Consoles-Fan
24/02/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2901 articles en ligne

 
Prince of Persia : Les Sables du Temps
Un seul grain de sable...
...peut briser l’engrenage !

S’il existait un panth

Alors que ce Prince of Persia : Les Sables du Temps est sorti simultanément sur toutes les plateformes aux Etats-Unis, Sony avait dégotté une exclu temporaire de quelques semaines pour la version Playstation 2 en Europe. Mais les galettes Xbox et Gamecube ont fini par arriver sur les étalages et c’est sur la mouture bobox que nous nous attarderons. Et puisque vous attendez le comparatif technique comme des morts de faim, jetons d’abord un œil sur sa plastique. Pas de miracle à l’horizon, c’est ce que l’on pouvait voir tourner sur PS2. La profondeur de champ est tout bonnement hallucinante et retransmet à merveille le gigantisme du palais. Le choix des couleurs est très juste, et la gestion des lumières excellente (les scènes en extérieur au petit matin sont une franche réussite...on y attendrait l’ami Ricorée ;) ). On retient quand même une fluidité accrue et un affichage un peu plus fin. Malgré tout, les modèles 3D auraient pu être enrichis en polygones et les textures un peu plus complexes. De plus, le jeu est sujet à quelques ralentissements lors des combats. La Xbox n’est donc pas pleinement exploitée.

Les parfums de l’orient

Au-delà de ces aspects purement techniques, c’est au niveau de l’ambiance que Prince of Persia marque les esprits. La complexité du level design, la manière dont les pièces s’articulent les unes avec les autres et la richesse des éléments d’apparat (fontaines, arbres, rideaux, torches, piliers...) donnent vraiment l’impression d’être plongé et perdu au milieu d’un palais oriental. De plus, le doublage des cut-scènes, les pensées du Prince en voix-off et les échanges entre Farah et notre héros au cours du jeu renforcent encore l’immersion. Dommage que le jeu des acteurs soit parfois un peu ric-rac, car les dialogues sont plutôt bien sentis et nous font découvrir un Prince un peu arrogant et macho mais surtout très maladroit avec la gent féminine. Les thèmes musicaux sont très discrets et viennent surtout appuyer les passages dangereux. En fait, le jeu d’Ubi Soft offre bien plus que la plupart des productions actuelles, c’est un véritable univers qu’on pénètre, un monde à part entière.

Je crois que j’ai fait une gaffe !

Notre héros commence son aventure par une boulette. Ce benêt va libérer les Sables du Temps. Il lui faudra donc explorer le palais de fond en comble jusqu’à atteindre le Sablier où il devra planter la Dague du Temps afin que tout rentre dans l’ordre. La progression se fait en alternant des phases de combats et d’autres de plateforme. Le Prince bénéficie d’une extraordinaire palette de mouvements, puisqu’il peut lorsqu’il se bat, éviter les coups par des roulades, grimper sur l’ennemi pour le déséquilibrer ou encore prendre appuis sur un mur et se projeter sur l’adversaire. Lors des passages de plateforme, il peut courir sur les murs, s’accrocher aux poteaux, cordes, poutres ou autres barres, et même se projeter de parois en parois. Le plus fou, c’est le naturel, la fluidité et le réalisme qui se dégage de ces actions. Mais tout ceci ne serait rien sans des commandes aux petits oignons. Le gameplay est tellement au point, qu’il m’a rappelé Mario 64 ! Souvenez-vous... Impossible de ne pas faire glisser Mario sur le ventre ou de lui faire faire un saut en longueur rien que pour aller d’un point A à un point B. Prince of Persia : Les Sables du Temps est du même tonneau. Un passage sans ennemi ni difficulté particulière, qu’importe, je vais me balader quand même sur les murs !

Rewind

Si Prince of Persia : Les Sables du Temps s’avère donc un excellent mélange de plateforme et d’action, reprenant entre autres les concepts, les idées de Ico (deux héros, un palais immense), Shinobi (course sur les murs), Starfox (les combats) ou Eternal Darkness (les visions, le coup fatal sur les ennemis) ; il possède son petit truc en plus. La Dague du Temps permet au Prince d’une part de paralyser les ennemis pendant les combats, mais surtout de remonter le cours du temps de quelques secondes. Cela agit donc comme une sorte de checkpoint. Si par exemple la mort survient suite à une chute ou à un coup mortel, il faut immédiatement activer la dague afin de rejouer la séquence.

Tout n’est pas parfait

Jusqu’ici, le tableau est assez flatteur, mais ce Prince of Persia : Les Sables du Temps le vaut bien. Reste qu’il ne faut pas passer sous silence quelques points un peu plus négatifs. D’abord la durée de vie, puisqu’un joueur normalement constitué devrait le terminer en douze ou treize heures. Un peu court tout de même pour un jeu de plateforme/action/aventure (oui oui, tout ça ! ;) ) vous en conviendrez. Deuxième élément, plus anecdotique celui-là, le character-design. En effet, si Farah est vraiment bien foutue, le Prince ressemble à un ado pré-pubère avec sa coupe au carré bien nickel et il ne transpire pas non plus la classe et le charisme. Ce point-là a été retravaillé pour la sortie nippone du titre, et c’est sans comparaison ! Sinon, on peut aussi signaler, des angles de vue pas toujours géniaux et des combats parfois un peu redondants.

Verdict

Prince of Persia : Les Sables du Temps est donc un incontestable hit. Il réussit le tour de force de reprendre des idées de tout le paysage vidéoludique, de les intégrer, de les optimiser, voire même de les sublimer, et ce sans aucune faute de goûts ! Mais quelque part...c’est dommage qu’il soit aussi bon, car je mourrais d’envie d’utiliser ma trouvaille : Prince of Persia : Les Sables Mouvants (hum ! hum !). Sur ce je vous quitte car c’est moi qui m’enfonce ! Technique/esthétique : 86%
Si la Xbox avait été encore mieux exploitée, ça aurait été parfait !

Jouabilité : 92%
L’ergonomie est optimale, les commandes répondent du tac au tac...en bref, le gameplay est excellent !

Son : 72%
Les bruitages sont très bon mais les ziks quasi inexistantes. Les doubleurs ne se sont pas non plus toujours déchirés.

Plaisir/Fun : 90%
Il y a longtemps qu’un jeu de plateforme/aventure ne m’avait pas autant scotché ! Un vrai régal !

Durée de vie : 70%
Le jeu se traverse assez ( trop ?) vite, d’autant qu’on y reste rarement bloqué.

Intérêt : 90%
PoP fait partie de ces quelques expériences vidéoludiques indispensables à chaque génération de machine.

Note Générale : 83%
Malgré ses petits défauts, Prince of Persia : Les Sables du Temps est une vraie bombe à laquelle tout joueur qui se respecte se doit d’essayer.


Disponible
NOTE : 08/10