Consoles-Fan
25/05/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2943 articles en ligne

 
Soul Calibur II
Les Aventuriers de la Soul Edge perdue
Spawn dans sa derni


Soul Calibur II était attendu sur Xbox notamment à cause de la familiarité entre ses manettes et celles de la Dreamcast. De plus, la machine de Microsoft étant la plus puissante, c’était bien là qu’on pouvait espérer une claque visuelle digne du premier opus.

Soul Calibur II ou Soul Calibur Bis ?

On pourrait dire que c’est plus qu’un bis, mais pas tout fait un II. En effet, graphiquement, c’est plus joli, plus détaillé, toujours aussi fluide. Mais l’écart entre une Dreamcast et une Psone, N64 ou Saturn était bien plus flagrant qu’entre cette même Dreamcast et la Xbox. C’est qu’elle en avait dans le ventre la petite bécane de Sega ! Du coup, Soul Calibur II fait partie des plus beau jeux de baston du moment mais pour l’explosion de rétine il faudra repasser. Pourtant, les persos sont très bien modélisés, les environnements donnent envie de s’y promener et le jeu tourne en permanence en 60 images secondes ! Question jouabilité aussi, on a joué le changement dans la continuité. Je ne voudrais pas chercher d’excuses aux développeurs, mais Soul Calibur avait placé la barre très haut, à tel point que certains le considéraient comme le meilleur jeu de combat jamais réalisé. C’est donc par petites touches qu’ils ont agi, un 8 WAY RUN (possibilité de se mouvoir dans le plan autour de l’adversaire) amélioré, des enchaînements modifiés ou plus simplement des coups de base du précédent opus qui ne sortent plus de la même manière (ce qui rend, soit dit en passant, la ressemblance des pads Xbox et DC inutile). Après plusieurs heures de jeu, le constat s’impose : c’est toujours aussi jouissif qu’avant…mais on ne peut s’empêcher de regretter cette frilosité.

Si la base de Soul Calibur était son mode Mission Battle - en dehors du Versus bien entendu - c’est ici le Weapon Master qui prend sa place. Et au lieu de combattre pour découvrir des galeries d’images, ici, il conviendra de se déchirer sur le ring afin d’obtenir toutes les armes du jeu ! Un mode spécial se débloquera d’ailleurs ensuite où il sera possible de s’affronter avec les nouvelles lames.

Plus on est de fous plus on se colle des beignes…

Soul Calibur II offre plus de 20 personnages jouables. Tout à fait correct pour un jeu du genre. Des petits nouveaux font leur apparition, tel que Cassandra, Talim ou Necrid. Ce dernier est d’ailleurs né des studios de Todd Mac Farlane, le père de Spawn, perso exclusif de cette mouture bobox dont je reparlerai plus bas. Et les grands classiques tels que Mitsurugi, Kilik ou Nightmare (qui remplace définitivement Siegfried) sont de retour.

La puissance des personnages a été nivelé. Ils sont tous facilement accessibles mais même si certains restent des monstres (Astaroth au hasard), globalement les confrontations sont équilibrées. On tente plus facilement un nouveau personnage, et par conséquent, le choix du perso au hasard est idéal.

Les combattants démontrent au cours des affrontements une grâce et une classe remarquable. En effet, tous les mouvements sont superbement chorégraphiés, et paraissent particulièrement naturels.

Les particularités de la mouture Xbox

C’est Spawn que vous pourrez envoyer au combat sur Xbox. Né du coup de crayon de Todd Mac Farlane, il offre, à l’image de ses collègues Heihachi sur PS2 et Link sur GC, un gameplay un peu différent des autres combattants. Il peut planer quelques instants et plonger sur l’adversaire, ou envoyer des boules de feu. Il s’intègre par contre formidablement bien à l’univers visuel de Soul Calibur II et dégage pas mal de charisme.

Les pads Xbox et Dreamcast sont proches certes, mais la modification de la plupart des coups rend cette ressemblance un peu inutile. Pas la peine donc de ressortir les combinaisons de la précédente mouture. Sinon, la manette en elle-même est bien exploitée avec un stick tout à fait performant. Je conseillerai de jouer avec la petite plutôt que la grosse sur laquelle les boutons sont un peu trop proches. Il est dommage que la croix ne donne pas de meilleures sensations.

Si la version PS2 est un peu plus faible et la GC la plus colorée, c’est sur Xbox que l’affichage doit être le plus fin et le plus propre. On aurait pu espérer une meilleure exploitation des capacités du hardware.

KO !

Soul Calibur II est donc un excellent titre. Ce n’est pas la gifle du premier, mais Namco a assuré l’essentiel, nous inviter malgré tout à changer de support pour jouer à son jeu de combat fétiche. Finalement les plus heureux seront ceux n’ayant jamais touché au premier, ils se prendront eux une jolie baffe !

Technique/esthétique : 88%
L’affichage de la Xbox est le plus fin des trois versions et la fluidité est remarquable.

Jouabilité : 85%
Le gameplay de Soul Calibur II est excellent et n’est en aucun cas gâché par un pad Xbox qui s’en sort sans soucis.

Son : 88%
L’environnement sonore est top, notamment dans le stage d’Inferno où on entend bien les flammes crépiter autour de soi.

Plaisir/Fun : 90%
Un des jeux de baston qui procure les meilleures sensations et distille le meilleur plaisir.

Durée de vie : 95%
Seul ou à plusieurs, il y a des chances pour que Soul Calibur II tourne un petit moment dans la bobox.

Intérêt : 85%
Un complément idéal pour DOA3.

Note Générale : 88%
Un superbe titre à côté duquel il serait dommage de passer, mais qui ne vous empêchera pas de relancer la Dreamcast de temps en temps ;)


Disponible
NOTE : 08/10