sont au nombre d’une demi douzaine et serviront à tromper l’ennemi et ainsi accéder sans encombre à des endroits hautement gardé. Il faudra néanmoins veiller à ne pas éveiller les soupçons en passant près de policiers. En appuyant sur R1 vous effectuerez un mouvement variant selon le costume et destiné à duper les gardes. Malheureusement toutes ces trouvailles s’écroulent à cause d’une chose. L’intelligence artificielle est proprement déplorable et c’est tout à fait dommage pour un jeu de ce genre. Lorsque vous êtes déguisé et que vous passez près d’un garde une jauge de suspicion se met en route et vous pouvez la faire baisser en appuyant sur R1, cependant et c’est absolument stupide le policier ne gardera pas en mémoire votre action et sitôt que vous ferez un pas il redeviendra suspicieux et finira après deux ou trois essais par donner l’alerte. Une fois l’alerte donner vous serez poursuivi et là encore l’IA s’avère défaillante puisqu’il suffira de franchir une porte pour que les gardes arrêtent de vous poursuivre. Par exemple dans la mission du château j’ai passé quasiment toute la mission en fonçant dans le tas sans me soucier de l’alarme. Il faut avouer que ça gâche un peu le plaisir.

A cela s’ajoute une maniabilité pas toujours au top avec un personnage qui dispose d’un panel d’action consistant mais dont la réalisation laisse parfois à désirer. Lorsque vous êtes amené à combattre un ennemi là encore le gameplay pose problème et ne vous encourage finalement pas à jouer finement. Même lorsque l’ennemi est armé d’un pistolet il est finalement très facile d’en venir à bout. Voici brièvement la situation dans laquelle on se trouve fréquemment. D’abord l’ennemi vous repère puis vous prend en chasse. Soit celui-ci n’est pas armé et il vous poursuit, soit il est armé et vous tire dessus. Quelque soit la situation il vous suffira de lui foncer dessus armé de votre fidèle poêle à frire (encore une touche humoristique) et de lui asséner deux bon coups pour qu’il soit hors circuit. Inutile de vous dire que ça ressemble finalement plus à un jeu d’action classique. Un autre problème vient du placement de caméra pas toujours au point et qu’il faudra souvent réajuster avec L2. Ces défauts qui ne sont pas non plus catastrophique puisqu’ils n’empêchent pas de progresser tuent cependant une grosse partie du fun. Je l’ai dit un peu plus haut, malgré une ambiance fidèle à la série, Lupin III n’est techniquement pas un chef d’oeuvre. Le cell shading technique connue et éprouvée aurait été la bienvenue, mais les programmeur ont utilisé des textures classiques qui ne brillent pas par leur complexité. Les personnages sont assez basiques bien que plutôt amusant et bien rendu et les décors ne sont vraiment pas fouillé. Si dans la première mission, on peut pardonner l’uniformité des wagons, lorsqu’on débarque dans la ville on voit qu’il reste encore du travail à faire. Bien que l’univers soit coloré et que l’on puisse interagir avec les passants. Goldengasse qui ressemble à la ville typique de Schwarzwald n’est pas spécialement vaste et n’offre pas beaucoup de possibilités. Les missions suivantes sont du même ordre avec une linéarité omniprésente et des pièces vraiment pauvres. Malgré tout, Lupin III n’est pas une catastrophe vidéoludique et on a vu qu’il dispose de points positifs. Un autre plus tient dans les énigmes qui parsèment le jeu et qui sont empruntées directement à Resident Evil. Il faudra donc résoudre des puzzles basiques ainsi que des énigmes pour pouvoir attendre un objet à voler ou bien ouvrir une porte fermé. Si certaines sont évidentes, d’autres sont plus alambiquées et la langue est bien souvent un barrage. Heureusement, avec la sortie de la version américaine vous trouverez facilement des âmes charitables prêtes à vous aider. Finalement Lupin III comme la majorité des adaptations de manga surfe un peu sur la facilité, et sur la certitude d’avoir un public acquis. Passer de Spy Fiction à Lupin III est un choc dans le mauvais sens du terme et malgré une ambiance hors pair et des passages très drôles, je ne peux pas vraiment conseiller l’achat de ce titre. A moins d’être un inconditionnel de l’anime qui saura exploiter à fond les quelques qualités indéniables du titre, un essai préalable ou un achat en occasion est plus que conseillé d’autant que la version japonaise est disponible dans la gamme the Best.

Graphismes : 5.5 / 10

Lupin III sent vraiment la petite production avec un moteur 3D qui fait peine à voir et des textures loin de briller par leur richesse. Heureusement que les cinématiques et les chara design fidèle à l’esprit de la série rattrapent un peu le tout.

Son : 8.0 / 10

Une petite merveille avec des musiques jazzie de bon ton et et une collaboration des acteurs interprétant les personnages de l’anime.

Jouabilité : 5.5 / 10

De bonnes idées qui sont malheureusement mal exploitées. L’IA est plus que défaillante et le maniement de Lupin est parfois un peu approximatif.

Animation : 7.0 / 10

Le personnage est un peu raide et les décors pas vraiment vivants, la vitesse de défilement est correct et le fait d’avoir intégré des poses à Lupin est une excellent idée.

Intérêt : 6.0 / 10

Les énigmes ne poseront pas trop de problèmes, le jeu se boucle en 6-7 h et les bonus à débloquer sont assez variés. En revanche, je doute que l’envie de recommencer le jeu vous prenne. En plus de cela, il est évident qu’une personne totalement indifférente aux manga et à Lupin III ne prendra pas autant de plaisir qu’un fan.


NOTE : 05/10