Consoles-Fan
19/06/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2958 articles en ligne

 
Sakura Taisen : Atsuki Chishio Ni
Et alors Sakura !
On a pas fait de lifting ?

Mine de rien, je recommence cet

Comme je l’ai précisé plus haut, le moteur utilisé est le même que celui sur Dreamcast, et fatalement, il a un peu vieilli. Ca commence tout doucement à dater. Mais pour ce type de jeu, le résultat est en tout cas plus qu’honorable.

Graphiquement, Sakura Taisen reste très joli. C’est plus du côté du framerate que ça peine un peu. De ce fait même si la 3D apporte des mouvements de caméras intéressants qui servent fortement à la mise en scène, la version 2D résiste mieux au temps et a toujours un charme indéniable. En tous cas, un adepte de la 2D comme moi aura bien du mal à faire un choix !

On oublie les déplacements dans les cases du premier épisode pour le gameplay plus libre apparu lors du 3eme opus de Sakura Taisen. Vous avez la possibilité d’effectuer autant d’actions que vous le souhaitez : vous déplacer, frapper, effectuer un coup magique, vous recharger votre jauge de magie ou de vie ou encore vous protéger à condition de ne pas dépasser votre quota de briques (on se croirait presque à Pyramide. En effet, chaque action coûte un certain nombre de brique. Vous pouvez choisir d’ailleurs entre différentes configurations telles que les différentes actions vous coûtent plus ou moins cher en briques.

Il ne vous reste donc plus qu’à mettre la pâtée aux ennemis qui viendront et reviendront encore vous narguer avec leurs méchas rondouillards. Pour les mettre à mal, vous pourrez profiter des petites nouveautés de la version PS2 comme par exemple avoir la capacité de diminuer les capacités des ennemis. Ceux-ci bénéficieront aussi de la possibilité de contrer vos attaques grâce à un système de protection qui se met en route en fonction de leur position. Pour nos amis de l’équipe « fleur », il sera également possible d’avoir recours à cette technique souvent déclenchée plus aléatoirement que tactiquement. Les attaques et magies couplées sont toujours d’actualité et vous en mettent toujours plein la vue.

Iris au pays des merveilles

Mais la version PS2 apporte quelques éléments nouveaux. Par exemple, les phases de digital comics se voient dynamiser par un système assez proche du gameplay d’un rythm’n game. Il faut appuyer le plus vite possible sur une série de touche, mais pas spécialement en rythme, pour accomplir certains choix. On peut mettre en analogie les séquences d’effroi de Grabbed By The Ghoulies.

La version PS2 apporte aussi de nouveaux éléments scénaristiques même si la trame de l’histoire est identique. Mais ces changements ne sont pas toujours les bienvenus. Par exemple, il ne faut plus attraper « Iris » qui fait sa colère. Une cut scène se charge de la rattraper pour nous.

Généralement, les digital comics ne proposent que des décors fixes dans lequel on découvre des personnages. Celui qui vous parle apparaît alors collé en avant-plan et est généralement légèrement animé, en particulier au niveau du faciès. Dans Sakura Wars, ces phases bénéficient d’un peu plus d’animation mais aussi de jolis effets de lumière et de particules même si l’orgie est encore bien lointaine. Mais il est clair que la version PS2 apporte un petit plus de ce point de vue.

Malgré tout, une constatation (déjà connue de tous) s’impose une fois de plus : la 3D vieillit plus vite que la 2D. La version Dreamcast de Sakura Wars résiste mieux au temps même s’il est vrai que peu de tactical adventure sont de ce niveau de nos jours : la PS2 n’a donc vraiment pas à rougir. Finalement, chaque version a ses avantages. La 3D offre des mouvements de caméra intéressants, les combats se jouent différemment dans le principe mais ils proposent un challenge largement amoindri sur PS2 : un essai a suffi pour liquider le boss final... Les images présentes dans les deux versions sont différentes et certains films d’animation ont été retravaillés. Bien plus qu’un simple remake, ce Sakura Wars permet aux deux versions de coexister et c’est peut-être finalement là la vraie surprise.

Graphismes : 77%
Le moteur du jeu commence à vieillir face aux autres productions actuelles. Vivement le 5eme épisode pour voir s’il y a des améliorations qui réitèreront le succès du 3.

Animation : 70%
Un framerate de base sans kit complémentaire.

Jouabilité : 92%
Un système de combat original et qui a déjà fait ses preuves.

Bande Son : 95%
Toujours aussi luxueuse, la bande-son vous pousse a faire des choses telles que se passer en boucle le dessin animé d’intro.

Intérêt : 92%
Toujours aussi jouissif, Sakura Wars n’est pas un simple remake.

Note Globale : 81%
Son seul défaut est sans doute d’être un peu dépassé techniquement, mais les jeux cultes, ça ne se démode jamais.


Sakura Taisen : Atsuki Chishio Ni est vendu avec une superbe montre et son support, un DVD premium et une gros r
NOTE : 08/10